Membres | Membres statutaires

Caroline de SAINT-PIERRE

saint-pierre
Maître assistant en sciences sociales pour l'architecture - Ecole nationale supérieure d'architecture Paris-Malaquais
Discipline(s) : Anthropologie

Coordonnées professionnelles

École nationale supérieure d’architecture de Paris Malaquais, 14 rue Bonaparte 75006 Paris

c.desaintpierre[at]orange.fr

01 42 21 38 86

Domaines de recherche

Anthropologie sociale et ethnologie des espaces urbains

Caroline de Saint Pierre développe des recherches consacrées aux processus de singularisation d’espaces habités, à différentes échelles (bâtiment, quartier, territoire), et, dans une dimension comparative. Loin de penser les espaces actuels comme systématiquement voués par la "mondialisation" à une uniformité et à une homogénéisation sans appel ou comme des "non-lieux", elle interroge les processus de mise en œuvre d’opérations symboliques et sociales en même temps que les conditions qui leur permettent d’acquérir un statut, d’être qualifiés, de sortir d’une stricte fonctionnalité et d’une relative indifférenciation. Elle interroge les correspondances que les individus établissent entre différents espaces, relations d’homologie, d’opposition, de complémentarité, permettant ainsi de ne pas appréhender l’espace local comme un univers réifié mais bien plutôt comme une configuration singulière d’interprétations de références spatiales et sociales en lien avec la globalisation. La production de micro-localité dans la ville contemporaine est étudiée dans une optique comparative dans des contextes différents, en région parisienne et à Buenos Aires.

Durant plusieurs années, ses terrains étaient situés dans les banlieues parisiennes,  dans les villes nouvelles de Saint-Quentin-en Yvelines et de Cergy-Pontoise et les recherches entreprises se structurent autour de trois axes. Le premier s’intéresse à examiner concrètement et dans le détail les pratiques en ville et les définitions des espaces qu’elles entraînent. A  montrer à travers l’observation des interactions et des parcours, comment des espaces sont circonscrits, comment on leur attribue des spécificités et dans quelles situations on les mobilise pour se doter d’appartenances. Cela a été décliné auprès d’univers sociaux très différents, tels des jeunes en situation de marginalité se regroupant en « bandes », des habitants se regroupant en associations dans les maisons de quartier, des groupes religieux partageant différents locaux.

Le second axe s’intéresse à étudier les modalités de construction d’un récit de ville. Comment à partir de fragments de narrations que suscite une urbanisation nouvelle se cristallise à un moment donné une sorte de Récit public amené à évoluer au fil du temps. Cela a été mis en évidence en examinant différents "supports" de la ville de Cergy-Pontoise, récits oraux, écrits ou iconographiques ainsi qu’audio-visuels (radio, télévision, film), venant de la part de professionnels de la ville, d’élus, de médias, ou d’artistes, ainsi que de discours et pratiques d’habitants.

Le troisième axe s’intéresse à confronter les conceptions des architectes ou des urbanistes qui ont conçu un édifice ou aménagé un quartier aux points de vue et aux vécus de citadins enquêtés à Cergy durant les années 1990-2000. Différentes situations sont examinées : relations de voisinage, interactions dans les espaces publics, activités associatives dans les maisons de quartier ou échanges marchands (marchés, vide-greniers, centre commercial). Deux quartiers récents de Cergy, aux conceptions urbanistiques caractéristiques des années 1970 pour l’un et des années 1980 pour l’autre, ont pu être comparés.

Plus récemment, ses nouveaux terrains se situent dans la ville de Buenos Aires (Argentine). A travers deux études de cas de quartiers du secteur sud de Buenos Aires, géographiquement proches du centre mais considérés comme périphériques, sont interrogés des processus centraux dans la fabrication de la ville contemporaine, les modes de transformation-innovation et de conservation-patrimonialisation en relation avec les positionnements et les pratiques des différents acteurs.  

  • mots-clefs : anthropologie urbaine, production des espaces, innovation, patrimonialisation, urbanisme, architecture, construction narrative, images de la ville, relations de voisinage, interactions dans les espaces publics, échanges marchands, scènes sociales et spatiales, trajectoires d’habitants, « bandes » de jeunes, associations, regroupements confessionnels, décideurs, urbanistes, artistes, paysagistes, périphéries urbaines, villes nouvelles, Cergy-Pontoise, Saint-Quentin-en-Yvelines, Buenos Aires (Argentine).

***

Campos de investigación : Antropología social y etnología de los espacios urbanos

Caroline de Saint Pierre realiza investigaciones consagradas a los procesos de singularización de espacios habitados, a diferentes escalas (edificio, barrio, territorio) y desde una perspectiva comparada. Lejos de pensar los espacios como dedicados sistemáticamente, por la « mundialización », a una uniformidad y homogeneización incuestionables, o como « no lugares », ella interroga los procesos de construcción de las operaciones simbólicas y sociales, al mismo tiempo que las condiciones que les permiten adquirir un estatuto, ser calificados, salir de una estricta funcionalidad y de una relativa indiferenciación. Ella interroga también las correspondencias que los individuos establecen entre diferentes espacios, relaciones de homología, de oposición, de complementareidad, permitiendo así no aprehender el espacio local como un universo reificado, sino más bien como una configuración singular de interpretaciones de referencias espaciales y sociales vinculadas a la globalización. La producción de micro-localidad en la ciudad contemporánea es estudiada, bajo una óptica comparatista, en contextos diferentes, tanto en la región parisina como en Buenos Aires.

Durante varios años, sus terrenos estuvieron situados en los suburbios de París, en las ciudades nuevas de Saint-Quentin-en Yvelines y de Cergy-Pontoise. Las investigaciones emprendidas se estructuraron alrededor de tres ejes. El primero se interesó en examinar concretamente y en detalle las prácticas en la ciudad y las definiciones de los espacios que ellas entrañaban. En mostrar a través de la observación de las interacciones y de los recorridos, cómo los espacios están circunscriptos, cómo se les atribuye especificidades y en qué situaciones se los moviliza para dotarse de pertenencias. Esto fue declinado dentro de universos sociales muy diferentes, tales como jóvenes en situación de marginalidad, reagrupados en « banda », habitantes que se agrupaban en asociaciones en los centros vecinales, grupos religiosos que compartían diferentes locales.

El segundo eje se interesó en estudiar las modalidades de construcción de un relato de ciudad. Cómo a partir de fragmentos de narraciones suscitadas por una urbanización nueva se cristaliza en un momento dado una suerte de Relato público conducido a evolucionar con el paso del tiempo. Esto ha sido puesto en evidencia examinando diferentes « soportes » de la ciudad de Cergy-Pontoise, relatos orales, escritos o iconográficos, así como audio-visuales (radio, televisión, películas), provenientes de parte de profesionales de la ciudad, de representantes electos, de los medios o de artistas, así como de los discursos y las prácticas de los habitantes.

El tercer eje se interesó en confrontar las concepciones de los arquitectos y urbanistas que han concebido un edificio o remodelado un barrio con los puntos de vista de los habitantes encuestados en Cergy durante los años 1990-2000. Diferentes situaciones son examinadas : relaciones de vecindad, interacciones en los espacios públicos, actividades asociativas en los centros vecinales o intercambios mercantiles (mercados, ferias americanas, centros comerciales). Dos barrios recientes de Cergy, uno hecho con concepciones urbanísticas características de los años 70 y el otro de los 80, han podido ser comparados.

Más recientemente, nuevos campos de investigación se sitúan en la ciudad de Buenos Aires (Argentina). A través del estudio de dos casos en barrios del sector sur de la ciudad, geográficamente cercanos al centro, pero considerados comoperiféricos, son interrogados en relación a los procesos centrales en la fabricación de la ciudad contemporánea, los modos de transformación – innovación y de conservación – patrimonialización, como así también a los posicionamientos y las prácticas de los diferentes actores.

  • Palabras claves : antropología urbana, producción de espacios, innovación, patrimonialización, urbanismo, arquitectura, construcción narrativa, imágenes de la ciudad, relaciones de vecindad, interacciones en los espacios públicos, intercambios mercantiles, escenas sociales y espaciales, trayectorias de los habitantes, « bandas » de jóvenes, asociaciones, agrupaciones confesionales, decisores, urbanistas, artistas, paisajistas, periferias urbanas, ciudades nuevas, Cergy-Pontoise, Saint-Quentin-en-Yvelines, Buenos Aires (Argentina).

Enseignements

Séminaire à l'EHESS : Anthropologie, ville, architecture et territoire (2007-2012). Convention EHESS/ENSA Paris-Malaquais

  • Alban Bensa, directeur d'études à l'EHESS (TH)
  • Caroline de Saint-Pierre, maître-assistant à l'ENSAPM
  • Antonella Di Trani, doctorante

Ce séminaire interdisciplinaire entend rendre compte des mécanismes en œuvre dans les transformations de notre espace social et dans les domaines de l’architecture, de la ville, du territoire. Il s’inscrit dans une démarche visant à restituer un travail de description et d’analyse des rapports sociaux liés aux objets en devenir, dans une perspective historique. Comment une ville, un habitat ou un territoire prennent-ils forme ? Comment se construisent-ils au quotidien à travers les pratiques des habitants, des architectes, des urbanistes et des acteurs politiques ? À partir de ces questions, nous nous intéresserons à des situations d’édification, de transformation et de redéfinition d’espaces à diverses échelles. Nous nous attacherons à restituer les logiques des différents acteurs impliqués dans ces processus et leurs modes d’articulation, en partant de la matérialité de l’espace, des dispositifs, des usages et des récits.

Premier cycle à l’ENSA Paris Malaquais - Licence

  • Étude de cas d’un bâtiment d’habitation : de l’espace conçu à l’espace vécu
  • Histoire de la pensée anthropologique
  • Sociologie de l’habiter 
  • Outils et objets de la recherche, La ville en mouvement : pratiques citadines, singularisation des espaces

Second cycle à l’ENSAPM - Master

  • La construction sociale et symbolique des espaces
  • Suivi et encadrement mémoires et diplômes

Responsabilités principales

Actuelles

  • Membre de la Commission des Etudes et de la Vie étudiante (CEVE),  ENSA Paris-Malaquais
  • Membre de la commission internationale ENSA Paris-Malaquais
  • Membre de la commission pédagogique du master EHESS spécialité Territoires, Espaces et sociétés
  • Membre du conseil scientifique des Journées ethnographiques EHESS, 2015.
  • Membre du comité scientifique de l’atelier doctoral 2015, Association Française de Sociologie (AFS),  Réseau Thématique 9 : Les mots d’ordre urbains et la construction de l’objet de recherche. Evaluation

Antérieures

  • Membre du Comité de pilotage du dispositif expérimental de formation pour l'intervention territoriale, créé en 1998, dans le cadre de la formation initiale des assistants de service social de l'École Normale Sociale, mis en place par la Direction de l'Action Sociale du Ministère de l'Emploi et de la Solidarité, la DRASSIF et la DIV.

Principales publications

Ouvrages

  • (2014), La ville Patrimoine. Formes, logiques, enjeux et stratégies,  Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 248 pages, illustrations.
  • (2014), La fabricación plural de la ciudad, Buenos Aires, Editorial Antropofagia (traduit par Miguel Espejo), 376 pages, illustrations.
  • (2002) La fabrication plurielle de la ville : décideurs et citadins à Cergy-Pontoise (1990-2000), éditions Créaphis, Paris, 311 pages, cartes, photos.

Chapitres d’ouvrages collectifs

  • (2012 ), La perception et l’appropriation d’œuvres d’art dans les espaces publics, in : La fabrique des modes d’habiter. homme, lieux et milieux de vie (dir. A Morel-Brochet, Nathalie Ortar), coll Habitat et sociétés, p. 211-231, Paris, L’Harmattan.
  • (2010), Des tâches de peinture sur la Joconde, L'art dans la ville, la ville dans l'art, p. 205-211 in : L'art dans les villes nouvelles. De l'expérimentation à la patrimonialisation (dir. Julie Guiyot Corteville, Valérie Perlès, Loïc Vadelorge), éditions Artlys, Versailles.
  • (2007), Les logiques de construction du sens des espaces urbains dans la ville nouvelle, pp.66-77, in : Architecture, formes urbaines et cadre de vie, ouvrage collectif coordonné par la Direction de l'architecture et du patrimoine, direction générale de l'urbanisme de l'habitat et de la construction, Programme interministériel d'histoire et d'évaluation des villes nouvelles françaises, atelier 4. Recherche, avril.
  • (2006), Même les centres commerciaux ont une histoire : le cas des Trois Fontaines à Cergy-Pontoise in :  Habiter les villes nouvelles, sous la direction de Loïc Vadelorge, éditions Manuscrit Université.
  • (2005), Se représenter la ville in : Villes de pierres, de toile et de papier, éditions Université Lyon 3.
  • (2000), L'identification d'une ville :  -la ville verte et bleue- ou comment une idée fait son chemin in : Cultures en ville ou de l'art et du citadin, pp. 33-50, ouvrage collectif coordonné par J. Métral, éditions de l'Aube, mars.
  • (1997), Quand le courant passe autrement : une logique d'affinités électives, in : Les aléas du lien social, constructions identitaires et culturelles dans la ville, pp.103-121, ouvrage collectif coordonné par J. Métral, Ministère de la Culture et de la Communication, Documentation française,.

Articles

Compte-rendu d’ouvrage

  • (2012), Compte-rendu de Penser la servitude volontaire, un anthropologue de notre présent, Gérard Althabe. (Bernard Traimond, éditions  Le Bord de L’eau, 2012). La Quinzaine littéraire (15 avril 2012).

Film documentaire

  • (2003) Intérieurs ville, co-réalisé avec Olivier Segard, 75 minutes, coproduit par Paris Barcelone films et Voi Sénart. DVD CNC-collection Images de la Culture. Catalogue Forum des Images, Centre audiovisuel de Paris.
EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

flux rss  EHESS

Big data & SHS

Journée(s) d'étude - Vendredi 16 juin 2017 - 09:00 "Big data & SHS - Regards et intérêts croisés pour la santé publique", journée d’étude organisée par Thomas Lefèvre & Sandrine de Montgolfier UMR8156 - U997.11 chercheurs français et étrangers en santé publique, venus des sciences sociales, de la médecine, de l'informatique, de l'épidémiologie partageront et croiseront leur regard, leurs expériences et leur intérêt pour la santé publique, au double prisme des Big Data et des sciences humaines et sociales.MatinéeSébastien Dalgalarrondo, CNRS Iris & INSEP, sociologie de la santé"Quantified self" et sportXavier Briffault, CNRS CERMES3, sciences sociales et épistémologie de la santéConséquences pratiques et épistémologiques du développement des objets connectés et big data en santé mentaleLuc Rocher, Université catholique de Louvain, Institute of Information and Communication TechnologiesComputational Privacy: on how human behavior bounds privacy and the privacy-conscientious use of big dataJoëlle Vailly, INSERM Iris, sociologie & anthropologieNouvel usage policier des données génétiques, une perspective anthropologiqueBenjamin Derbez, Mines ParisTech, Centre de Sociologie de l’InnovationLes bases de données de variants génétiques : un enjeu d’économie de la connaissance entre recherche et cliniqueAprès-midiCyrille Delpierre, INSERM & Université Toulouse III, épidémiologisteQuel apport du big data pour l'exploration des inégalités sociales de santé ?Louise Potvin, École de santé publique Université de Montréal, Chaire de recherche du Canada sur les approches communautaires et inégalités de santéD’où vient la complexité des interventions en santé des populations et comment la modéliser ?Nelly Robin, Université de Poitiers CNRS MIGRINTER, géographie avec Lakhdar Saïs Université d'Artois, Centre de Recherche en Informatique de LensParcours Migratoires et Données Multi-Sources. Des bases de données à la fouille de données en passant par l’intelligence artificielle, une méthodologie inédite pour réinterroger les espaces et les temporalités de la Traite des enfants et des femmesAlexandre Delanoë, CNRS Institut des Systèmes Complexes, sociologie, Chef de projet de la plateforme de fouille textuelle GargantextGargantext : comment faire un état de l'art en quelques minutesSandrine de Montgolfier, UPEC & INSERM Iris, épistémologie et histoire des sciences du vivantEnjeux éthiques soulevés par l’accès aux données de séquençage en oncogénétique du point de vue des professionnelsThomas Lefèvre, UP13 Iris & Hôpital Jean Verdier, médecineRetour d’expérience du groupe de réflexion ministériel « big data en santé » ; recommandations et analyses  (...)

Lire la suite

Cinémas d’insurrection

Colloque - Mercredi 22 février 2017 - 18:00Ce colloque est l’aboutissement d’un premier travail de recherche et de rencontre conduit avec des cinéastes et militants filmant de manière atypique les situations de conflits et post-conflits depuis plusieurs années ou décennies. L’objectif de ce colloque est donc de confronter les pratiques et les engagements d’artistes et de chercheurs enquêtant sur diverses situations de mobilisations ou de résistances armées, et sur la mémoire et l’amnésie constitutive de l’expérience historique des situations de post-conflits. Ces pratiques filmiques peuvent aussi inspirer les sciences sociales par leurs positions et leurs observations au plus proche des expériences de leurs interlocuteurs. En plaçant les travaux de ces cinéastes au centre des interventions, ce colloque entend aussi réinterroger les modes de savoir et les constructions de sens produits par l’image.Avec la participation des cinéastes Édouard Beau, Stéphane Breton, John Gianvito, Clarisse Hahn, Florent Marcie et du Collectif de vidéastes ukrainiens BABYLON’ 13.(...)

Lire la suite

Little go girls d'Éliane De Latour

Projection-débat - Mardi 17 janvier 2017 - 18:00La projection sera suivie d'un débat en présence de la réalisatrice Éliane de Latour, cinéaste et anthropologue, directrice de recherches à l’Iris, avec Thomas Sotinel, critique cinéma au journal Le Monde et Eric Fassin, sociologue, professeur à Paris VIII. A Abidjan, les go de nuit empruntent un chemin chaotique entre délinquance et rapports tarifés dans les ghettos d'Abidjan, pour fuir les violences familiales. Très jeunes, analphabètes, largement musulmanes, elles sont prêtes à affronter le déshonneur et la mort pour un peu d'autonomie dont elles ont été privées dès le plus jeune âge. Entre le réveil et le tapin, le temps façonné par l’attente, les rêves, l’incertitude, laisse emerger une intimité presque silencieuse. Quelques unes tentent de renverser soudain leur mode d'existence pour tenter de gagner un peu de dignité à travers un nouveau projet de vie, la Casa des go. Les tensions sont telles qu’elles finissent par embaucher deux petites bonnes qu’elles rémunèrent 0,50€ par jour. Alors que les go commencent à sortir la tête du darkness, elles passent le relais de la servitude à des fillettes privées d’école comme elles au même âge. Sans doute suivront-elles le même chemin ? Le cercle se referme. Qui en sortira vraiment ?Voir la bande annonce du filmSéance organisée dans le cadre du Cycle "L'EHESS fait son ciné" proposé par la Direction de l’image et de l’audiovisuel (...)

Lire la suite

Plus d'actualités

EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Tél : 33 (0)1 49 54 25 05 - Fax : 33 0(1) 49 54 24 28
iris@ehess.fr
Accès

UNIVERSITE PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75 - Fax : 33 (0)1 48 38 88 62
iris@univ-paris13.fr
Accès

 


 

Liens rapides

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris