Collection Sociologiques

Dirigée par Pierre Aïach et Didier Fassin,
Éditions Economica/Anthropos

La collection Sociologiques est ouverte aux travaux qui contribuent à une meilleure connaissance des sociétés contemporaines. Sans privilégier un domaine spécifique ou un courant particulier, elle s'attache à rendre compte de la complexité du monde social, des enjeux qui le traversent, des rapports de pouvoir qui le structurent. S'inscrivant dans une perspective sociologique, elle veut cependant favoriser les points de passage avec l'anthropologie et l'histoire et retrouver ainsi l'ambition d'une science du social.

Le langage social des émotions. Études sur les rapports aux corps et à la santé

sous la direction de Fabrice Fernandez, Samuel Lézé & Hélène Marche
2008, 426 pages. ISBN : 978-2717856439

Cet ouvrage propose une introduction vivante à un domaine de recherche longtemps délaissé par les sciences sociales : les émotions, qui loin de se réduire à une réalité exclusivement intérieure, sont aussi des composantes essentielles de notre vie sociale.

Image1Le champ de la santé est un observatoire privilégié pour déchiffrer, par l’étude des rapports de force qui se glissent au cœur de notre vie intime, le langage social des émotions. Selon les situations et les interactions, comment s’opère le contrôle des sensations et des expressions corporelles et quelles significations sont attribuées à nos émotions dévoilées ? Quel type de travail émotionnel est mis en œuvre par les professionnels et par les profanes, et surtout quelle relation de pouvoir révèle-t-il, dans ces espaces où le corps nous rappelle sans cesse notre vulnérabilité (hôpitaux, maisons de retraite, pompes funèbres, etc.) ?

S’appuyant sur des études de cas circonscrites, de situations diversifiées depuis la prise en charge du cancer, de la psychose ou de la vieillesse jusqu’aux expériences de sortie de toxicomanie ou du traitement de la mort, les contributrices et contributeurs de cet ouvrage, sociologues et anthropologues, dévoilent, à partir de leurs matériaux de recherches respectifs, ce rôle pivot des émo­tions, révélateur des tensions qui parcourent la société toute entière.

Sommaire

Introduction

Les nouvelles conduites émotionnelles comme enjeu de sciences sociales, Fabrice Fernandez, Samuel Lézé et Hélène Marche

Première partie : La mise en forme des émotions

  • Le travail émotionnel à l’épreuve de la transformation du système de soins, Marcel Drulhe
  • Émotions et sentiments dans le travail de soin professionnel et profane, Michel Castra et Geneviève Cresson
  • Le contrôle des émotions au travail. Le cas des infirmières hospitalières et des policiers de voie publique, Marc Loriol et Sandrine Caroly
  • Le travail émotionnel et l’expérience du cancer. Un détour par les usages sociaux du rire, Hélène Marche
  • Émotions et interactions dans les pompes funèbres. Les ambivalences de l’intéressement, Julien Bernard
  • De la négation à la revalorisation. Quelques enjeux de la prise en charge des émotions en chambre mortuaire, Judith Wolf

Seconde partie : L’objectivation des états émotionnels

  • Hôpital silence ! Le travail émotionnel des soignants, Catherine Mercadier
  • Tour de vaisselle et compassion. L’implication des bénévoles dans un dispositif de séjour pour personnes âgées, Gérard Rimbert
  • Réfléchir l’écho psychotique. Notes sur l’usage de la psychanalyse dans un hôpital de jour pour adolescent, Samuel Lézé
  • Soutien psychologique et culture du risque. Deux réponses institutionnelles contraires face aux émotions de la catastrophe, Julien  Langumier
  • "Dépasser les mots". Étude sur le pouvoir des émotions au sein d’une fraternité de dépendants, Fabrice Fernandez
  • La mise en texte. Approche anthropologique des décès d’enfants dans quelques autobiographies contemporaines, Yannick Jaffré

Le comédien désemparé. Autonomie artistique et interventions politiques dans le théâtre public

de Serge Proust
2006, 261 pages. ISBN : 2-7178-5141-0

L’intervention massive de l’État a permis que se développe, en France, un vaste secteur public théâtral rassemblant plusieurs dizaines d’institutions, des centaines de structures associatives, quelques dizaines de milliers de professionnels (artistes, techniciens, administratifs).

Image2Cet ouvrage s’interroge sur la profonde ambivalence à l’égard de l’État qui caractérise de nombreux artistes du théâtre public. Il existe, parmi ces derniers, une véritable demande d’État fondée sur la capacité de celui-ci à neutraliser les règles du marché, à favoriser les spectacles les plus marginaux et, dans le cas de la mobilisation des intermittents, à constituer, pendant une longue période, une ressource politique décisive face au patinât. Dans le même temps, l’intervention publique est dénoncée comme facteur de bureaucratisation des activités et de corruption esthétique et morale.

Expliquer cette ambiguïté nécessite de revenir, d’une part, sur .les conditions sociales, économiques et esthétiques d’émergence d’un théâtre d’art privilégiant la logique de l’innovation scénique permanente et, d’autre part, sur les effets de cette intervention massive qui exige, dans l’activité quotidienne de ces artistes, des compétences administratives et politiques spécifiques.

Soixante ans après la mise en place des premiers centres dramatiques et la fondation du festival d’Avignon, et à partir des grandes figures de Copeau, Vilar et Mnouchkine, ce retour permet alors de comprendre aussi bien les conditions de la disqualification esthétique du théâtre populaire que l’importance toujours actuelle de l’idéal de la troupe.

Anthropologie médicale. Ancrages locaux, défis globaux

sous la direction de Francine Saillant et Serge Genest
2005, 461 pages. ISBN : 2-7178-5137-2

Image3Comme les autres sciences sociales, l’anthropologie est confrontée à la globalisation des phénomènes sociaux qui gagne en ampleur, en intensité et en complexité maintenant. Les analyses que propose l’anthropologie ne peuvent certes faire l’impasse sur ces transformations sociales majeures.

En proposant à des anthropologues de renom, spécialisés en anthropologie médicale, de produire une synthèse des recherches et des enseignements dans leurs pays respectifs, d’une part, ou d’aborder quelques thèmes plus généraux, d’autre part, les responsables de cet ouvrage visent en quelque sorte à globaliser l’anthropologie médicale pour qu’elle soit en phase avec les questions dont elle traite. C’est aussi leur espoir que ces articles contribuent à un élargissement des perspectives qui sera utile autant aux chercheurs chevronnés qu’aux étudiants qui s’initient à ce domaine de l’anthropologie contemporaine.

Sommaire

Introduction : Anthropologie médicale. Ancrages locaux, défis globaux, Francine Saillant et Serge Genest

Première partie : Regards des Amériques

  • 1. Le Canada... Biosciences et biotechnologies sous surveillance ethnographique. Où se situent les anthropologues médicaux canadiens ?, Gilles Bibeau, Janice E. Oraham, Usher Fleising
  • 2. Le Québec... L’anthropologie de la santé au Québec : pour une conjugaison des approches et des méthodes, Raymond Massé
  • 3. Les États-Unis... L’anthropologie médicale aux États-Unis, Paul Farmer et Arachu Castro
  • 4. Le Brésil... De l’anthropologie médicale, et bien plus… corps sain et l’identité brésilienne, Annette Leibing
  • 5. Le Mexique... L’anthropologie médicale au Mexique : tendances récentes dans la recherche et l’enseignement, Gustavo Nigenda, Maria Beatriz Duarte-Gomez, Roberto Campos Navarro

Deuxième partie : Regards européens

  • 6.  La France... L’anthropologie médicale en France, Sylvie Fainzang
  • 7. L’Espagne... Topographies. Du folklore à l’anthropologie médicale en Espagne, Josep Comelles, Enrique Perdiguero, Angel Martïnez-Hernâez
  • 8. L’Italie... Souffrance, politique, nation. Une cartographie de l’anthropologie médicale italienne, Mariella Pandolfi et Gilles Bibeau
  • 9. L’Allemagne... Histoire et développement de l’anthropologie médicale en Allemagne, Angelica Wolf, Stefan Ecks, Johannes Sommerfeld
  • 10. La Hollande... Une fascination culturelle pour la médecine : l’anthropologie médicale aux Pays-Bas, Sjaak Van Der Geest
  • 11. Le Royaume-Uni... Le passé, le présent et l’avenir de l’anthropologie médicale en Grande-Bretagne, Ronald Frankenberg
  • 12. La Suisse... L’anthropologie entre médecine et société, Ilario Rossi

Troisième partie : Perspectives transversales et thématiques

  • 13. Le genre... Donner un genre à l’anthropologie médicale, Carol Browner et Carolyn Sargent
  • 14. Le politique... Le sens de la santé. Anthropologie des politiques de la vie, Didier Fassin
  • 15. Le sida et l’exemple de l’Afrique du Sud... Traverser les frontières : l’anthropologie médicale en Afrique du Sud et le VIH-sida, Eleanor Preston White

Conclusion : Anthropologie médicale : pistes d’avenir, Margaret Lock

Fléaux contemporains. Des infections et des inégalités

de Paul Farmer
2006, 474 pages. ISBN : 2-7178-5106-2

Image4S’appuyant sur une expérience médicale de plus de vingt années en Haïti et aux États-Unis notamment, Paul Farmer s’attache à montrer dans ce livre comment les inégalités sociales déterminent les maladies infectieuses, les disparités de leur répartition et de leur traitement. Le sida et la tuberculose, en particulier, distribuent ainsi la mort de façon inéquitable selon des lignes de différenciation qui sont à la fois locales et globales. Insuffisamment reconnue au plan international, cette injustice sociale se trouve redoublée par le fait que ce sont toujours ses victimes que l’on blâme, en mettant en cause leurs croyances traditionnelles et leurs comportements inappropriés plutôt que la violence structurelle qu’elles subissent quotidiennement.

Dans ce livre, analyses critiques sur la santé publique et récits biographiques de malades se levant la vie leurs ressorts fi leurs causes, mais devant la vie, leurs ressorts et leurs causes, mais aussi de possibles solutions mettant en jeu une solidarité et une responsabilité internationales et se déployant concrètement dans des actions telles que celles conduites par l’auteur.

Sommaire

Introduction

  • 1. La théorie au regard de la pratique, une dynamique vitale
  • 2. Repenser les "maladies infectieuses émergentes"
  • 3. Les femmes invisibles
  • 4. Une épidémie follement exotique.
  • 5. Culture, pauvreté et transmission du VIH
  • 6. La maladie envoyée
  • 7. Pauvres, donc malades.
  • 8. Échecs et espoirs de la lutte contre la tuberculose
  • 9. De quelques théories présomptueuses quant aux causes de la tuberculose
  • 10. Des fléaux tenaces.

Cultures familiales du risque

de Claudine Burton-Jeangros
2004, 255 pages. ISBN : 2-7178-4910-6

Image5À la croisée de la sociologie de la santé et de la sociologie du risque, cet ouvrage examine la gestion des risques au sein de la sphère privée. La santé est une préoccupation centrale des familles, or elle est constamment menacée par de nombreux risques. Certaines menaces sont relativement bien connues et font l’objet de campagnes de prévention insistant sur la responsabilité des individus à entretenir leur en revanche sont marquées par les incertitudes en revanche sont marquées par les incertitudes – crise de la vache folle, … - et les choix à faire ne vont pas de soi. Nous avons ici cherché à comprendre comment les familles font face à ces différents aléas.

L’ouvrage s’appuie sur une étude empirique analysant l’articulation entre conceptions de la santé, représentations des risques et pratiques sanitaires. Sociales du danger, cette recherche révèle la diversité sociale du danger, cette recherche révèle la diversité des réponses élaborées par les familles et permet de décrire plusieurs cultures du risque au sein du public.

Sommaire

Introduction

  • 1. Santé et risques : discours professionnel et appréhension profane
  • 2. Problématique et méthodes
  • 3. Représentations des risques
  • 4. Risques et rapports à la santé
  • 5. Stratégies face aux risques
  • 6. Risques et santé dans les familles

Conclusions

Un personnel invisible. Les aides-soignantes à l’hôpital

d'Anne-Marie Arborio
2002, 344 pages. ISBN : 2-7178-4191-1

Image6Aussi nombreuses que les infirmières à s’occuper des malades dans les hôpitaux, les aides-soignantes sont beaucoup moins connues. Elles assurent pourtant des tâches essentielles pour l’hygiène et pour le confort des malades sans lesquelles les gestes médicaux ne peuvent être réalisés et qui sont aujourd’hui au cœur des transformations de l’hôpital. Les résultats de l’enquête d’Anne-Marie Arborio, qui s’appuient sur des données d’archives, d’observations directes et d’entretiens, permettent à la fois de cerner les contours du groupe social que forment les aides-soignantes et de comprendre les ressorts de l’invisibilité de ce métier hospitalier.

A ce titre, cet ouvrage concerne autant les spécialistes de sciences sociales pour les questions qu’ils posent sur la division du travail et les professions, que tous ceux qui s’intéressent aux questions de santé en général et à l’hôpital en particulier.

Sommaire

Introduction

  • 1. Hiérarchies et carrières dans l’histoire du personnel secondaire des hôpitaux
  • 2. Sous le titre d’aide-soignante
  • 3. Matériau humain, "sale boulot" et compétences sociales pour définir un métier
  • 4. Des trajectoires qui croisent l’hôpital
  • 5. Carrières verticales et "carrières modèles" : agent, aide-soignante puis infirmière
  • 6. D’un poste à l’autre : stratégies d’aides-soignants et logiques d’institution

Conclusion

Exclusions au cœur de la Cité

études réunies par Dominique Schnapper
2001, 324 pages. ISBN : 2-7178-4166-0

Image7Si le thème de l’exclusion a dominé le débat public sur la question sociale tout au long d années quatre-vingt-dix, il en a souvent obscurci les dynamiques et les enjeux. Cette représentation dualiste de la société, des chercheurs l’ont mise à l’épreuve d’enquêtes sociologiques qu’ils ont réalisées à Marseille, Lille, Paris et sa banlieue. Leurs observations ont porté sur un lycée, un collège, un club de rugby, une association de femmes immigrées, des collectifs d’étrangers en situation irrégulière et, plus largement, sur l’expérience des habitants de plusieurs quartiers de ces villes.

L’ouvrage collectif qui rend compte de cette recherche, conduite en commun pendant trois ans, analyse les processus de désaffiliation sociale, de précarisation économique, de ségrégation spatiale, de discrimination ethnique et même d’exclusion juridique qui mettent à mal les liens sociaux, mais il essaie également de montrer la manière dont les agents récusent les images stigmatisantes qui leur sont attachées, se réapproprient les espaces dans lesquels ils se trouvent relégués, déplacent les rapports de domination dont ils sont victimes et réinventent, au cœur de la Cité, des formes de vie civique.

Sommaire

Introduction, Dominique Schnapper

  • Constructions identitaires et rapports sociaux dans une cité défavorisée de la banlieue parisienne, Serge Paugam et Agnès van Zanten
  • Les acteurs du champ de l’exclusion à la lumière de la tradition civique marseillaise, André Donzel et Jacques Guilhaumou
  • Exclusions, inventions et résistances, Béatrice Mesini, Jean-Noël Pelen et Laurence Roulleau-Berger
  • Encadrer les jeunes : un lycée professionnel, un club de rugby, Françoise Lorcerie et Sébastien Darbon
  • Femmes issues de l’immigration : entre communauté et citoyenneté, Dominique Duprez et Michèle Leclerc-Olive
  • Les épreuves de l’irrégularité : les sans-papiers, entre déni d’existence et reconquête d’un statut, Didier Fassin et Alain Morice

Conclusion

Le temps de la fatigue. La gestion sociale du mal-être au travail

de Marc Loriol
2000, 300 pages. ISBN : 2-7178-4060-5

Image8Il est de plus en plus courant aujourd’hui de se plaindre d’une "mauvaise fatigue" dont seraient responsables les conditions de vie et de travail modernes. Mais les concepts et les analyses sociologiques manquent encore pour rendre compte de ce phénomène. À partir d’une étude historique et de plusieurs enquêtes sur la perception de la fatigue dans différents milieux professionnels (infirmières, travailleurs sociaux, ouvriers d’industrie, conducteurs de bus et chauffeurs routiers), cet ouvrage montre que la compréhension de la fatigue doit partir du sens que les acteurs donnent à leur engagement dans le travail et des formes de régulation sociale spécifiques. La sensation de fatigue est donc plus qu’une affaire individuelle et renvoie à tout un ensemble d’accords et de conflits qui structurent les discours et les perceptions.

Sommaire

Introduction

  • 1. La sociogenèse historique de la notion de mauvaise fatigue
  • 2. La difficile reconnaissance de la mauvaise fatigue des ouvriers
  • 3. De la fatigue des infirmières au burn out
  • 4. Mauvaise fatigue et régulation des conflits au travail

Conclusion

L’hémophilie au risque de la médecine. De la maladie individuelle à la contamination collective par le sida

de Danièle Carricaburu
2000, 256 pages. ISBN : 2-7178-4036-2

Image9À partir d’une enquête sociologique et socio-historique de plusieurs années, Danièle Carricaburu a étudié les interactions entre la médecine et l’expérience d’hommes hémophiles, contaminés ou non par le virus du sida. Plus précisément, elle montre dans cet ouvrage comment la médecine crée historiquement les conditions collectives de gestion individuelle d’une maladie chronique et comment les personnes malades s’ajustent au modèle médical qui leur est plus ou moins imposé tout au long de leur vie.

Alors qu’actuellement nos sociétés occidentales sont fortement ébranlées par des contaminations d’origine thérapeutique (sida, hépatite, maladie de Creutzfeldt Jakob, etc.), cette recherche apporte un éclairage sur la médecine et sur ses évolutions récentes et souligne de façon exemplaire la contradiction majeure entre l’acceptabilité du risque – tant qu’il reste abstrait – et son innaceptabilité quand il se réalise.

Sommaire

Introduction

  • Du savoir à la thérapeutique
  • Premiers dispositifs de soins transfusionnels et émergence d’un segment professionnel
  • Dispositifs de prise en charge et générations de malades
  • S’approprier le modèle médical actuel : le "travail d’accord"
  • Des trajectoires sous influences
  • Le sida : une nouvelle trajectoire de maladie, un nouveau contexte de gestion de l’hémophilie
  • De l’hémophilie au sida : le poids d’une deuxième trajectoire de maladie
  • Stratégie de normalisation et définition collective du risque : AFH et médecins face au sida

Conclusion

L’ère de la médicalisation. Ecce homo sanitas

sous la direction de Pierre Aïach et Daniel Delanoé
1998, 251 pages. ISBN : 2-7178-3518-0

Image10Le Meilleur des mondes conçu par Aldous Huxley reposait sur une valeur suprême, la stabilité. Dans notre monde, la santé n’est-elle pas devenue la valeur première, en même temps que le dernier refuge de la morale et de la solidarité ? Le lecteur pourra imaginer une société future dans laquelle la médicalisation, en marche depuis plusieurs siècles, aura fini par investir l’ensemble du champ social.

En effet, la médicalisation n’est pas seulement l’expansion de la médecine en tant que pratique et savoir, elle est aussi le produit des transformations qui s’opèrent dans le domaine de l’expertise et dans les divers secteurs du monde social, elle est à la fois constituée et engendrée par une "occupation" de plus en plus obsessionnelle des esprits par la valeur santé. Elle est le fruit d’une dialectique subtile entre les divers éléments qui sont à l’origine du processus qui lui donne force et dynamisme.

Rien ne peut véritablement s’opposer à ce processus – et certainement pas les politiques de restriction des dépenses de santé – dans la mesure où la source essentielle à laquelle il s’alimente est la vie, avec ses angoisses face à la maladie, à la souffrance, au vieillissement et à la mort.

Avec la médicalisation, peut-être sommes nous arrivés aujourd’hui au terme de l’ère médicale prophétisée par Knock et entrons nous dans l’ère de l’homo sanitas.

Sommaire

  • Avant-propos. Les politiques de la médicalisation, Didier Fassin
  • Les voies de la médicalisation, Pierre Aïach
  • Médicalisation et procès de civilisation, Patrice Pinell
  • La médicalisation vue par les historiens, Olivier Faure
  • Enjeux et formes de la médicalisation : d’une approche globale au cas de la gérontologie, Marcel Druhle et Serge Clément
  • La médicalisation des comportements vue selon les résultats des enquêtes "santé-soins-médicaux", Pierre Mormiche
  • La médicalisation psychiatrique de "la peine à vivre", Marcel Jaeger
  • Réflexions sur la médicalisation de la douleur, David Le Breton
  • Les "soins hospitaliers à domicile" entre démédicalisation et médicalisation du domicile, Jeannine Bachimont
  • La médicalisation de la ménopause, Daniel Delanoë

Le silence et le sens. Essai d’anthropologie du sida en Afrique

de Laurent Vidal
1996, 217 pages. ISBN : 2-7178-3187-8

Image11À l’origine de cet ouvrage, un constat paradoxal : la recherche médicale et les intervenants fans le domaine du sida en Afrique sollicitent les analyses d’une anthropologie qui doit, dans le même temps, réévaluer ses méthodes et ses concepts à la lumière des caractéristiques de l’épidémie. Au terme de quatre années auprès de malades d’une métropole africaine fortement touchée par le sida (Abidjan), l’auteur se propose donc d’engager une réflexion sur la capacité de l’anthropologie à penser le malade dans ses relations sociales : qu’il s’agisse de réfléchir à la position de médiateur de l’anthropologue (dit patient au médecin), de saisir les représentations que le malade se forge de son affection, de l’intervention des médecins et de l’attitude de ses proches, ou d’analyser, enfin, les chah des praticiens en matière d’annonce de la séropositivité. Inséré dans un dispositif de silence autour d’une maladie qui, plus que toute autre, pose jusqu’à son terme la question du sens (de la contamination, du rapport à autrui), l’auteur entreprend de dévoiler la richesse des réponses que chacun apporte à la maladie. Le tien qui dynamiques traduit in des défis majeurs de la vie du séropositif : maîtriser le silence afin d’accepter le sens de la maladie.

Sommaire

Des réalités du sida au projet anthropologique

D’une anthropologie de la maladie….

  • Incertain itinéraire.
  • La négociation du mal.
  • L’événement, forme élémentaire de la maladie…

…À une anthropologie générale

  • Une anthropologie au risque du sida.
  • Le partage : d’expériences en expertises.
  • S’approprier le sida ….

Les commissaires-priseurs. La mutation d’une profession

d'Alain Quemin
1997, 534 pages. ISBN : 2-7178-3427-3

Image12Qui sont les commissaires-priseurs ? Traditionnellement très discrète, la profession se trouve depuis plusieurs années sous les feux de l’actualité en raison de la construction européenne qui est venue remettre en cause son monopole sur le marché français des ventes aux enchères. En sociologue, Alain Quemin a étudié pendant près de cinq ans cette profession dont la mutation actuelle doit être rapportée à une évolution survenue durant les années 1970. Le changement d’origine sociale des professionnels qui, encore naguère largement issus des professions libérales traditionnelles -notamment judiciaires- appartiennent désormais beaucoup plus fréquemment aux milieux d’affaires, a eu des conséquences majeures. L’émergence d’une logique d’entreprise concurrente de la logique professionnelle traditionnelle est ainsi étudiée, le groupe étant passé du statut de rentiers à celui de professions libérales actives et, de plus en plus, à celui de véritables entrepreneurs.

L’amateur de sciences sociales pourra ainsi trouver des éléments de réponse à quelques points trop rarement abordés en sociologie : si l’origine sociale est un point fréquemment étudie par cette discipline, quelle peut être son influence sur la dynamique professionnelle ? De même, comment peut-on analyser les professions d’élites (les commissaires-priseurs constituant le groupe le plus exclusif socialement étudié à ce jour) ? Enfin, amateurs d’arts et familiers des ventes aux enchères ou simples curieux pourront découvrir un groupe qui reste largement méconnu.

Sommaire

Introduction : Pourquoi étudier la profession de commissaire-priseur ?

Première partie. Esquisse d’analyse historique de la profession de commissaire-priseur

  • Évolution générale de la profession de commissaire-priseur
  • Les commissaires-priseurs et l’État : une longue histoire entre connivence et "lobbying"
  • Unité ou division des commissaires-priseurs au fil de l’histoire ?
  • Les lignées de commissaires-priseurs : un capital professionnel traditionnellement transmis au sein des familles
  • L’officier ministériel : des méthodes et des mentalités inchangées du XIXe siècle jusqu’aux années soixante-dix

Deuxième partie. Morphologie professionnelle et sociale des commissaires-priseurs

  • Les effectifs de la profession
  • Les commissaires-priseurs et l’espace : l’ancrage territorial des études et des professionnels
  • L’âge des commissaires-priseurs
  • La division du travail à l’intérieur des études
  • Les revenus et le capital professionnel des commissaires-priseurs
  • L’origine sociale des commissaires-priseurs
  • Que deviennent les enfants de commissaires-priseurs ?
  • Que souhaitent leurs parents pour leur avenir professionnel ?
  • Les femmes commissaires-priseurs
  • Conclusion : une profession segmentée

Troisième partie. La modernisation de la profession de commissaire-priseur

  • Les causes du changement
  • Les instruments du changement
  • L’évolution professionnelle : un processus conflictuel
  • Conclusion

Les métiers de la santé

sous la direction de Pierre Aïach et Didier Fassin
1994, 364 pages. ISBN : 2-7178-2767-6

Image13Régulièrement annoncée, la crise de la médecine est de plus en plus souvent présentée comme une criée touchant globalement le système de santé. Sont invoqués pêle-mêle, à l'appui de ce diagnostic, la prolétarisation de la condition des praticiens libéraux, la disparition prochaine des chirurgiens généralistes, la dégradation des conditions de travail des infirmières, la multiplication des affaires judiciaires impliquant des médecins, la perte de confiance vis-à-vis des soignants, un désenchantement a l'égard de la médecine et de ses représentants.

En s'appuyant sur des études de cas illustrant les situations particulières de diverses professions, ce livre montre que, derrière la crise invoquée, ce qui est en jeu, c'est une reconfiguration de l 'espace social de la santé où se redéfinissent les territoires et les frontières de chaque métier, où s'établissent des modes différents de légitimation des soignants finalement où se distribuent de nouveaux rapports de pouvoir entre les professionnels, la société et l'État.

Sommaire

  • Introduction, Pierre Aïach et Didier Fassin
  • Crise, pouvoir et légitimité, Pierre Aïach, Didier Fassin et Jacques Saliba
  • Les paradigmes des professions de santé, Jacques Saliba
  • Vocation médicale et choix professionnel, Catherine Déchamp-Le Roux
  • La médecine générale en crise ?, Dominique Broclain
  • Les métiers de psychiatre, Albert Ogien et Michael Toledo
  • La fin du chirurgien généraliste, Yves Ternon
  • Les voies du réenchantement professionnel, Françoise Bouchayer
  • La profession infirmière, André Petitat
  • L'infirmier en santé mentale, Marcel Jaeger
  • Les sages-femmes face à l'innovation, Danièle Carricaburu
  • Une profession conflictuelle : la pharmacie d'officine, Pierre Aïach
  • Penser les médecines d'ailleurs, Didier Fassin
EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

flux rss  EHESS

Cinémas d’insurrection

Colloque - Mercredi 22 février 2017 - 18:00Ce colloque est l’aboutissement d’un premier travail de recherche et de rencontre conduit avec des cinéastes et militants filmant de manière atypique les situations de conflits et post-conflits depuis plusieurs années ou décennies. L’objectif de ce colloque est donc de confronter les pratiques et les engagements d’artistes et de chercheurs enquêtant sur diverses situations de mobilisations ou de résistances armées, et sur la mémoire et l’amnésie constitutive de l’expérience historique des situations de post-conflits. Ces pratiques filmiques peuvent aussi inspirer les sciences sociales par leurs positions et leurs observations au plus proche des expériences de leurs interlocuteurs. En plaçant les travaux de ces cinéastes au centre des interventions, ce colloque entend aussi réinterroger les modes de savoir et les constructions de sens produits par l’image.Avec la participation des cinéastes Édouard Beau, Stéphane Breton, John Gianvito, Clarisse Hahn, Florent Marcie et du Collectif de vidéastes ukrainiens BABYLON’ 13.(...)

Lire la suite

Little go girls d'Éliane De Latour

Projection-débat - Mardi 17 janvier 2017 - 18:00La projection sera suivie d'un débat en présence de la réalisatrice Éliane de Latour, cinéaste et anthropologue, directrice de recherches à l’Iris, avec Thomas Sotinel, critique cinéma au journal Le Monde et Eric Fassin, sociologue, professeur à Paris VIII. A Abidjan, les go de nuit empruntent un chemin chaotique entre délinquance et rapports tarifés dans les ghettos d'Abidjan, pour fuir les violences familiales. Très jeunes, analphabètes, largement musulmanes, elles sont prêtes à affronter le déshonneur et la mort pour un peu d'autonomie dont elles ont été privées dès le plus jeune âge. Entre le réveil et le tapin, le temps façonné par l’attente, les rêves, l’incertitude, laisse emerger une intimité presque silencieuse. Quelques unes tentent de renverser soudain leur mode d'existence pour tenter de gagner un peu de dignité à travers un nouveau projet de vie, la Casa des go. Les tensions sont telles qu’elles finissent par embaucher deux petites bonnes qu’elles rémunèrent 0,50€ par jour. Alors que les go commencent à sortir la tête du darkness, elles passent le relais de la servitude à des fillettes privées d’école comme elles au même âge. Sans doute suivront-elles le même chemin ? Le cercle se referme. Qui en sortira vraiment ?Voir la bande annonce du filmSéance organisée dans le cadre du Cycle "L'EHESS fait son ciné" proposé par la Direction de l’image et de l’audiovisuel (...)

Lire la suite

Origines et conditions d’apparition de la vie

Colloque - Mardi 11 octobre 2016 - 09:00La question des conditions d’apparition de la vie ou de la présence de la vie dans l’univers, longtemps considérée comme appartenant au domaine spéculatif, est en train de devenir un champ de recherche actif.Ce questionnement implique les sciences « dures » telle que l’astronomie et l’astrophysique – avec la découverte de planètes extrasolaires et l’exploration du Système Solaire par l’entremise de sondes spatiales, jusqu’à la chimie, la biologie et l’écologie – avec les derniers développements dans le monde prébiotique, l’émergence de la matière vivante et des systèmes écologiques et les étapes fondamentales de l’évolution. Ces questions impliquent tout autant les sciences humaines, comme l’histoire des sciences -avec l’histoire du questionnement des origines de la vie ou l’évolution des relations entre instrumentation scientifique et définition de la vie ; jusqu’à l’anthropologie – avec les variations culturelles de la perception et de la conception de la vie. Elles incitent, par ailleurs, à déporter le regard de la seule reconstitution des premières étapes de la vie pour considérer comme objectif la construction d’êtres « vivants » artificiels. Recréer la vie devrait en effet permettre de clarifier des questions telles que la façon dont la vie peut démarrer en tant que processus global, la probabilité de sa présence, la diversité qu’elle pourrait présenter dans d’autres mondes et, en dernier lieu, « ce qu’est » la vie.Plusieurs actions d’envergure focalisées sur ces questions ont ainsi récemment émergé dans les grandes universités internationales ou dans des fondations privées (Origins of life initiative à Harvard, Origins of Life Initiative à Munich, Earth-life Institute au Tokyo Institute of Technology, l’initiative de la Simons Foundation). Riche de l’activité de ses équipes en ce domaine ainsi que de la cartographie des savoirs susceptibles de l’étoffer, Paris Sciences et Lettres Research University a aussi souhaité aborder ces questions grâce à la mise en place récente d’un IRIS intitulé Origines et Conditions d’Apparition de la Vie.Le colloque de lancement sera l’occasion de confronter les perspectives adoptées par les grands centres mondiaux de recherche et de formation ainsi que d’en apprécier les motivations. Il montrera aussi que Paris, et de façon spécifique PSL Research University, dispose de tous les atouts pour aborder ce challenge scientifique. Inscription gratuite mais obligatoire par email à : appels-ocav@listes.univ-psl.fr(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

EHESS
190-198 avenue de France, 75244 Paris cedex 13

Attention ! Nouvelle adresse à partir du 1er avril 2017 :
54 bd Raspail 75006 Paris

Tél : 33 (0)1 49 54 25 05 - Fax : 33 0(1) 49 54 24 28
iris@ehess.fr
Accès

UNIVERSITE PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75 - Fax : 33 (0)1 48 38 88 62
iris@univ-paris13.fr
Accès

 


 

Liens rapides

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris