Membres | Jeunes docteurs

Cyprien TASSET

tasset
Sociologue

Coordonnées professionnelles

cyprien.tasset[at]gmail.com

Page personnelle

Activités de recherche

  • Séminaire "Les pensées critiques contemporaines au prisme de la question universitaire". Avec Laurent JEANPIERRE (Université Paris 8/Cresppa-LabToP)
  • 2012-2013, ATER à l’Institut des Sciences Sociales du Travail (ISST), Université Paris 1
  • 2011, chargé de recherche dans le cadre de la convention entre le CEE et le GSPM (IMM) intitulée « Précaires et précarité parmi les travailleurs intellectuels en région parisienne », financée par La Fonda, sous la responsabilité d'Emmanuel Didier et Mathieu Grégoire
  • 2009-2010, création et animation du site de Master de sociologie de l’EHESS
  • 2007-2008, coordination du séminaire de lecture au GSPM sur les inégalités et les classes sociales.

Principales communications

  • 2016, « Les investissements politiques du précariat culturel », Journée d’études « Qualifier la contestation : Insurrection, violence politique, manifestations en 2016 » (Laboratoire Théories du Politique ; Centre d’Études Sociologiques et Politiques Raymond Aron) ; le 16 décembre.
  • 2016, « Groupes sociaux et groupes militants. La tentative autonome de faire émerger les précaires comme entité collective dans les années 1970 », Intervention au cours « Approches comparées de l'action collective » de Hélène Combes et Lilian Mathieu ; Sciences-Po Paris, 22 novembre.
  • 2016, « Du déploiement de la réflexivité des « intellectuels précaires » à la mise en lumière d'une aire sociale contrastée », Journée d’étude de la Société Française d’Ethnographie: « De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques », 10 octobre.
  • 2016, « Les jeunes diplômés en précarité, constats et propositions », France Stratégie, atelier « Investir dans la jeunesse : Quelles priorités ? » 21 septembre.
  • 2016, Atelier : « Précaires, précarité, subjectivation politique », Université d’été « Les Nouvelles Figures du Social », Université Paris 7, 8 juillet.
  • 2016, « Précarité et exploitation dans la société de l’enrichissement », discussion de l’ouvrage en préparation de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Université de Nanterre, 4 juillet.
  • 2016, « Trois façons de construire « les précaires » comme entité collective à la fin des années 1970 en France ». Atelier HIstoire SOciale des idées POlitiques (HiSoPo) 22 juin.
  • 2013,  Precarious knowledge workers as a critical class », Conference « Practices of Critique », Cluster of Excellence "The Formation of Normative Orders", Frankfurt, 5-7 décembre.
  • 2012, Les projets de groupes sociaux mis à nu par leur quantification, communication au colloque Statactivisme. Conférence internationale sur l'usage des nombres comme outil d'émancipation, Paris, 15 mai.
  • 2012, Travail intellectuel et précarité(s), présentation au séminaire Trajectoires professionnelles et dispositifs publics en action, Université Paris-Dauphine (IRISSO), 10 février.
  • 2011, La peur de la surproduction universitaire, communication au colloque Les universités au risque de l'histoire, Nancy, 10 et 11 octobre.
  • 2011, La sociologie du déclassement, une physique sociale du ressentiment ? présenté à L'Explosion en point de mire, Groupe Interdisciplinaire de Recherche Allemagne-France (GIRAF) 3 et 4 juin.
  • 2011, Entre sciences sociales, journalisme et manifestes. Une controverse sur la représentation de groupes sociaux dans la France des années 2000, colloque Journalisme et questions sociétales au prisme des industries culturelles, Echirolles, mai.

Principales publications

Articles

Chapitres d'ouvrages

  • 2014, Comment juguler la production de prolétaires intellectuels ? Les discours réformateurs contre la surproduction universitaire, 17e-21e siècle. In Y. Bettahar et M.-J. Choffel-Mailfert (éd.), Les Universités au risque de l'histoire. Principes, configurations, modèles. Nancy: Presses Universitaires de Lorraine.
  • 2014, Les « intellos précaires » et la « classe créative » : le recours à la quantification dans deux projets concurrents de regroupement social. In I. Bruno, E. Didier et J. Prévieux (éd.), Statactivisme, comment lutter avec des nombres ? Paris: La Découverte.

Recensions

Thèse : Les travailleurs intellectuels précaires, genèses et réalités d'une figure critique

Thèse de sociologie préparée à l'EHESS sous la direction de Luc Boltanski, soutenue le 5 décembre 2015

Au cours des années 2000, certains acteurs s'efforcent de mobiliser les précaires, tandis que d'autres tâchent d'inscrire dans la trame des divisions sociales des catégories marquées à la fois par des attributs « précaires » et par un caractère « intellectuel ». Ces tentatives posent à la sociologie non seulement la question du statut de réalité de ces entités, mais également celles de la propension à la critique que certains attribuent aux « intellos précaires », au « cognitariat », au « nouveau prolétariat intellectuel », etc.

Pour cela, nous commençons par revenir sur la naissance de la notion de précarité en France autour de 1980. Nous verrons que les rapports entre les précaires en général et une éventuelle fraction d'intellectuels ou d'artistes touchés par la précarité jouent un rôle important dans la définition des usages politiques de la notion de précarité, et en particulier dans les tentatives pour constituer les précaires en groupe mobilisé.

Nous essayons également d'établir la généalogie historique des modes de problématisation et de représentation d'intellectuels précaires que nous avons recensés. Les figures contrastées que l'on rencontre dans les années 2000 ouvrent plusieurs pistes. Celle de la bohème littéraire, mais également celle du surnombre de diplômés, ainsi que celle des spéculations, de la part de penseurs marxistes, sur les possibilités d'alliance entre les fractions défavorisées des intellectuels et le prolétariat.

Notre recherche ne se limite pas à ces dimensions historiques ou symboliques. Nous discutons les possibilités d'une approche statistique des phénomènes de précarité des intellectuels dans la France contemporaine. De plus, nous avons conduit plusieurs dizaines d'entretiens avec des personnes engagées dans des professions intellectuelles et artistiques sans disposer d'emploi stable. Ils sont centrés sur leur trajectoire professionnelle ainsi que sur leurs conditions de vie, en particulier au niveau des sources d'argent qui permettent de persister dans cette situation. Ce qui en ressort est la grande variété des situations professionnelles ainsi que des niveaux d'incertitude associés à la précarité dans les professions intellectuelles. Tandis qu'une frange aspire fermement à une stabilisation professionnelle, et qu'une autre se présente comme sûre de sa capacité à affronter indéfiniment les épreuves de la précarité, l'expérience d'un grand nombre d'interviewés est marquée par une ambivalence aiguë entre liberté et contrainte, satisfaction d'échapper à la vie en organisation et angoisse.

Jury

  • Luc Boltanski
  • Florent Champy
  • Patrick Cingolani
  • Laurent Jeanpierre
  • Lilian Mathieu
  • Gwénaëlle Rot
EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

IRIS - EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Tél : 33 (0)1 49 54 25 05
iris@ehess.fr
Accès

IRIS - UNIV. PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75
iris@univ-paris13.fr
Accès

 


 

Liens rapides

La Lettre de l'Iris

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris