Membres | Doctorant.e.s

Carlotta MONINI

Silhouette
Doctorante
Discipline(s) : Sociologie
Institution(s) de rattachement : EHESS

Coordonnées professionnelles

carlottamonini[at]gmail.com

Dans les coulisses du familialisme, le retour au modèle domestique de prise en charge "à demeure" des badanti : mobilités géographiques et solidarités familiales dans le marché de soins transnational entre Italie et Europe de l’Est

Thèse préparée sous la direction de Marc Bessin (EHESS)

Résumé (Enghlish version bellow)

En à peine deux décennies, le modèle domestique de prise en charge à demeure des personnes âgées s’est considérablement développé dans le pays de l’Europe du Sud (Espagne, Grèce, Italie, Portugal). Malgré de nombreuses résistances, ce phénomène est devenu un objet de préoccupation majeure de l’action publique : mise en place de régulations venant encadrer le service domestique à demeure et le recrutement massif d’une main d’ouvre féminine migrante majoritairement d’Europe de l’Est (ex-bloc soviétique). Tout en restant à la marge du système de soins formel, la niche professionnelle des badanti  (Scrinzi, 2004) occupe actuellement une place essentielle pour prendre en charge les personnes âgées. À l’heure où le vieillissement démographique et la mobilité accrue dans les parcours de vie renouvellent la question des rapports familiaux et sociaux entre les générations, les agencements institutionnels dans ce domaine spécifique configurent un nouveau rapport entre sphère domestique, marchande et étatique (Fassin et Burgener, 2004).

Ce travail de thèse se penche sur le transfert de soins à l’œuvre dans les chaînes du care mondialisé (Eherenreich et Hoschild, 2002).  Il interroge l’articulation entre différents espaces et temporalités propres aux pratiques de soins. De ce point de vue, les modèles de reproduction sociale émergents tels que le badantato relèvent les nouveaux enjeux d’extension du care dans l’espace, à une échelle de plus en plus globale. L’attention est alors plus particulièrement portée sur les modes de dislocation et de pourvoi de care, d’une part,dans un cadre intrafamilial des familles migrantes transnationales (Baldassar et Merla, 2014) et, d’autre part, dans les transactions intimes (Zelizier, 2005) typiques des relations du service domestique. Dans le prolongement des travaux de Sayad, la méthode multi-situ en Italie et Europe de l’Est (Sayad, 1999, Marcus, 1995) s’attache à comprendre les transformations à l’œuvre au sein de ces sociétés, notamment le tournant moral auquel ces populations se trouvent confrontées face au déclin dumodèle « familiste » de solidarité (Saraceno, 2007), typiquement fondé sur des pratiques d’entraide familiale et intergénérationnelle de proximité spatiale.

Un premier volet de recherche vise le dispositif de prise en charge à demeure. À l’aide des approches sur le care, les études de genre et l’anthropologie de la parenté, la thèse appréhende lesenjeux de sexuation et de temporalisation des pratiques d’accompagnement. Notamment sont prises en compte ses dérives présentistes, telles que des formes de coprésence sans échange (phénomènes de sacrifice des femmes dans les solidarités familiales, insouci de soi ou burn out des aidants, travail au noir, recours à une main d’œuvre irrégulière). Ainsi la mise en regard de l’ici et du là bas dans le parcours de vie des employées de maison migrantes permet d’éclairer le rôle majeur joué par les foyers dans l’économie mondialisée. La thèse s’intéresse plus particulièrement aux enjeux de transmissions qui se jouent au-delà des frontières ainsi qu’aux logiques de présence sociales (Bessin, 2012) mises en place par ces femmes pour assurer la reproduction du groupe domestique d’origine.

Mots-clés : familles transnationales, badanti, reproduction sociale, solidarité familiale, chaînes mondiales de care, drainage de soins

The “badanti” the live-in domestic setting: The other side of the Italian care support system and the Southern European welfare state’s policies for elderly people. Private solidarity among the gendered care labour market and the migratroy paths of the badanti

The ageing of the population and the growing number of chronic diseases is one of the most important epidemiologic characteristics of the evolution of developed societies. Despite various differences within nations, the policies enacted in this field present certain similarities. More in detail, studies have underlined that we are witnessing a process of de-institutionalisation concerning different forms of care assistance, an important transfer of care responsibilities upon the family and non qualified caregivers, as well as the diffusion of many kinds of domiciliary interventions at the home place, that is more and more promoted by public policies as the most suitable place for daily care supports. During the last twenty years, in Southern Europe and most of all in Italy, a very specific live-in domestic setting called “badantato” has spread into the social fabric. The expression shifting topology of care (Milligan, 2009) focuses the attention on the new patterns and social determinisms produced by this process of de-institutionalisation, re-familiarisation and delegation of the care work within the domestic space. The shift of the topology of care made by apparently neutral policies has clearly institutionalised not only new forms of transnational care giving arrangements but also an occupational segregation going with an “international division of care work” based on “gender” and “nationality” inequalities. Such policies facilitate the allocation of a large part of care activities to a group of people from a lower economical and social status in releasing other dominant groups from the daily responsibilities concerning many kind of care activities. This research will therefore focus on canalisation effects, recruitment mechanisms and social networks that sustain the migratory phenomenon from Eastern Europe(Scrinzi, 2004). A cross-national approach, largely inspired by the sociology of migration developed by Abdelmalek Sayad in order enlighten the mixed embeddedness (Kloosterman, 1999) character of such niches as well as the complex interconnection taking place between different institutional, social as well as economic contexts within a transnational space of action.

Allocation ou financement

  • 2013-2016 : contrat doctoral dans le cadre du programme Erasmus Mundus "Phoenix JDP Dynamic of Health & Welfare", EHESS / Université d'Evora

Principales communications

  • 2015, Séminaire"Genre et temporalités de la question sociale" animé par Marc Bessin (EHESS): « La double présence des badanti, en Italie avec les personnes âgées et en Europe de l’Est avec leur famille », Paris, 9 janiver 2015.
  • 2014, Introduction à la Journée d’études (EHESS) "Aide au personnes âgées, un univers féminin ?" co-organisé avec Veronika Kushtanina, groupe Vieillissement du réseau des jeunes chercheurs Santé et Société, Paris, 20 Juin 2014.
  • 2013, Journée d’études "Les inégalités genrées de la santé aux âges avancés” (EHESS) : « Les inégalités genrées de la santé : une perspective internationale », groupe Vieillissement du réseau des jeunes chercheurs Santé et SociétéParis, 13 Septembre 2013.
  • 2012, journée de formation de l’Atelier Santé, CERMES3- IRIS – Formation SPPS (EHESS) "Prendre Soins hors les murs : Prises en charge, care, inégalités de santé. Approche historique, sociologique, économique" : « Politiques de la prise en charge pour personnes âgées en Italie : le travail à demeure des aides à domicile migrantes », Paris, 7 novembre 2012.

Principales publications

  • 2015, « Baldassar Loretta, Merla Laura, Transnational Families, Migration and the Circulation of Care. Understanding Mobility and Absence in Family Life », Recherches sociologiques et anthropologiques, 46-1, 2015.
  • 2015, avec Marina Chao, Signe Munck, Samuel Thomas, Justine Rochot et Cécile Van de Velde, « Les expériences de la solitude en doctorat. Fondements et inégalités », Socio-logos, 10, 2015.
  • 2013, « Famiglie e anziani assistiti da badanti : l’altra faccia della medaglia », M@gm@, 11-3, 2013.

Animations et valorisation de la recherche

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

flux rss  EHESS

Big data & SHS

Journée(s) d'étude - Vendredi 16 juin 2017 - 09:00 "Big data & SHS - Regards et intérêts croisés pour la santé publique", journée d’étude organisée par Thomas Lefèvre & Sandrine de Montgolfier UMR8156 - U997.11 chercheurs français et étrangers en santé publique, venus des sciences sociales, de la médecine, de l'informatique, de l'épidémiologie partageront et croiseront leur regard, leurs expériences et leur intérêt pour la santé publique, au double prisme des Big Data et des sciences humaines et sociales.MatinéeSébastien Dalgalarrondo, CNRS Iris & INSEP, sociologie de la santé"Quantified self" et sportXavier Briffault, CNRS CERMES3, sciences sociales et épistémologie de la santéConséquences pratiques et épistémologiques du développement des objets connectés et big data en santé mentaleLuc Rocher, Université catholique de Louvain, Institute of Information and Communication TechnologiesComputational Privacy: on how human behavior bounds privacy and the privacy-conscientious use of big dataJoëlle Vailly, INSERM Iris, sociologie & anthropologieNouvel usage policier des données génétiques, une perspective anthropologiqueBenjamin Derbez, Mines ParisTech, Centre de Sociologie de l’InnovationLes bases de données de variants génétiques : un enjeu d’économie de la connaissance entre recherche et cliniqueAprès-midiCyrille Delpierre, INSERM & Université Toulouse III, épidémiologisteQuel apport du big data pour l'exploration des inégalités sociales de santé ?Louise Potvin, École de santé publique Université de Montréal, Chaire de recherche du Canada sur les approches communautaires et inégalités de santéD’où vient la complexité des interventions en santé des populations et comment la modéliser ?Nelly Robin, Université de Poitiers CNRS MIGRINTER, géographie avec Lakhdar Saïs Université d'Artois, Centre de Recherche en Informatique de LensParcours Migratoires et Données Multi-Sources. Des bases de données à la fouille de données en passant par l’intelligence artificielle, une méthodologie inédite pour réinterroger les espaces et les temporalités de la Traite des enfants et des femmesAlexandre Delanoë, CNRS Institut des Systèmes Complexes, sociologie, Chef de projet de la plateforme de fouille textuelle GargantextGargantext : comment faire un état de l'art en quelques minutesSandrine de Montgolfier, UPEC & INSERM Iris, épistémologie et histoire des sciences du vivantEnjeux éthiques soulevés par l’accès aux données de séquençage en oncogénétique du point de vue des professionnelsThomas Lefèvre, UP13 Iris & Hôpital Jean Verdier, médecineRetour d’expérience du groupe de réflexion ministériel « big data en santé » ; recommandations et analyses  (...)

Lire la suite

Cinémas d’insurrection

Colloque - Mercredi 22 février 2017 - 18:00Ce colloque est l’aboutissement d’un premier travail de recherche et de rencontre conduit avec des cinéastes et militants filmant de manière atypique les situations de conflits et post-conflits depuis plusieurs années ou décennies. L’objectif de ce colloque est donc de confronter les pratiques et les engagements d’artistes et de chercheurs enquêtant sur diverses situations de mobilisations ou de résistances armées, et sur la mémoire et l’amnésie constitutive de l’expérience historique des situations de post-conflits. Ces pratiques filmiques peuvent aussi inspirer les sciences sociales par leurs positions et leurs observations au plus proche des expériences de leurs interlocuteurs. En plaçant les travaux de ces cinéastes au centre des interventions, ce colloque entend aussi réinterroger les modes de savoir et les constructions de sens produits par l’image.Avec la participation des cinéastes Édouard Beau, Stéphane Breton, John Gianvito, Clarisse Hahn, Florent Marcie et du Collectif de vidéastes ukrainiens BABYLON’ 13.(...)

Lire la suite

Little go girls d'Éliane De Latour

Projection-débat - Mardi 17 janvier 2017 - 18:00La projection sera suivie d'un débat en présence de la réalisatrice Éliane de Latour, cinéaste et anthropologue, directrice de recherches à l’Iris, avec Thomas Sotinel, critique cinéma au journal Le Monde et Eric Fassin, sociologue, professeur à Paris VIII. A Abidjan, les go de nuit empruntent un chemin chaotique entre délinquance et rapports tarifés dans les ghettos d'Abidjan, pour fuir les violences familiales. Très jeunes, analphabètes, largement musulmanes, elles sont prêtes à affronter le déshonneur et la mort pour un peu d'autonomie dont elles ont été privées dès le plus jeune âge. Entre le réveil et le tapin, le temps façonné par l’attente, les rêves, l’incertitude, laisse emerger une intimité presque silencieuse. Quelques unes tentent de renverser soudain leur mode d'existence pour tenter de gagner un peu de dignité à travers un nouveau projet de vie, la Casa des go. Les tensions sont telles qu’elles finissent par embaucher deux petites bonnes qu’elles rémunèrent 0,50€ par jour. Alors que les go commencent à sortir la tête du darkness, elles passent le relais de la servitude à des fillettes privées d’école comme elles au même âge. Sans doute suivront-elles le même chemin ? Le cercle se referme. Qui en sortira vraiment ?Voir la bande annonce du filmSéance organisée dans le cadre du Cycle "L'EHESS fait son ciné" proposé par la Direction de l’image et de l’audiovisuel (...)

Lire la suite

Plus d'actualités

EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Tél : 33 (0)1 49 54 25 05 - Fax : 33 0(1) 49 54 24 28
iris@ehess.fr
Accès

UNIVERSITE PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75 - Fax : 33 (0)1 48 38 88 62
iris@univ-paris13.fr
Accès

 


 

Liens rapides

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris