EHESS

Origines et conditions d’apparition de la vie

Colloque - Mardi 11 octobre 2016 - 09:00La question des conditions d’apparition de la vie ou de la présence de la vie dans l’univers, longtemps considérée comme appartenant au domaine spéculatif, est en train de devenir un champ de recherche actif.Ce questionnement implique les sciences « dures » telle que l’astronomie et l’astrophysique – avec la découverte de planètes extrasolaires et l’exploration du Système Solaire par l’entremise de sondes spatiales, jusqu’à la chimie, la biologie et l’écologie – avec les derniers développements dans le monde prébiotique, l’émergence de la matière vivante et des systèmes écologiques et les étapes fondamentales de l’évolution. Ces questions impliquent tout autant les sciences humaines, comme l’histoire des sciences -avec l’histoire du questionnement des origines de la vie ou l’évolution des relations entre instrumentation scientifique et définition de la vie ; jusqu’à l’anthropologie – avec les variations culturelles de la perception et de la conception de la vie. Elles incitent, par ailleurs, à déporter le regard de la seule reconstitution des premières étapes de la vie pour considérer comme objectif la construction d’êtres « vivants » artificiels. Recréer la vie devrait en effet permettre de clarifier des questions telles que la façon dont la vie peut démarrer en tant que processus global, la probabilité de sa présence, la diversité qu’elle pourrait présenter dans d’autres mondes et, en dernier lieu, « ce qu’est » la vie.Plusieurs actions d’envergure focalisées sur ces questions ont ainsi récemment émergé dans les grandes universités internationales ou dans des fondations privées (Origins of life initiative à Harvard, Origins of Life Initiative à Munich, Earth-life Institute au Tokyo Institute of Technology, l’initiative de la Simons Foundation). Riche de l’activité de ses équipes en ce domaine ainsi que de la cartographie des savoirs susceptibles de l’étoffer, Paris Sciences et Lettres Research University a aussi souhaité aborder ces questions grâce à la mise en place récente d’un IRIS intitulé Origines et Conditions d’Apparition de la Vie.Le colloque de lancement sera l’occasion de confronter les perspectives adoptées par les grands centres mondiaux de recherche et de formation ainsi que d’en apprécier les motivations. Il montrera aussi que Paris, et de façon spécifique PSL Research University, dispose de tous les atouts pour aborder ce challenge scientifique. Inscription gratuite mais obligatoire par email à : appels-ocav@listes.univ-psl.fr

Lire la suite

Christelle Avril rejoint l'EHESS avec un projet sur la sociologie des relations de service

Vie de l'École - Christelle Avril a été élue maître de conférences à l’EHESS par l’assemblée des enseignants en avril 2016 avec un projet de recherche intitulé Sociologie des relations de service. Transformations du salariat et éthique de la gratuité au travail.Est-il juste, normal, légitime d’en faire plus que ce pour quoi on est payé ? Cette question omniprésente dans le monde de la recherche et de l’université aujourd’hui (primes, référentiel…) traverse tous les univers professionnels et est au cœur du projet de son recherche. Christelle Avril souhaite mener une réflexion sur ce qu’est la « gratuité » pour les travailleurs et comment cette dimension a été reconfigurée sous l’effet des transformations contemporaines du salariat (montée des dispositifs d’évaluation et de la figure du « client », « professionnalisation », développement des formes précaires d’emploi…). L’étude des pratiques « gratuites » dans le travail rémunéré permet également de renouveler l’analyse des formes de subordination, des sources de gratification et des questions éthiques dans la sphère professionnelle. Elle est particulièrement éclairante pour étudier le salariat de service : plus encore que dans le monde industriel, les salariés du tertiaire sont exposés à des demandes de service excédant leur poste de travail et placés en situation d’ « embarras moral ».Pour nourrir une réflexion générale sur les transformations du salariat de service, Christelle Avril s’appuie sur une recherche comparée entre plusieurs métiers. Après avoir étudié ces dernières années les pratiques de travail et le rapport au travail dans les emplois domestiques (aides à domicile, femmes de ménage, assistantes maternelles), elle mène aujourd’hui une enquête ethnographique sur les secrétaires, un groupe dont on annonce régulièrement la disparition et qui concerne pourtant plus d’un million de femmes en France (deux fois plus que d’aides à domicile…).Par sa capacité d’accès à la complexité du monde social, l’ethnographie est un instrument privilégié pour étudier la diversité des manières de rendre service (rendre service a minima, accepter sans le faire…), pour saisir les zones de l’activité où les salariés se posent ou non la question de la légitimité de ce qu’ils font et pour saisir celles où ils sont affectés ou non en positif ou en négatif par le fait de rendre un service gratuit. Le volet principal de l’enquête ethnographique se déroule auprès des secrétaires médicales de deux hôpitaux publics. Il est complété par une exploitation des archives et des enquêtes statistiques de l’INSEE sur l’emploi et les conditions de travail. Afin de dénaturaliser l’éthique de service public « à la française », cette étude ethnographique et historique s’inscrit également dans un réseau international de recherche sur les femmes du salariat subalterne que Christelle Avril met en place avec d’autres chercheuses en sciences sociales en Argentine, au Japon, et en Grande-Bretagne.

Lire la suite

Dans la boîte noire des politiques de sécurité

Journée(s) d'étude - Jeudi 16 juin 2016 - 09:00En matière d'études sur les politiques publiques de « sécurité », la simple définition de l'objet « sécurité/sécuritaire » donne à voir un schiisme scientifique, qui bien qu'évocateur, demeure flou et peu défini, prisonnier d'approches paradigmatiques perçues et présentées comme contradictoires. Ces deux approches, trop rarement complémentaires vont souvent jusqu'à provoquer des controverses.Nous organisons ainsi une première journée d’études les 16 et 17 juin qui se fixe comme objectif de rassembler les jeunes chercheurs s’intéressant aux politiques publiques de sécurité, selon trois axes qui ne se veulent pas exhaustifs mais qui constituent des pistes de réflexions :Axe 1: Enquêter sur les politiques publiques de sécurité : Comment construire son objet de recherche et son cadre d'enquête ? Comment et définir et redéfinir son objet et le statut de l'enquêté dans le cadre de la relation d'enquête ?Axe 2 : Comment repenser l’étude des politiques de sécurité, les discours et injonctions au prisme des pratiques effectives des acteurs de ce qui constitue un espace d’interaction autour de la production, mise en œuvre et réception de ces politiques ? Comment appréhender les discours officiels en tant qu'identité professionnelle, militante, personnelle, intervenant dans des processus anciens, institués, ou plus récents ?Axe 3: Dans quelle mesure et par quels processus, les alternances de responsabilités et de pouvoir ont-elles des influences concrètes sur les pratiques ? Comment appréhender les conditions de déflation ou de consécration de certains dispositifs, instruments, ou plusgénéralement, de discours et d'action sécuritaire ?Programme Jeudi 16 juin9h : Accueil des participants.9h30 : Introduction par Marion Guenot (CRESPPA-LapTop, Université Paris 8) et Kevin Vacher (CRESPPA-CSU, Université Paris 8).10h : Panel 1 : Questions méthodologiques et épistémologiques dans les études de sécurité.Saisir l’objet « sécurité » : Regard critique sur le label « études critiques de sécurité », Simonneau Damien (Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux).De la construction d’un objet de recherche contemporain à un objet socio-historique : analyse des dossiers de la police spéciale en Seineinférieure dans l’entre-deux-guerres, Guillaume Neveu (DYSOLA, Université de Rouen).Discutante : Vanessa Codaccioni (CRESPPA-CSU, Université Paris 8)12h : Pause déjeuner.14h : Panel 2 : Continuités et discontinuités : de nouveaux enjeux pour la police en France.La réforme de la garde à vue. La fin du «huis clos policier » ?, Bargeau Adélaïde (SAGE, Université/IEP de Strasbourg). Les politiques publiques de sécurité au prisme des politiques et des stratégies de formation dans la police nationale. Traductions, transformations adaptations, Jean-Michel Schlosser (CEREP, Université de Reims Champagne-Ardenne).Discutant : Jérémie Gauthier (IRIS-EHESS, Centre Marc Bloch)16h : Panel 3 : De l’ordre dans la ville : policer au-delà de la police.Identifier et Prévenir le trouble à l'ordre public. Logiques de police dans l'administration du concours de la force publique en matière d'expulsions locatives, Camille François (CRESPPA-CSU, Université Paris VIII).L'enjeu de la sécurité dans les quartiers résidentiels supérieurs : un moyen de contrôle de l'espace local, Lorraine Bozouls (OSC, Sciences Po, URBEUR, Università Milano Bicocca).Discutante : Eleonora Elguezabal (INRA, CESAER/CMH)18h : fin de la première journée. Vendredi 17 juin 9h : Panel 4 : Positions et prise de positions Europol et les polices nationales : entre intérêts professionnels et luttes politiques ? , Agathe Piquet (CERSA, Université Paris 2).Alterner son positionnement dans une enquête sur l’alternance de pouvoir, Ozdinc Gizemnur (PACTE, IEP de Grenoble).Discutante : Laurence Proteau (CESSP-CSE-EHESS, Université d’Amiens)11h : Panel 5 : De la réception des injonctions sécuritaires par les acteurs non policiers, une blindzone ? L'outil radio comme médiateur entre l'émission et la réception d'énoncés prescriptifs, Rita Carlos (CESDIP, Université de Versailles St Quentin).Dénoncer et revendiquer : des entrepreneurs de morale dans un champ en construction, Tommaso Giuriatti (LAMES-LISA, Université de Corse Pasquale Paoli).Discutante : Nora El Qadim (CRESPPA-LapTop, Université Paris 8) 13h : Pause déjeuner 14h30 : Panel 6 : Des discours “bruyants” aux politiques publiques. Renouveler l'étude des politiques anti-traite : un projet doublement ethnographique, Estelle Miramond (LCSP –CEDREF –CASE, Université Paris 7).Entre le sécuritaire et l’humain : la gestion du risque dans l’enfermement des étrangers en Belgique, Andrew Crosby (GERME, Université libre de Bruxelles). Discutante : Louise Tassin (URMIS, Université de Nice –Sophia Antipolis) 16h30 : Conclusion

Lire la suite

Cultures à la barre : regards croisés sur la justice outre-mer

Journée(s) d'étude - Jeudi 23 juin 2016 - 09:00L'équipe ANR « AUTOCHTOM : legs colonial et outre-mers autochtones » vous convie à la journée d'étude organisée par Natacha Gagné, Stéphanie Guyon et Benoît Trépied.SessionsDroit coutumier et enjeux sociaux : Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-FutunaDroit commun et cultures locales : Guyane, Polynésie française, France métropolitainePerspectives comparatives : Colombie, Union françaiseEntrée libre dans la limite des places disponibles.

Lire la suite

Colonialism and Disability

Journée(s) d'étude - Lundi 20 juin 2016 - 09:00This study day focuses on the theme ‘Colonialism and Disability’ and it aims to discuss policies for assisting people with disabilities in imperial contexts (French, Italian, Belgian) and the situation of disabled persons in colonial settings in the 19th and 20th centuries. It aims to provide comparative perspectives on empires and also seeks to accentuate the inter- and intra-imperial circulation of ideas, materials and individuals related to people with various disabilities (deaf, blind, those with leprosy etc.).  Last but not least, the workshop investigates the persistence of postcolonial tensions in the development of international disability policies. Program9h - 12h30Presenting Leprosy in Colonial Eastern Nigeria, John Manton, Lecturer London School of Hygiene and Tropical Medicine.The Policy of Assistance to the Blind in the French Empire, Gildas Brégain, Post-Doctorant à l'Iris/EHESS.La prise en charge des aliénés dans les colonies italiennes (première moitié du XXe siècle), Marianna Scarfone, Post-doctorante au Centre Alexandre Koyré-CNRS, chercheuse résidente à l'Institut d'Etudes Avancées de Lyon.14h - 17h30In the Laboratories of Psychiatry - Towards a Global Historyof Experiments on Human Beings, Hubertus Büschel, Professor of Contemporary History at University of GroningenDecolonizing Disability and Disability Studies, Monika Baár, Lecturer at the University of Leiden.Thinking Globally, Acting Locally': Disability, Development, and Global Health, Sam de Schutter, PhD student, University of Leiden.Organisers: Gildas Brégain (Post-doctorant Iris, EHESS), Monika Baár (Associate Professor, University of Leiden).

Lire la suite

Les émotions dans les relations de soin et de service

Journée(s) d'étude - Mardi 21 juin 2016 - 09:00Cette journée d’étude entend analyser la place et le rôle, complexes, joués par les émotions entre des individus impliqués dans un contexte de soin et/ou de service. Le contexte de « soin et/ou de service » est compris ici au sens large : il comprend les prises en charge de cure comme de care, ainsi que les relations de service engageant des professionnels et un public (client, usager, etc.). Les émotions sont au cœur des interactions impliquant les relations entre individus. En effet, les situations où un individu se remet – consciemment ou non, temporairement ou non – à un tiers impliquent des émotions plurielles, changeantes et parfois ambivalentes tant pour la personne recevant le soin ou le service, que celle qui le dispense. Il s’agira ici d’analyser la manière dont les émotions s’expriment dans les relations, tant d’un point de vue empirique que normatif, et de nous interroger sur la place qui leur est faite dans nos analyses.Programme9h00 - Accueil9h15 - Introduction, Maud Arnal (EHESS, Cermes3 & IRIS), Diane Desprat (U. Paris Ouest, IDHES & GTM-Cresppa) et Pearl Morey (EHESS, Cermes3 & IRIS)9h30 - 1ère session - Présidence : Diane Desprat (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, IDHES & GTM-Cresppa)« Là, quand les gens s'effondrent devant toi, tu as envie de pleurer avec eux... » : Le travail émotionnel des soignant-e-s en réanimation, Thomas Denise (Université de Caen Normandie, CERReV)Les émotions dans la relation de service référent.e.s handicap et personnes en situation de handicap dans les hôpitaux publics, Albena Tcholakova (EHESP, Cresppa-GTM) et Régine Bercot (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, Cresppa-GTM)Soin et dégoût. La fabrique du tolérable, Dominique MEMMI (CNRS, CSU), Gilles RAVENEAU (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, LESC) et Emmanuel Taïeb (Sciences Po Lyon, TRIANGLE)Discussion : Julien Bernard (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Sophiapol)Discussion généralePause11h10 - Présidence : Maud ARNAL (EHESS, Cermes3 & IRIS)Résistances masculines au toucher rectal et ses malaises dans la relation de soin, Louis Braverman (EHESS, CADIS)Professions, genre et sentiment de peur dans un service de maladies infectieuses et tropicales, Clément Tarantini (EHESS, Centre Norbert Elias - SESSTIM/IHU Méditerranée Infection)Féminisme(s) et émotions dans le travail d’accompagnement des femmes victimes de violences conjugales, Auréline Cardoso (Université Toulouse II Jean Jaurès, Certop – Sagesse)Discussion : Marc Bessin (CNRS, EHESS, IRIS) et Aurélie Jeantet (Université Sorbonne Nouvelle–Paris 3, GTM-Cresppa)Discussion générale12h30-14h - Déjeuner14h - 2e session - Présidence : Pearl Morey (EHESS, Cermes3 & IRIS)Le soutien à domicile en France et au Québec : la part cachée et les paradoxes du travail émotionnel dans les champs de la vieillesse et du handicap, Catherine Lenzi (Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, PRINTEMPS)Comment la démence peut-elle être diagnostiquée « affectivement » ?, Laurence Tessier (Ecole des Mines, Centre de Sociologie de l’Innovation)Communiquer en Alzheimer : la place des émotions dans les pratiques communicationnelles des professionnels du paramédical et des approches psychosociales, Pamela Miceli (Université Lilles 3, CeRIES)Discussion : Hélène Marche (Chercheuse associée Université Saint-Etienne, Centre Max Weber)Discussion généralePause16h00 - Présidence : Maud Arnal (EHESS, Cermes3 & IRIS)L’accompagnement global à la naissance et ses couleurs émotionnelles pour les blouses blanches, Margaux Leboucq (EHESS)Le bonheur à l’épreuve du marché. La marchandisation des émotions dans l’univers du luxe: entre souffrance au travail et frustration des client.e.s, Gabriele Pinna (GTM-Cresppa)Le travail émotionnel dans le processus de recherche. Réflexion à partir d’une enquête sur les relations de service à domicile entre femmes, Colette Le Petitcorps (Université de Poitiers, Migrinter)Discussion : Marc Loriol (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IDHES)Discussion générale17h20 - Ouverture Sabine Fortino (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, GTM-Cresppa)17h30 - Clôture par les organisatrices18h00 - Pot finalJournée d’étude gratuite et sur inscription. Comité d’organisation : Maud Arnal (EHESS, Cermes3 & IRIS), Diane Desprat (U. Paris Ouest, IDHES & GTM-Cresppa) et Pearl Morey (EHESS, Cermes3 & IRIS).

Lire la suite

Summer Program in Social Science

Échos de la recherche - L’Institute for Advanced Study de Princeton, l’EHESS et le Swedish Collegium for Advanced Study ont lancé en 2015 un projet pluri-annuel de Summer Program in Social Science. C’est une école d’été rassemblant une vingtaine de jeunes chercheurs d’Afrique, du Moyen Orient et d’Amérique latine en histoire, sociologie, anthropologie, économie, droit, science politique, études littéraires qui se réuniront une fois dans chacune des institutions. La seconde session se déroulera du 20 au 24 juin 2016 à l’EHESS. L’objectif général est de constituer une communauté de chercheurs en sciences sociales de pays dits du Sud, collaborant avec des chercheurs des trois institutions impliquées. Un objectif spécifique est de développer un projet collectif autour des enjeux et problèmes de circulation et de formation des savoirs au niveau global intitulé “Writing the Social Science Across Different Worlds”. Didier Fassin coordonne l’ensemble du programme. Nancy Green et Denis Cogneau sont responsables de la session 2016 à l’École. Björn Wittrock et Ash Amin seront en charge de la session 2017 à Uppsala. Le cycle bénéficie du soutien financier du Riksbankens Jubileumsfond, de la Wolfensohn Family Foundation, ainsi que des trois institutions co-organisatrices.

Lire la suite

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

flux rss  EHESS

Big data & SHS

Journée(s) d'étude - Vendredi 16 juin 2017 - 09:00 "Big data & SHS - Regards et intérêts croisés pour la santé publique", journée d’étude organisée par Thomas Lefèvre & Sandrine de Montgolfier UMR8156 - U997.11 chercheurs français et étrangers en santé publique, venus des sciences sociales, de la médecine, de l'informatique, de l'épidémiologie partageront et croiseront leur regard, leurs expériences et leur intérêt pour la santé publique, au double prisme des Big Data et des sciences humaines et sociales.MatinéeSébastien Dalgalarrondo, CNRS Iris & INSEP, sociologie de la santé"Quantified self" et sportXavier Briffault, CNRS CERMES3, sciences sociales et épistémologie de la santéConséquences pratiques et épistémologiques du développement des objets connectés et big data en santé mentaleLuc Rocher, Université catholique de Louvain, Institute of Information and Communication TechnologiesComputational Privacy: on how human behavior bounds privacy and the privacy-conscientious use of big dataJoëlle Vailly, INSERM Iris, sociologie & anthropologieNouvel usage policier des données génétiques, une perspective anthropologiqueBenjamin Derbez, Mines ParisTech, Centre de Sociologie de l’InnovationLes bases de données de variants génétiques : un enjeu d’économie de la connaissance entre recherche et cliniqueAprès-midiCyrille Delpierre, INSERM & Université Toulouse III, épidémiologisteQuel apport du big data pour l'exploration des inégalités sociales de santé ?Louise Potvin, École de santé publique Université de Montréal, Chaire de recherche du Canada sur les approches communautaires et inégalités de santéD’où vient la complexité des interventions en santé des populations et comment la modéliser ?Nelly Robin, Université de Poitiers CNRS MIGRINTER, géographie avec Lakhdar Saïs Université d'Artois, Centre de Recherche en Informatique de LensParcours Migratoires et Données Multi-Sources. Des bases de données à la fouille de données en passant par l’intelligence artificielle, une méthodologie inédite pour réinterroger les espaces et les temporalités de la Traite des enfants et des femmesAlexandre Delanoë, CNRS Institut des Systèmes Complexes, sociologie, Chef de projet de la plateforme de fouille textuelle GargantextGargantext : comment faire un état de l'art en quelques minutesSandrine de Montgolfier, UPEC & INSERM Iris, épistémologie et histoire des sciences du vivantEnjeux éthiques soulevés par l’accès aux données de séquençage en oncogénétique du point de vue des professionnelsThomas Lefèvre, UP13 Iris & Hôpital Jean Verdier, médecineRetour d’expérience du groupe de réflexion ministériel « big data en santé » ; recommandations et analyses  

Lire la suite

Cinémas d’insurrection

Colloque - Mercredi 22 février 2017 - 18:00Ce colloque est l’aboutissement d’un premier travail de recherche et de rencontre conduit avec des cinéastes et militants filmant de manière atypique les situations de conflits et post-conflits depuis plusieurs années ou décennies. L’objectif de ce colloque est donc de confronter les pratiques et les engagements d’artistes et de chercheurs enquêtant sur diverses situations de mobilisations ou de résistances armées, et sur la mémoire et l’amnésie constitutive de l’expérience historique des situations de post-conflits. Ces pratiques filmiques peuvent aussi inspirer les sciences sociales par leurs positions et leurs observations au plus proche des expériences de leurs interlocuteurs. En plaçant les travaux de ces cinéastes au centre des interventions, ce colloque entend aussi réinterroger les modes de savoir et les constructions de sens produits par l’image.Avec la participation des cinéastes Édouard Beau, Stéphane Breton, John Gianvito, Clarisse Hahn, Florent Marcie et du Collectif de vidéastes ukrainiens BABYLON’ 13.

Lire la suite

Little go girls d'Éliane De Latour

Projection-débat - Mardi 17 janvier 2017 - 18:00La projection sera suivie d'un débat en présence de la réalisatrice Éliane de Latour, cinéaste et anthropologue, directrice de recherches à l’Iris, avec Thomas Sotinel, critique cinéma au journal Le Monde et Eric Fassin, sociologue, professeur à Paris VIII. A Abidjan, les go de nuit empruntent un chemin chaotique entre délinquance et rapports tarifés dans les ghettos d'Abidjan, pour fuir les violences familiales. Très jeunes, analphabètes, largement musulmanes, elles sont prêtes à affronter le déshonneur et la mort pour un peu d'autonomie dont elles ont été privées dès le plus jeune âge. Entre le réveil et le tapin, le temps façonné par l’attente, les rêves, l’incertitude, laisse emerger une intimité presque silencieuse. Quelques unes tentent de renverser soudain leur mode d'existence pour tenter de gagner un peu de dignité à travers un nouveau projet de vie, la Casa des go. Les tensions sont telles qu’elles finissent par embaucher deux petites bonnes qu’elles rémunèrent 0,50€ par jour. Alors que les go commencent à sortir la tête du darkness, elles passent le relais de la servitude à des fillettes privées d’école comme elles au même âge. Sans doute suivront-elles le même chemin ? Le cercle se referme. Qui en sortira vraiment ?Voir la bande annonce du filmSéance organisée dans le cadre du Cycle "L'EHESS fait son ciné" proposé par la Direction de l’image et de l’audiovisuel 

Lire la suite

Plus d'actualités

EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Tél : 33 (0)1 49 54 25 05 - Fax : 33 0(1) 49 54 24 28
iris@ehess.fr
Accès

UNIVERSITE PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75 - Fax : 33 (0)1 48 38 88 62
iris@univ-paris13.fr
Accès

 


 

Liens rapides

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris