Membres | Doctorant.e.s

Julie ANCIAN

Ancian Julie
Doctorante
Discipline(s) : Sociologie
Institution(s) de rattachement : EHESS

Coordonnées professionnelles

julie.ancian[at]gmail.com

L’impossible maternité. Approche sociologique du néonaticide (France, 2005-2015)

Thèse préparée sous la direction conjointe de Simone Bateman (Cermes3/EHESS) et Marc Bessin (Iris/EHESS)

Les néonaticides (homicide d’un nouveau-né dans les 24h qui suivent sa naissance) constituent un cas éclairant pour analyser les conduites hors normes en matière de procréation. Alors que les grossesses non voulues sont un problème de santé publique documenté, les interprétations données par les différents auteurs des discours sur les néonaticides (médias, professionnels de justice, cliniciens) négligent le poids des contraintes sociales et culturelles et des événements biographiques qui pèsent sur une femme dans la parfaite maîtrise de sa fécondité, au profit de lectures psychologisantes. Les présupposés essentialistes qui étayent la représentation des néonaticides produite lors de son traitement judiciaire ont pour effet d’individualiser ce phénomène et d’en dépolitiser la portée, éloignant toute possibilité de le comprendre. S’appuyant sur des entretiens biographiques avec des auteures de néonaticide, mon enquête vise à en proposer une nouvelle lecture : l’analyse comparative des parcours de femmes ayant tué leur nouveau-né permet d’identifier des contextes et processus susceptibles d’expliquer que leur recours aux dispositifs légaux de régulation de la reproduction et de planification familiale (contraception, IVG, accouchement sous X) ait été défaillant ou absent. L’étude des néonaticides montre ainsi que malgré la diffusion de l’accès à la contraception et à l’avortement, maîtriser sa fécondité peut, dans certains contextes, représenter un défi majeur, qui reste insuffisamment pris en compte dans le traitement médiatique, clinique ou judiciaire des meurtres de nouveaux-nés.

L’enquête comprend deux volets : j’étudie dans une perspective de genre le traitement judiciaire et médiatique réservé à ces affaires.  Ces mises en récits des actes néonaticides donne à voir non seulement quel peut être le traitement social de la violence des femmes, mais également quels sont les cadres normatifs dominants sur la maternité et la procréation et dans lesquels il faut situer les actes néonaticides pour analyser la conduite des auteures. Menés en parallèle, les entretiens biographiques constituent la matière première d’une analyse de l’expérience des femmes incriminées qui, en détaillant les parcours, interroge la tension entre leur volonté d’éviter une naissance non voulue et la possibilité effective qu’elles avaient de mettre en œuvre ce choix d’un refus de maternité.

  • Mots-clés : déviance ; santé ; genre ; autonomie reproductive ; maternité ; inégalités ; approche biographique

Financement

  • 2012-2015, Contrat doctoral de l’EHESS 

Principales communications

Colloques

  • 2016, « Women who killed their newborn. A mental health or reproductive health issue ? », Congrès de l’ESHMS (European Society for Health and Medical Sociology), Genève, Suisse, 27-29 juin 2016.
  • 2016, « Penser les conditions de recueil d’une expérience extrême. L’exemple des femmes ayant tué leur nouveau-né », colloque internationale sur ‘les SHS face au foisonnement biographique’, EHESS, Paris, France 9-11 mars 2016.
  • 2014, « Neonaticide and management of procreative risks. A sociological approach », European Social Science History Conference, Vienne, Autriche, 21-26 avril 2014.
  • 2012, « Judging newborns’ murders in France. From crime to unwanted pregnancies », 12ème Conférence biennale de l’EASA (Association Européenne des Anthropologues Sociaux), Nanterre, France, 10-13 juillet 2012.

Journées d’étude et séminaires de recherche

  • 2016, Séminaire "Genre, Politique, Sexualité : enquêtes et méthodes d’enquêtes" animé par Juliette Rennes et Mathieu Trachman (EHESS) : « "Ces bébés j’en voulais pas". L’autonomie reproductive au prisme des récits judiciaires et intimes de néonaticides », Paris, 14 novembre 2016
  • 2015, Séminaire des doctorants du Cermes3 : « Méthodologie : comment produire de la théorie à partir des données ? L’exemple de la Grounded Theory», Villejuif, 8 avril 2015.
  • 2014, Séminaire "Sociologies actuelles " animé par Benoît Hachet et Thomas Collas (EHESS) : « Les études sur le genre et la sexualité aux frontières de la sociologie. Apports heuristiques », Paris, 15 mai 2014.
  • 2014, Séminaire des doctorants du Cermes3 : « Le déni de grossesse : usages d’un discours d’experts dans le traitement judiciaire des néonaticides », Villejuif, 9 avril 2014.
  • 2014, Séminaire "Les économies politiques des sentiments" animé par Jean-Baptiste Pettier et Michela Villani  (EHESS): « Grossesses non voulues et maternités imposées : l’injonction aux "sentiments maternels" dans le traitement médiatique et judiciaire des néonaticides », Paris, 7 mars 2014,

Principales publications

Compte-rendus

  • 2016, Compte-rendu de lecture : Collectif, Réflexions autour d’un tabou : l’infanticide, Cambourakis, Paris, 2015, Cahiers du Genre, n°60/2016, p. 238-241
  • 2015, Commentaire sur « Barriers and facilitators of access to first-trimester abortion services for women in the developed world: a systematic review », Journal of Fam Plann & Reprod Health Care [Publié en ligne le 10 novembre 2015]
  • 2015, Compte-rendu de lecture : Charlotte Debest, Le choix d’une vie sans enfant, PUR, Rennes 2014, Genre, sexualité & société [En ligne], mis en ligne le 12 octobre 2015
  • 2015, Compte-rendu de lecture : Le Collectif Onze, Au tribunal des couples. Enquêtes sur des affaires familiales, Odile Jacob, Paris, 2013, Travail, Genre, Société, 33/2015, p. 195-198
  • 2014, Compte-rendu de lecture : Julie Gothuey, Quidora Morales La Mura, Thomas Pierre, François Oudin, Sabrina Sinigaglia-Amadio, Jérémy Sinigaglia (coord.), Enquêter sur le genre. Terrains et pratiques, Presses Universitaires de Nancy, 2012, Revue Française de Science Politique, 64 (5), 2014, p. 1019-1021

Mémoire de recherche

  • "Femmes contre-nature". L’occultation du "refus de maternité" par le "déni de grossesse" dans le traitement judiciaire des néonaticides, mémoire de recherche du Master Sociologie, EHESS, 2012.

Enseignements

2016-2017

  • Chargée de TD "Introduction à la Santé Publique", Licence 1, Mention Sciences Sanitaires et Sociales, Partenariat Université Paris 13-IRTS Ile-de-France

2013-2015

  • Monitrice du Master en Sciences Sociales "Genre, Politique, Sexualité" de l’EHESS
  • Co-responsable du séminaire Études sur le genre et la sexualité : enquêtes et méthodes d’enquête avec Laure Bereni, Juliette Rennes, Elizabeth Claire, EHESS

Animation et valorisation de la recherche

  • Représentante des doctorant.e.s de l’IRIS et membre du conseil de laboratoire
  • Coordinatrice de la journée d’étude : L’autodétermination procréative : du droit à la pratique, avec l’atelier "Genre et Droit" d’Efigies, Paris 21 mai 2014
  • Membre fondatrice et animatrice de l’atelier de jeunes chercheur.e.s "Genre, normes procréatives et périnatalité" (2012-2013)
  • Co-responsable de l’animation du séminaire des doctorants de l’IRIS avec Anne-Sophie Vozari, Zoé Rollin et Chiara Calzolaio (2012-2013)
  • Administratrice du site internet du Master "Genre, Politique, Sexualité"  URL  (2013-2015)

Autres activités

  • Consultante (recherches qualitatives, évaluations) pour des ONG et des instituts de sondage

 

 

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

flux rss  EHESS

Big data & SHS

Journée(s) d'étude - Vendredi 16 juin 2017 - 09:00 "Big data & SHS - Regards et intérêts croisés pour la santé publique", journée d’étude organisée par Thomas Lefèvre & Sandrine de Montgolfier UMR8156 - U997.11 chercheurs français et étrangers en santé publique, venus des sciences sociales, de la médecine, de l'informatique, de l'épidémiologie partageront et croiseront leur regard, leurs expériences et leur intérêt pour la santé publique, au double prisme des Big Data et des sciences humaines et sociales.MatinéeSébastien Dalgalarrondo, CNRS Iris & INSEP, sociologie de la santé"Quantified self" et sportXavier Briffault, CNRS CERMES3, sciences sociales et épistémologie de la santéConséquences pratiques et épistémologiques du développement des objets connectés et big data en santé mentaleLuc Rocher, Université catholique de Louvain, Institute of Information and Communication TechnologiesComputational Privacy: on how human behavior bounds privacy and the privacy-conscientious use of big dataJoëlle Vailly, INSERM Iris, sociologie & anthropologieNouvel usage policier des données génétiques, une perspective anthropologiqueBenjamin Derbez, Mines ParisTech, Centre de Sociologie de l’InnovationLes bases de données de variants génétiques : un enjeu d’économie de la connaissance entre recherche et cliniqueAprès-midiCyrille Delpierre, INSERM & Université Toulouse III, épidémiologisteQuel apport du big data pour l'exploration des inégalités sociales de santé ?Louise Potvin, École de santé publique Université de Montréal, Chaire de recherche du Canada sur les approches communautaires et inégalités de santéD’où vient la complexité des interventions en santé des populations et comment la modéliser ?Nelly Robin, Université de Poitiers CNRS MIGRINTER, géographie avec Lakhdar Saïs Université d'Artois, Centre de Recherche en Informatique de LensParcours Migratoires et Données Multi-Sources. Des bases de données à la fouille de données en passant par l’intelligence artificielle, une méthodologie inédite pour réinterroger les espaces et les temporalités de la Traite des enfants et des femmesAlexandre Delanoë, CNRS Institut des Systèmes Complexes, sociologie, Chef de projet de la plateforme de fouille textuelle GargantextGargantext : comment faire un état de l'art en quelques minutesSandrine de Montgolfier, UPEC & INSERM Iris, épistémologie et histoire des sciences du vivantEnjeux éthiques soulevés par l’accès aux données de séquençage en oncogénétique du point de vue des professionnelsThomas Lefèvre, UP13 Iris & Hôpital Jean Verdier, médecineRetour d’expérience du groupe de réflexion ministériel « big data en santé » ; recommandations et analyses  (...)

Lire la suite

Cinémas d’insurrection

Colloque - Mercredi 22 février 2017 - 18:00Ce colloque est l’aboutissement d’un premier travail de recherche et de rencontre conduit avec des cinéastes et militants filmant de manière atypique les situations de conflits et post-conflits depuis plusieurs années ou décennies. L’objectif de ce colloque est donc de confronter les pratiques et les engagements d’artistes et de chercheurs enquêtant sur diverses situations de mobilisations ou de résistances armées, et sur la mémoire et l’amnésie constitutive de l’expérience historique des situations de post-conflits. Ces pratiques filmiques peuvent aussi inspirer les sciences sociales par leurs positions et leurs observations au plus proche des expériences de leurs interlocuteurs. En plaçant les travaux de ces cinéastes au centre des interventions, ce colloque entend aussi réinterroger les modes de savoir et les constructions de sens produits par l’image.Avec la participation des cinéastes Édouard Beau, Stéphane Breton, John Gianvito, Clarisse Hahn, Florent Marcie et du Collectif de vidéastes ukrainiens BABYLON’ 13.(...)

Lire la suite

Little go girls d'Éliane De Latour

Projection-débat - Mardi 17 janvier 2017 - 18:00La projection sera suivie d'un débat en présence de la réalisatrice Éliane de Latour, cinéaste et anthropologue, directrice de recherches à l’Iris, avec Thomas Sotinel, critique cinéma au journal Le Monde et Eric Fassin, sociologue, professeur à Paris VIII. A Abidjan, les go de nuit empruntent un chemin chaotique entre délinquance et rapports tarifés dans les ghettos d'Abidjan, pour fuir les violences familiales. Très jeunes, analphabètes, largement musulmanes, elles sont prêtes à affronter le déshonneur et la mort pour un peu d'autonomie dont elles ont été privées dès le plus jeune âge. Entre le réveil et le tapin, le temps façonné par l’attente, les rêves, l’incertitude, laisse emerger une intimité presque silencieuse. Quelques unes tentent de renverser soudain leur mode d'existence pour tenter de gagner un peu de dignité à travers un nouveau projet de vie, la Casa des go. Les tensions sont telles qu’elles finissent par embaucher deux petites bonnes qu’elles rémunèrent 0,50€ par jour. Alors que les go commencent à sortir la tête du darkness, elles passent le relais de la servitude à des fillettes privées d’école comme elles au même âge. Sans doute suivront-elles le même chemin ? Le cercle se referme. Qui en sortira vraiment ?Voir la bande annonce du filmSéance organisée dans le cadre du Cycle "L'EHESS fait son ciné" proposé par la Direction de l’image et de l’audiovisuel (...)

Lire la suite

Plus d'actualités

EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Tél : 33 (0)1 49 54 25 05 - Fax : 33 0(1) 49 54 24 28
iris@ehess.fr
Accès

UNIVERSITE PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75 - Fax : 33 (0)1 48 38 88 62
iris@univ-paris13.fr
Accès

 


 

Liens rapides

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris