Membres | Jeunes docteurs

Cécile THOMÉ

Cécile Thomé
Sociologue

Coordonnées professionnelles

thome.cecile[at]gmail.com

Le rapport au corps et à la santé dans les choix contraceptifs des jeunes femmes en France selon le milieu social

Post-doctorat accueilli à l’Ined, UR 14 - Santé et droits sexuels et reproductifs. Chercheuse référente : Virginie Rozée.

Ce projet post-doctoral porte sur le rapport à leur corps et à leur santé des jeunes femmes (entre 20 et 30 ans) utilisatrices d'une méthode de contraception. En dépassant le paradigme de l'efficacité contraceptive, il s'agit de voir en quoi le fait de prendre en compte les différents effets des méthodes contraceptives, médicales ou non, sur le corps, la santé ou encore le rapport à soi-même peut permettre de mieux comprendre leur utilisation par les jeunes femmes dans les différents milieux sociaux et l’évolution que celle-ci connaît actuellement, en lien avec le renouvellement chez cette génération du rapport au corps et à la santé et avec une demande de méthodes plus « naturelles » ou, en tout cas, moins « hormonales ». Il comprend un volet quantitatif (analyse d'enquêtes de l’Ined/Inserm ainsi que de données recueillies en ligne) et un volet qualitatif (entretiens avec des jeunes femmes de différents milieux sociaux).

 

La sexualité aux temps de la contraception. Genre, désir et plaisir dans les rapports hétérosexuels (France, années 1960 - années 2010)

Thèse préparée sous la direction de Michel Bozon (Ined/EHESS), soutenue le 18 novembre 2019

Ce travail de thèse porte sur les recompositions de la sexualité hétérosexuelle et des rapports de genre en France, depuis les années 1960, dans un contexte de généralisation de l’utilisation de la contraception médicale. Il vise à faire la sociogenèse des scripts de la sexualité « contraceptée », que cette contraception soit assurée par des moyens « médicaux » (méthodes hormonales, stérilet au cuivre, stérilisation), des méthodes barrières (préservatif masculin ou féminin, diaphragme, spermicides) ou encore par des méthodes alternatives souvent qualifiées de « naturelles », comme le retrait ou les méthodes d’auto-observation (méthode Ogino, méthode des températures, méthode Billings, méthode symptothermique). 

Le travail s’appuie sur trois types de matériaux : des données d’archives et des témoignages écrits, une analyse secondaire de données quantitatives et 71 entretiens semi-directifs avec des hommes et des femmes ayant entre 20 et 84 ans. Il s’agit, à partir de ces matériaux, de rendre compte des représentations naturalisées de la sexualité, du désir et du plaisir sexuels, ainsi que des rapports de pouvoir qui sont mis au jour par l’étude concrète des pratiques contraceptives et sexuelles. 

La thèse restitue d’abord la construction et le déroulement de l’enquête, en interrogeant épistémologiquement la sexualité aux différentes ères de la contraception. Il s’agit de réfléchir à la construction d’un objet qui ne va pas « de soi », ainsi que de mener une réflexion méthodologique sur les conditions de possibilité d’une telle recherche sur la sexualité. Puis c’est une démarche sociohistorique qui est adoptée, avec l’étude de l’évolution de l’articulation entre sexualité et contraception, en particulier autour de la diffusion de la contraception médicale (années 1960-1970) et de celle du préservatif (années 1980-1990). La recherche montre que le plaisir sexuel des femmes n’est pas né avec la pilule, mais également que les rapports de genre autour de la sexualité se sont largement recomposés dans cette période, alors que la contraception passait du statut de compétence masculine à celui de responsabilité féminine. En se centrant ensuite sur le milieu des années 2010, la thèse s’appuie sur l’étude détaillée des pratiques contraceptives, pour approcher la sexualité et les réflexivités sexuelles créées par chaque méthode. Revenant successivement sur les méthodes médicales, les méthodes barrières et les méthodes alternatives de contraception, elle met au jour trois types de réflexivité sur la sexualité (attentive, obligatoire et amplifiée). Le travail contraceptif impliqué par chaque méthode y est également interrogé, de même que ses effets en matière de désirs, de plaisirs et de pratiques sexuelles. Enfin, ce travail met en évidence, grâce à l’étude de la contraception, certains fondements de la sexualité hétérosexuelle contemporaine. Ce sont en particulier la force de la réciprocité, la centralité de la pénétration pénovaginale et la nécessité des disponibilités physique et émotionnelle pour le bon déroulement du script « banal » qui sont mises en évidence, ainsi que le travail des femmes sur la sexualité pour produire la spontanéité de ce script.

  • Mots-clés :  Sexualité, Contraception, Genre, Réflexivité, Scripts sexuels, Santé, Émotions, Corps, Hétérosexualité, Travail contraceptif, Plaisir, Désir, Générations, Sociohistoire.

Composition du jury

  • Nathalie Bajos, Directrice de recherche, Inserm (rapporteure)
  • Michel Bozon, Directeur de recherche à l’Ined, chercheur associé à l’IRIS/EHESS (directeur de thèse)
  • Delphine Gardey, Professeure ordinaire, Université de Genève
  • Olivier Martin, Professeur de sociologie, Université de Paris, CERLIS
  • Anne Paillet, Professeure de sociologie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CESSP (rapporteure)
  • Régis Schlagdenhauffen, Maître de conférences, EHESS, IRIS
  • Michelle Zancarini-Fournel, Professeure émérite d’histoire, Université Claude Bernard-Lyon 1, LARHRA

Prix de thèse

Allocations et financements

  • Contrat post-doctoral en sociologie à l’Ined (2020-2022)
  • ATER en sociologie à Sciences Po Grenoble (2018-2020)
  • ATER en sociologie à Sciences Po Paris (2017-2018)
  • Allocataire d’un contrat doctoral de l’ENS de Lyon (2014-2017)

Principales responsabilités

  • Depuis 2019 :  secrétaire de rédaction puis rédactrice en chef de la revue Socio-logos.
  • Depuis 2019 : membre du Comité Exécutif de l’Association Française de Sociologie. 
  • Depuis 2017 : membre du bureau du réseau thématique « Recherches en sciences sociales sur la sexualité » (RT 28) de l’Association Française de Sociologie.
  • Depuis l’automne 2016 : co-fondatrice et membre du Laboratoire Junior « Contraception et genre ».
  • 2014-2020 : chargée de rédaction de la revue Lectures.
  • 2015-2017 : organisation du séminaire des doctorant-e-s de l'Iris, avec Marion Maudet.
  • 2013-2017 : Co-direction du Laboratoire Junior GenERe (Genre : Epistémologie & Recherches) au sein de l’ENS de Lyon : rédaction du dossier, gestion du budget, coordination des 30 membres autour des activités de recherche et de diffusion de la recherche, organisation scientifique et pratique de journées d’études, de conférences et d’ateliers, gestion des réseaux sociaux. Lien vers carnet Hypothèses.

Organisation et animation scientifique

  • Juin 2022 : Organisation des Journées d’étude « Santé et sexualité : pratiques, techniques et savoirs » (20 et 21 juin, Campus Condorcet).
  • Décembre 2017 : Organisation avec le laboratoire junior Contraception et Genre du colloque international « Genre et contraception : quelles (r)évolutions ? » à Sciences Po Paris, avec le soutien de l’INED (55 intervenant·e·s, 250 participant·e·s, 15 financeurs).
  • Octobre 2016 : Animation de la session 10 (« Relations amoureuses, sexualités, conjugalités ») des 8èmes rencontres Jeunes et Sociétés (« Genre et jeunesses ») à l’ENS de Lyon.
  • Décembre 2015 : Direction de l’organisation scientifique et pratique du colloque international de clôture du laboratoire junior GenERe : «Le(s) genre(s). Définitions, modèles, épistémologie » à l’ENS de Lyon (25 intervenant·e·s, 100 participant·e·s).
  • Décembre 2014 : Direction de l’organisation scientifique et pratique du colloque organisé par le laboratoire junior GenERe : « Genre et sexualité(s) » à l’ENS de Lyon.
  • Novembre 2014 : Animation d'une table ronde avec Jeffrey Weeks à l’ENS de Lyon dans le cadre de la publication de Sexualité aux Presses Universitaires de Lyon.
  • Septembre 2014 : Participation à l’organisation pratique du Premier Congrès Études de Genre en France à l’ENS de Lyon.
  • Mars 2014 : Organisation scientifique et pratique de deux journées d’étude du laboratoire junior GenERe « Genre, sciences naturelles et médecine », à l’ENS de Lyon.

Publications

Articles dans une revue à comité de lecture

  • Thomé Cécile, « Dans les coulisses du désir spontané. Sexualité hétérosexuelle, travail des femmes et ordre du genre », Revue française de sociologie, à paraître.
  • Thomé Cécile, « Quand la sortie de la norme médicale interroge les normes intimes : l’exemple du coït interrompu », Sciences sociales et santé, à paraître.
  • Thomé Cécile, « “On fait juste attention.” Le retrait comme méthode contraceptive dans les enquêtes en France depuis les années 1970 », Population, à paraître.
  • Thomé Cécile, « Les “méthodes naturelles” de contraception. La construction d’une pratique entre normes de classe et reproduction de genre », Cahiers du Genre, à paraître.
  • Brasseur Pierre, Thomé Cécile et Jakšić Milena, « Comment peut-on dire la sexualité ? », terrains & travaux, n° 40, 2022, p. 5-19.
  • Maudet Marion et Thomé Cécile, « S’arranger avec l’Église ? Pluralités contraceptives chez les catholiques pratiquant.e.s en France », Émulations. Revue de sciences sociales, 38, 2021, p.69-85.
  • Thomé Cécile et Rouzaud-Cornabas Mylène, « Comment ne pas faire d’enfants ? La contraception, un travail féminin invisibilisé », Recherches sociologiques et anthropologiques, n° 48, 2017/2, p.117-137.
  • Le Guen Mireille, Roux Alexandra, Rouzaud-Cornabas Mylène, Fonquerne Leslie, Thomé Cécile et Ventola Cécile pour le laboratoire junior « Contraception et genre », « Cinquante ans de contraception légale en France : diffusion, médicalisation, féminisation », Population et Sociétés, n° 549, novembre 2017.
  • Thomé Cécile, « D’un objet d’hommes à une responsabilité de femmes. Entre sexualité, santé et genre, analyser la métamorphose du préservatif masculin », Sociétés contemporaines, n° 104, 2016/4, p. 67-94.

Articles dans un collectif

  • Mozziconacci Vanina et Thomé Cécile, « Penser la sexualité pour penser l’éducation à la sexualité. Corps, utilisation du préservatif et conceptions du consentement », in Ce qu’incorporer veut dire, Lille, Presses universitaires du Septentrion, à paraître.
  • Thomé Cécile, « Faire parler les silences. Mener et analyser un entretien biographique sur la sexualité », in Parler de soi. Méthodes biographiques en sciences sociales, Paris, Éditions de l’EHESS, 2020.

Coordinations de numéro de revues

  • Dufoix Stéphane, Thomé Cécile et Vannier Patricia, « Les vingt ans de l’Association française de sociologie », Socio-logos, à paraître début 2023.
  • Brasseur Pierre, Jakšić Milena et Thomé Cécile, « Dire la sexualité », terrains & travaux, n° 40, 2022.

 

Entretien

  • Weeks Jeffrey, Maudet Marion et Thomé Cécile, « “La sexualité est forcément politiqueˮ. Entretien avec Jeffrey Weeks », Genre, sexualité & société, n° 14, automne 2015.

Direction d’ouvrage

  • GenERe (Anne-Charlotte Husson, Lucie Jégat, Marion Maudet, Lucy Michel, Vanina Mozziconacci, Laura Tatoueix, Cécile Thomé et Maxime Triquenaux dir.), Épistémologies du genre. Croisement des disciplines, intersections des rapports de domination, Lyon, ENS Éditions, 2018.

Traduction

  • Arlie R. Hochschild, Le prix des sentiments. Au cœur du travail émotionnel, Paris, La Découverte, 2017 (traduction de The Managed Heart (1983, 327 pages), avec Salomé Fournet-Fayas).

Recensions

  • Marie Bergström, Les nouvelles lois de l’amour. Sexualité, couple et rencontres au temps du numérique, dans « Chronique bibliographique sur le genre », pour Revue française de science politique, 2021/1, Vol. 71, p. 126-127.
  • « Organes et orgasmes. À propos de : Sarah Barmak, Jouir. En quête de l’orgasme féminin ; et Delphine Gardey, Politique du clitoris », pour La Vie des idées, publié le 3 avril 2020.
  • « Sylvie Burgnard, Produire, diffuser et contester les savoirs sur le sexe. Une sociohistoire de la sexualité dans la Genève des années 1970 » dans « Bibliographie critique. Genre : histoire, inégalité (1) », Population, 2016/3, p. 607-609.
  • « Jeffrey Weeks, Sexualité », pour Travail, genre et sociétés, n° 36, 2016/2, p. 189-193.
  • « Marie-Carmen Garcia, Amours clandestines. Sociologie de l'extraconjugalité durable », Lectures, Les comptes rendus, 2016.
  • « Cécile Van de Velde, Sociologie des âges de la vie », Lectures, Les comptes rendus, 2016.
  • « Véronique Blanchard, Régis Revenin et Jean-Jacques Yvorel (dir.), Les jeunes et la sexualité. Initiations, interdits, identités (XIXe-XXIe siècle) », pour Clio. Femmes, Genre, Histoire, n° 42, 2015/2, p. 250-254.
  • « Régis Revenin, Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre et sexualité dans la France d’après-guerre », pour Lectures, Les comptes rendus, 2015.
  • « Association nationale des études féministes, Le genre dans l’enseignement supérieur et la recherche. Livre blanc », Lectures, Les comptes rendus, 2014.
  • « Séverine Mathieu, L’enfant des possibles. Assistance médicale à la procréation, éthique, religion et filiation », Lectures, Les comptes rendus, 2013.
  • « Anne-Laure Garcia, Mères seules. Action publique et identité familiale », Lectures, Les comptes rendus, 2013
  • « Les croyances collectives, L’Année sociologique, vol 60, n°1, 2010 », Lectures, Les comptes rendus, 2011.

Autres activités de recherche

  • 2014, Mémoire de Master 2 sous la direction de Michel Bozon (EHESS) : "Le préservatif, un objet sexuel au cœur des scripts hétérosexuels".
  • 2011, Mémoire de Master 1 sous la direction de Christine Détrez (ENS de Lyon) : "Corps, féminité, sexualité chez les adolescentes musulmanes d’origine algérienne issues de milieux populaires"

Communications

Communication dans un colloque comme conférencière invitée

  • Octobre 2021, Lyon : « Des classes populaires inaccessibles ? Classes sociales et entretiens sur la sexualité », table ronde « Les classes sociales dans les enquêtes qualitatives sur la sexualité », colloque « Sexualité et classes sociales. Décloisonnement thématique et enjeux méthodologiques », MSH Lyon Saint-Étienne.
  • Août 2019, Aix-en-Provence : « De l’invention de l’hétérosexualité à son invisibilisation : retour sur une catégorie trop évidente pour être nommée », semi-plénière « Non-catégories », 8e Congrès de l’Association Française de Sociologie, Aix-Marseille Université.

Communications dans un colloque avec comité de sélection

  • Juin 2022, Glasgow : « The changing role of sexuality in the emergence and evolution of reproductive rights in France (1960s-2010s) », conference “Whose choice, whose rights? Global-historical and intersectional approaches to the emergence of reproductive rights after 1945”, Reproductive Rights International Network, University of Glasgow.
  • Août 2021, Barcelone : « A “spontaneous” sexual desire? Women’s emotional and material work on heterosexual intercourse », RN 11 “Sociology of Emotions”, European Sociological Association Conference 2021, Barcelone.
  • Juillet 2021, Lille : « Continuer à avaler la pilule ? Entre rapport aux professionnel.les de santé et rapport à soi, les déterminants contemporains de la décision contraceptive », RT 19  « Santé, médecine, maladie et handicap », 9e Congrès de l’Association Française de Sociologie, Université de Lille.
  • Août 2019, Angers : « Avorter et se contracepter : le travail des femmes pour leur autonomie sexuelle et procréative », avec Marie Mathieu, atelier « La régulation du travail procréatif : aux confins de l’émancipation des femmes ? », deuxième congrès international de l’Institut du Genre, Université d’Angers.
  • Avril 2019, Lyon : « Des normes et des pratiques “naturelles” ? Contraception médicale et scripts (hétéro)sexuels en France depuis les années 1960 », colloque international « Genre et Santé », Université Lyon 1 / ENS de Lyon / Université Lyon 3.
  • Novembre 2018, Lyon : « “Arrêter les hormones” pour sortir de la biomédicalisation du corps ? Les paradoxes de l’utilisation des “méthodes naturelles” de contraception », colloque « Biologiser les faits sociaux », ENS de Lyon.
  • Août 2018, Nanterre : « Peut-on être féministe et anti-pilule ? », débat animé avec Mireille Le Guen, Anne-Charlotte Millepied et Emma Tillich, 8e Congrès international des recherches féministes dans la francophonie, Université Paris Nanterre.
  • Juillet 2017, Amiens : « Contraceptions alternatives et désir sexuel. Le travail féminin de construction de la spontanéité comme produit des rapports de genre », RT 28 « Recherches en sciences sociales sur la sexualité », 7e Congrès de l’Association Française de Sociologie, Université d’Amiens.
  • Mars 2017, Toulouse : « “Les vraies féministes, en fait, c'est nous !” Les paradoxes de la réappropriation de la contraception par les utilisatrices des méthodes de gestion de la fertilité », colloque « Critique féministe des savoirs. Corps et santé », EFiGiES-Arpège Toulouse, Université de Toulouse Jean Jaurès.
  • Juillet 2016, Montréal : « Âge et désir sexuel : une étude de la sexualité féminine au prisme de la contraception », XXe Congrès de l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française, GT 07 « Sociologie des sexualités », Université du Québec à Montréal.
  • Juin 2016, Nanterre : « “Si t'as pas de préservatif y'a pas de rapport.” Retour sur des négociations sexuelles ordinaires », colloque « Les échanges sexuels et leurs “clients” », Université Paris Ouest Nanterre La Défense.
  • Mai 2016, Lisbonne : « From a masculine practice to a feminine responsibility: evolution of contraceptive methods in regard to gender in France (1960s-2010s) », CIEG (Interdisciplinary Centre for Gender Studies) 1 International Congress, Universidade de Lisboa.
  • Mars 2016, Paris, « De l’entretien à la comparaison intergénérationnelle : retour sur le recueil et l’analyse de biographies sexuelles », colloque international « Les sciences humaines et sociales face au foisonnement biographique. Innovations méthodologiques et diversité des approches », EHESS.
  • Juillet 2015, Saint-Quentin-en-Yvelines : « Le préservatif, un objet pour penser la “nature” de la sexualité hétérosexuelle ? », RT 28 « Recherches en sciences sociales sur la sexualité », 6e Congrès de l’Association Française de Sociologie, Université de Versailles.

Communications comme invitée dans un séminaire

  • Mai 2022 : « Un viol sans violeur ? Retour sur un récit de victime de viol conjugal », séminaire interne de l’ANR Consent (« Consentement, éthique sexuelle et sensibilités érotiques »).
  • Mai 2021, Aubervilliers : « Entre “tout pilule” et “sans hormones”. L’évolution des modalités du choix contraceptif des jeunes femmes en France », Lundis de l’Ined, Institut national d’études démographiques.
  • Janvier 2021, Paris : « Émotions et travail émotionnel. Les travaux d’Arlie Hochschild et leurs prolongements », séminaire doctoral de l’Irisso, Université Paris Dauphine-PSL.
  • Décembre 2020, Aubervilliers : « “La sexualité aux temps de la contraception.” Méthode, résultats et prolongements d’une thèse de sociologie », séminaire « Actualités de la recherche en genre et sexualité » du Master Genre, EHESS.
  • Octobre 2020, Aubervilliers : « Choix contraceptifs et dispositifs techniques d’“aide à la décision” », séminaire de l’UR 14 (« Santé sexuelle et reproductive »), Institut national d’études démographiques.
  • Octobre 2020, Aubervilliers : « Un désir “spontané” ? Le travail des femmes pour la sexualité hétérosexuelle », thématique « Genre et Sexualité » des Journées de l’Ined et de l’Iris, Centre de colloques du Campus Condorcet.
  • Septembre 2020, en ligne : « Étudier la contraception à travers les discours des hommes : une pratique “féminine” entre mises à distance et appropriations », séance « Des hommes et des contraceptions » du séminaire du laboratoire junior Contraception & Genre, en partenariat avec le Campus Condorcet.
  • Décembre 2019, Grenoble : « Mener un entretien sur la sexualité : positionnements, méthodes et outils pour accéder à l'intime », séminaire « Questions de méthodes » du Master Sciences Sociales parcours Sociologie de l’Innovation et Recompositions Sociales (SIRS), Université Grenoble Alpes.
  • Avril 2019, Lausanne : « D’une pratique d’homme à un travail de femme ? Contraception et rapports de genre en France depuis les années 1960 », séminaire « Genre, masculinités et santé », Unisanté et Université de Genève, Lausanne.
  • Septembre 2018, Paris : « Les recompositions genrées des parcours contraceptifs et sexuels en France depuis les années 1960 », séminaire « Parcours et famille » des RT22 et RT33 : « Parcours sexuels et contraceptifs : genre et générations en France et en Russie depuis les années 1960 », Université Paris-Descartes.
  • Février 2018, Bruxelles : « “Jouir sans entravesˮ ? Analyse des effets sur la sexualité de la féminisation de la contraception », séminaire « Santé et sexualités » de l’Observatoire du sida et des sexualités, Université Saint-Louis.
  • Novembre 2017, Lyon : « Traduire un “classique” de la sociologie des émotions : de The Managed Heart au Prix des sentiments », séminaire « Re/lire les sciences sociales », ENS de Lyon.
  • Juin 2017, Nanterre : « Contraception, sexualité et genre : comment faire parler des données statistiques secondaires », conférence pour les journées « Genre et populations. Méthodes, données et analyses » du Resodemo, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.
  • Juin 2017, Paris : « Ce que la contraception fait à l’(hétéro)sexualité. Responsabilité, naturalisation des scripts sexuels et spontanéité (France, 1960 à nos jours) », Doctoriales de l’Iris, EHESS.
  • Novembre 2016, Lille : « Système de genre et maîtrise du parcours procréatif : de l'avortement à domicile aux méthodes “naturelles” de contraception », avec Lucile Ruault, journée d’étude « Le genre au croisement des disciplines », Université d’Artois, MESHS.
  • Avril 2016, Paris : « L’entretien sur un sujet sensible : parler de sexualité », séminaire des doctorant·e·s de l’Iris.
  • Janvier 2016, Lille : « Du corps au langage et du langage au corps. Sociologie, philosophie et études de genre face à la sexualité », avec Vanina Mozziconacci, séminaire Discorps, Clersé.
  • Décembre 2015, Paris : « Ce que la contraception fait à la sexualité », séminaire « Les déplacements du genre et de la sexualité » (Michel Bozon), EHESS.
  • Septembre 2015, Paris : « “Il est là, il rôde, mais on le voit jamais.” VIH/sida et utilisation du préservatif chez les jeunes hétérosexuel·le·s », Journées scientifiques du Réseau des jeunes chercheur.e.s en Sciences sociales et VIH/sida.
  • Juin 2015, Brest : « Articuler désir, plaisir et contraception : un travail genré ? », Université d’été du RéDoc 2015.
  • Mai 2014, Lyon : « La transmission genrée des savoirs liés au préservatif », table ronde « Les savoirs du corps : quel genre de transmission ? », ENS de Lyon.

Communications en tant qu’experte

  • Mai 2022, Paris : « Racines religieuses, technologies “naturelles” et devenir des données. Penser les enjeux éthiques des méthodes d’observation du cycle », audition devant le comité d’éthique de l’Inserm, groupe de travail « Les applications dédiées au contrôle de la fertilité des femmes : quelle protection pour les données personnelles ? ».
  • Avril 2021, Paris : « Des “méthodes naturelles” aux applications connectées : observer son cycle, entre promesses et réalités », audition devant la commission « Santé » du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes.

Animation de la recherche

  • Février 2019, Paris : Discussion de la session « Santé sexuelle et construction du genre (infertilité masculine et vasectomie) » du séminaire « Genre, normes procréatives et parentalité », site Pouchet, Paris.
  • Octobre 2016, Lyon : Discussion de la session 10 (« Relations amoureuses, sexualités, conjugalités ») des 8èmes rencontres Jeunes et Sociétés (« Genre et jeunesses ») à l’ENS de Lyon.
  • Novembre 2014, Lyon : Animation d'une table ronde avec Jeffrey Weeks à l’ENS de Lyon dans le cadre de la publication de Sexualité aux Presses Universitaires de Lyon.

Valorisation et diffusion de la recherche

  • Septembre 2019, Grenoble : « Les ressorts de l'homophobie en France », avec Émilie Morand et Natacha Chetcuti-Osorovitz, table-ronde dans le cadre de la Semaine pour l’égalité, Sciences Po Grenoble.
  • Avril 2019, Dijon : « La contraception, un objet pour la sociologie du genre ? », conférence pour l’association « Diversités », Sciences Po, campus de Dijon.
  • Mars 2018, Dijon : « Pourquoi les femmes gagnent toujours moins que les hommes (et que faire pour y remédier) », conférence pour l’association « Politiqu’elles », Sciences Po, campus de Dijon.
  • Juin 2015, Saint-Genis-Laval : « Introduction à la notion de “genre” », conférence avec Maxime Triquenaux, lycée René Descartes, Saint-Genis-Laval (69).
  • Mars 2014, Lyon : « Introduction aux études de genre », conférence avec Anne-Charlotte Husson, ENS de Lyon.

Enseignements

2018-2020 : ATER en sociologie à Sciences Po Grenoble (144 heures)

  • Conférence de méthode (TD) de  «  Sciences sociales appliquées  » (méthodologie de l'entretien, de l'observation et initiation à l'analyse statistique ; thème : Sociologie du sport), Licence 3, 48 heures (2 x 24 heures).  
  • Conférence de méthode (TD) de  «  Sciences sociales appliquées  » (méthodologie de l'entretien et du questionnaire ; thème : Sociologie de l'alimentation), Licence 3, 48 heures (2 x 24 heures).
  • Conférence de méthode (TD) d'« Introduction à la sociologie », Licence 1, 24 heures.

2017-2018 : ATER en sociologie à Sciences Po Paris (96 heures)

  • Conférence de méthode (TD) d'« Introduction à la sociologie », Licence 1, 3 x 24 heures.

2014-2017 : Allocation complémentaire d’enseignement à l’ENS de Lyon et à l’Université Lumière Lyon 2 (192 heures)

  • Agrégation de sciences économiques et sociales : cours de méthodologie, cours sur les thèmes « Sociologie du genre » et « Sociologie de la déviance », interrogations orales. ENS de Lyon, 64 heures.
  • « Méthodes quantitatives pour les sciences sociales », Master 1 et Master 2 de sciences sociales, ENS de Lyon, 21 heures.
  • TD « Méthodologie universitaire », Licence 1 de sociologie, Université Lyon 2, 21 heures.
  • TD « Structures sociales contemporaines », Licence 1 de sociologie, Université Lyon 2, 21 heures.
  • Animation de l’atelier « Pratiquer les méthodes quantitatives », Master 1 et Master 2 de sociologie, ENS de Lyon, 7 heures.
  • Encadrement du Projet Libre sous Contrat (rédaction d’un mini-mémoire d’enquête) d’une étudiante de L2 de sociologie, Université Lyon 2.
  • Chargée de rédaction pour la revue en ligne Lectures (http://lectures.revues.org/) : édition électronique, correction de comptes rendus, gestion des relations avec les éditeurs et les rédacteurs et rédactrices (2 heures/semaine).

2013-2018 : Interrogations orales en classe préparatoire Lettres et sciences sociales (B/L) au lycée du Parc (Lyon)

  • Interrogations en sociologie, économie et science politique, hypokhâgne et khâgne, 2 à 4 heures par semaine.

2013 : vacations à l’École Centrale de Lyon

  • TD de Macroéconomie, L3, 10 heures.
EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

IRIS - CAMPUS CONDORCET
Bâtiment Recherche Sud
5 cours des Humanités
93322 Aubervilliers cedex
Contacts
Accès

IRIS - U. SORBONNE PARIS NORD
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Contacts
Accès

 


 

Liens rapides

Twitter Iris

La Lettre de l'Iris

HAL - collection de l'Iris

Carnets de recherche