Sur l'agenda | Dans les médias

Libération > Tribune de Didier Fassin : Donald Trump à la Maison Blanche : Ubu président

Libération, 19 janvier 2017

Donald Trump à la Maison Blanche : Ubu président

Tribune de Didier Fassin

Libération, 19 janvier 2017

 

Si le langage usuel n’arrive pas à définir le phénomène, c’est sans doute le grotesque, comme forme littéraire, qui permet le mieux de rendre compte de cette figure inquiétante et risible, qui efface la distinction entre le tragique et le comique. Une figure du grotesque en politique ?

L’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis a non seulement consterné une grande partie du monde intellectuel, médiatique et politique de ce pays et du reste du monde, mais elle l’a désemparée. A l’indignation s’est ajoutée l’incompréhension. Pour décrypter l’événement, la plupart des commentateurs ont cherché à analyser le vote, c’est-à-dire à la fois le profil et les motivations de l’électorat du nouveau président. On a ainsi tantôt privilégié la dimension économique et sociale, en mettant en avant la frustration des milieux ouvriers blancs déclassés de la «Rust Belt» victimes de la désindustrialisation et de la mondialisation, tantôt invoqué la dimension culturelle et raciale, en soulignant le ressentiment de la population conservatrice du Midwest et du Sud à l’égard de minorités incarnées par la présence d’un Afro-Américain à la Maison Blanche qui bousculaient l’ordre symbolique de la société états-unienne.

On s’est, en revanche, moins interrogé sur le phénomène politique que représente l’élection de Trump, c’est-à-dire sur ce que révèle son intronisation dans les plus hautes fonctions de son pays. D’ailleurs, le jour même de l’annonce de la victoire du candidat républicain, un processus remarquable de normalisation s’est mis en marche, la plupart des journalistes et des élus affirmant qu’il fallait respecter le choix du peuple (nonobstant les trois millions de suffrages en plus obtenus par Hillary Clinton et les plus de six millions de personnes surtout noires et pauvres privées du droit de vote) et qu’on devait laisser au nouvel élu l’occasion de faire ses preuves (comme si son statut faisait de lui un autre homme que celui qu’on avait connu comme candidat). Le personnage infréquentable duquel on se gaussait hier était soudain devenu un homme respectable.

Les quelques tentatives pour interpréter le phénomène l’ont fait dans des catégories politiques traditionnelles sans prendre la mesure de son caractère sans précédent. On a beaucoup parlé de populisme, souvent du reste en établissant un parallèle avec Bernie Sanders, présenté comme son alter ego démocrate, ce qui révélait du même coup le médiocre pouvoir explicatif de cette lecture tant les styles et les programmes des deux hommes sont différents. On a parfois évoqué le spectre du fascisme, notamment dans les milieux académiques radicaux, en référence à la manière autoritaire et au discours nationaliste de Mussolini, mais on voit les limites de cette comparaison dans un pays où les règles formelles de la démocratie ne sont pas remises en cause. On a aussi voulu banaliser la séquence en cours, à l’étranger, en se concentrant sur les mesures économiques annoncées dans lesquelles on a vu un simple retour du protectionnisme, tel que le défend Theresa May en Grande-Bretagne. Bien qu’il y ait une part de vérité dans ces interprétations, aucune n’est toutefois capable de saisir ce qui se joue de radicalement singulier avec l’investiture de Trump.

A situation inédite, langage inédit. C’est bien dans un autre référentiel qu’il faut penser cette situation, et notamment pour mettre des mots sur ce désarroi des analystes qui oscillent entre accablement et incrédulité, désolation et raillerie, sentiment de révolte et choix de la dérision. Il y a quelque chose de tragicomique dans la manière d’être, de dire et de faire du nouveau président que le vocabulaire politique usuel ne sait nommer. Dès lors, dans la mesure où Trump est un homme de spectacle (il s’est rendu célèbre en présentant une émission de télé-réalité et l’on a affirmé qu’il gouvernerait le pays comme il avait animé ce jeu cruel) et où il a mené sa carrière politique en faisant de sa présence publique une performance (des meetings surchauffés de sa campagne aux petites phrases quotidiennes sur Twitter), c’est logiquement avec le langage du théâtre qu’il s’agit de rendre compte de ce que symbolise Trump. Et plutôt que dans la Résistible Ascension d’Arturo Ui, c’est dans Ubu roi qu’il faut chercher les clés de lecture du moment présent aux Etats- Unis. Le nouveau président est un personnage de Jarry plus encore que de Brecht.

Le grotesque, comme forme littéraire, est ce qui permet le mieux de rendre compte de cette figure politique simultanément inquiétante et risible, qui efface la distinction entre le tragique et le comique. Dans la farce ironiquement appelée «drame» telle qu’elle a été jouée en 1888, le père Ubu conquiert le pouvoir en assassinant le roi, puis l’exerce avec autant de violence que de bouffonnerie. Egocentrique, il ne pense qu’à son intérêt personnel. Malhonnête, il ne différencie pas les biens publics et ses affaires privées. Incompétent, il voit sans cesse ses décisions ineptes corrigées par son entourage. Vulgaire, il insulte tout un chacun jusqu’à son épouse. Brutal, il humilie ses sujets et élimine ses rivaux.

Faut-il alors rappeler que Trump a utilisé les ressources de son organisation dite caritative pour commander à un peintre son portrait grandeur nature, qu’il a refusé d’établir pendant la durée de son mandat présidentiel une séparation stricte entre son activité publique et ses affaires privées, qu’il se vante de donner de l’argent aux responsables politiques en attendant d’eux qu’en retour ils accèdent à ses demandes, qu’il a évité une enquête judiciaire sur les malversations de son université en effectuant un don à la procureure en charge du dossier, qu’il souffre selon son biographe d’un déficit d’attention qui ne lui permet pas de se concentrer plus de quelques minutes sur un sujet, qu’il délègue à ses proches et souvent à ses enfants l’étude des dossiers sur lesquels il doit prendre une décision, qu’il oblige ses collaborateurs à intervenir publiquement pour amender ses déclarations les plus choquantes ou incohérentes, qu’il se flatte que les femmes ne lui résistent pas lorsqu’il les saisit par le sexe et qu’il est de fait accusé de harcèlement sexuel, qu’il a mimé un journaliste handicapé pour le moquer devant une foule hilare et ironisé sur la douleur muette de la mère d’un soldat mort au combat, qu’il assimile les migrants mexicains à des violeurs, des dealers et des criminels et qu’il veut constituer un fichier des musulmans résidant aux Etats-Unis, enfin qu’il invite ses supporteurs à faire le coup-de-poing avec les activistes du mouvement Black Lives Matter et qu’il évoque «le bon temps» où les Noirs ne protestaient pas parce qu’ils savaient comment on les traiterait s’ils s’y risquaient ?

Insoucieux du bien commun, irrespectueux de ses concitoyens, inconvenant, irascible, impulsif, influençable, inculte - en un mot : ubuesque - l’homme qui va diriger le pays le plus puissant du monde est donc bien une figure du grotesque en politique. Il y a, certes, une différence entre la créature du Collège de Pataphysique et le nouveau président des Etats-Unis : la première est arrivée au pouvoir par la force, le second y est parvenu par les urnes. L’avenir dira s’il y a une autre différence entre eux : à la fin de la pièce, le personnage de fiction est chassé du pouvoir ; alors que s’accumulent les révélations compromettantes sur son double dans le monde réel, et notamment sur ses liens secrets avec des puissances étrangères qui conduisent un nombre croissant de députés à mettre en cause son élection et à boycotter son investiture, il n’est pas certain qu’il aille jusqu’au terme de son mandat.

De quoi Trump est-il donc le nom ? Ce qui trouble si profondément les analystes qui s’efforcent de répondre à cette question n’est ni la politique qu’il va mener, car elle se dessine clairement à travers les nominations des membres de son gouvernement ni l’électorat qui l’a porté au pouvoir, dont on saisit peu à peu les multiples logiques ayant présidé à son choix, mais l’homme lui-même. Au moment où il est officiellement investi, il n’est peut-être pas trop tard pour prendre au sérieux ce qu’il représente - fût-ce dans le registre du grotesque.

A consulter :

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

flux rss  EHESS

Cinémas d’insurrection

Colloque - Mercredi 22 février 2017 - 18:00Ce colloque est l’aboutissement d’un premier travail de recherche et de rencontre conduit avec des cinéastes et militants filmant de manière atypique les situations de conflits et post-conflits depuis plusieurs années ou décennies. L’objectif de ce colloque est donc de confronter les pratiques et les engagements d’artistes et de chercheurs enquêtant sur diverses situations de mobilisations ou de résistances armées, et sur la mémoire et l’amnésie constitutive de l’expérience historique des situations de post-conflits. Ces pratiques filmiques peuvent aussi inspirer les sciences sociales par leurs positions et leurs observations au plus proche des expériences de leurs interlocuteurs. En plaçant les travaux de ces cinéastes au centre des interventions, ce colloque entend aussi réinterroger les modes de savoir et les constructions de sens produits par l’image.Avec la participation des cinéastes Édouard Beau, Stéphane Breton, John Gianvito, Clarisse Hahn, Florent Marcie et du Collectif de vidéastes ukrainiens BABYLON’ 13.(...)

Lire la suite

Little go girls d'Éliane De Latour

Projection-débat - Mardi 17 janvier 2017 - 18:00La projection sera suivie d'un débat en présence de la réalisatrice Éliane de Latour, cinéaste et anthropologue, directrice de recherches à l’Iris, avec Thomas Sotinel, critique cinéma au journal Le Monde et Eric Fassin, sociologue, professeur à Paris VIII. A Abidjan, les go de nuit empruntent un chemin chaotique entre délinquance et rapports tarifés dans les ghettos d'Abidjan, pour fuir les violences familiales. Très jeunes, analphabètes, largement musulmanes, elles sont prêtes à affronter le déshonneur et la mort pour un peu d'autonomie dont elles ont été privées dès le plus jeune âge. Entre le réveil et le tapin, le temps façonné par l’attente, les rêves, l’incertitude, laisse emerger une intimité presque silencieuse. Quelques unes tentent de renverser soudain leur mode d'existence pour tenter de gagner un peu de dignité à travers un nouveau projet de vie, la Casa des go. Les tensions sont telles qu’elles finissent par embaucher deux petites bonnes qu’elles rémunèrent 0,50€ par jour. Alors que les go commencent à sortir la tête du darkness, elles passent le relais de la servitude à des fillettes privées d’école comme elles au même âge. Sans doute suivront-elles le même chemin ? Le cercle se referme. Qui en sortira vraiment ?Voir la bande annonce du filmSéance organisée dans le cadre du Cycle "L'EHESS fait son ciné" proposé par la Direction de l’image et de l’audiovisuel (...)

Lire la suite

Origines et conditions d’apparition de la vie

Colloque - Mardi 11 octobre 2016 - 09:00La question des conditions d’apparition de la vie ou de la présence de la vie dans l’univers, longtemps considérée comme appartenant au domaine spéculatif, est en train de devenir un champ de recherche actif.Ce questionnement implique les sciences « dures » telle que l’astronomie et l’astrophysique – avec la découverte de planètes extrasolaires et l’exploration du Système Solaire par l’entremise de sondes spatiales, jusqu’à la chimie, la biologie et l’écologie – avec les derniers développements dans le monde prébiotique, l’émergence de la matière vivante et des systèmes écologiques et les étapes fondamentales de l’évolution. Ces questions impliquent tout autant les sciences humaines, comme l’histoire des sciences -avec l’histoire du questionnement des origines de la vie ou l’évolution des relations entre instrumentation scientifique et définition de la vie ; jusqu’à l’anthropologie – avec les variations culturelles de la perception et de la conception de la vie. Elles incitent, par ailleurs, à déporter le regard de la seule reconstitution des premières étapes de la vie pour considérer comme objectif la construction d’êtres « vivants » artificiels. Recréer la vie devrait en effet permettre de clarifier des questions telles que la façon dont la vie peut démarrer en tant que processus global, la probabilité de sa présence, la diversité qu’elle pourrait présenter dans d’autres mondes et, en dernier lieu, « ce qu’est » la vie.Plusieurs actions d’envergure focalisées sur ces questions ont ainsi récemment émergé dans les grandes universités internationales ou dans des fondations privées (Origins of life initiative à Harvard, Origins of Life Initiative à Munich, Earth-life Institute au Tokyo Institute of Technology, l’initiative de la Simons Foundation). Riche de l’activité de ses équipes en ce domaine ainsi que de la cartographie des savoirs susceptibles de l’étoffer, Paris Sciences et Lettres Research University a aussi souhaité aborder ces questions grâce à la mise en place récente d’un IRIS intitulé Origines et Conditions d’Apparition de la Vie.Le colloque de lancement sera l’occasion de confronter les perspectives adoptées par les grands centres mondiaux de recherche et de formation ainsi que d’en apprécier les motivations. Il montrera aussi que Paris, et de façon spécifique PSL Research University, dispose de tous les atouts pour aborder ce challenge scientifique. Inscription gratuite mais obligatoire par email à : appels-ocav@listes.univ-psl.fr(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Tél : 33 (0)1 49 54 25 05 - Fax : 33 0(1) 49 54 24 28
iris@ehess.fr
Accès

UNIVERSITE PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75 - Fax : 33 (0)1 48 38 88 62
iris@univ-paris13.fr
Accès

 


 

Liens rapides

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris