Membres | Doctorant.e.s

Mariela Elizabeth ACUÑA

Mariela Acuña
Doctorante
Discipline(s) : Anthropologie sociale

Coordonnées professionnelles

Twitter : @Mariela.AcunaOK

mariela.acuna[at]ehess.fr

Les employées de maison malgaches au Liban : une société en migration entre subordination et attente du retour

Thèse d'anthropologie sociale préparée sous la direction de Franck Mermier

Mon projet de recherche s’intitule « Les employées de maison malgaches au Liban: une société en migration et attente du retour». Il a comme objectif de contribuer au débat anthropologique sur la situation des femmes travailleuses domestiques migrantes au Liban, -spécifiquement de la communauté malgache-, lesquelles se trouvent sous un système d’emploi caractéristique des pays du Moyen Orient appelé « kafala » ou ²parrainage². Ce système structure de manière très particulière la société d’accueil et impacte aussi profondément le marché de travail domestique migrant.

Je m’interrogerai, par la méthode des récits de vie, sur les conditions de leur arrivée au Liban, sur les attentes des migrantes par rapport à ce pays, sur les relations auprès du kafil ou « parrain », sur leurs conditions de travail, sur le passage à la condition de migrantes illégales, sur leurs relations avec les autorités consulaires, et sur le rapport avec leur familles à Madagascar, entre autres.

La problématique de la kafala en tant que système régulateur du recrutement, des conditions de travail et de vie de ces femmes migrantes sera au cœur de mon enquête. Ce système est mis en place à partir du moment où la femme quitte son pays et finit lorsqu’elle retourne chez elle, sauf que dans plusieurs cas (il reste à savoir combien) elle se retrouve « piégée » sans pouvoir quitter le Liban à cause de l’irrégularité de son statut migratoire, ce qui ne dépend pas d’elle.

Mes principales questions seront donc :

Comment se déroule le chemin migratoire pour ces femmes ? Dans quel contexte socio-culturel prennent-elles la décision de quitter leur pays pour aller travailler ailleurs ? Quels sont les agents impliqués dans cette démarche ?  Quel rôle jouent les agences de recrutement à Madagascar ? Sachant que beaucoup des femmes migrantes ont des enfants laissés sur place, je m’interrogerai sur le type de relations familiales instauré par le processus migratoire.

Mon enquête se déroule dans deux terrains : le pays d’accueille des migrantes – ca veut dire le Liban-, mais aussi dans la société de départ -le Madagascar-, parce que je souhaite examiner le contexte intégral de cette migration féminine. Bien que la plupart de mon travail se concentre sur le Liban et sur la relation entre ces femmes malgaches et leurs employeurs, il me semble nécessaire pour cette recherche aussi de voir le processus en amont, avec l’intention d’observer les configurations sociales et familiales qui sont les propulseurs principaux de cette migration en premier terme, alors ma recherche se conduit aussi à Madagascar. Ma recherche, donc, s’inscrit dans ce contexte particulier, et essai de réfléchir sur le phénomène de la migration féminine sous des règles propres à cette région du monde, proposant ainsi l’étude de l’impact que cette situation particulière a dans leurs vies et celles de ses proches.

  • Mots-clés : Travailleuses Domestiques Migrantes – Kafala – Liban – Madagascar

Principales responsabilités

  • Coordinatrice du program CCRM (Cross-Regional Center for Refugees and Migrants) dans l'ONG Libanaise INSAN.
  • Coordinatrice de la Région du Moyen-Orient et Afrique du Nord à l'IDWF (Fédération Internationale des Femmes Travailleuses Domestiques – International Federation of Domestic Workers).
EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

IRIS - EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Contacts
Accès

IRIS - UNIV. PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Contacts
Accès

 


 

Liens rapides

La Lettre de l'Iris

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris