Thèse de Camille FOUBERT

Traiter la "différence"

Le tri des patient·es par les personnels hospitaliers en France et au Québec

Le milieu hospitalier est le lieu d’un apparent paradoxe où les professionnel·les affirment qu’on « soigne tout le monde pareil », mais que « chaque patient·e est différent·e ». L’adaptation et la modulation des discours et des pratiques de soins y sont à la fois revendiquées comme un impératif à la réalisation du travail (para)médical et niées comme productrices de différenciations. À partir de ce constat empirique, je me suis intéressée aux usages sociaux par les professionnel·les de santé des caractéristiques sociales de leurs patient·es. 

Ce travail consiste en une comparaison située basée sur une enquête de terrain par observations et par entretiens. Celle-ci a été menée pendant environ un an au sein de plusieurs services de maladies chroniques du métabolisme (obésité, diabète, médecine interne) dans trois centres hospitalo-universitaires, situés pour deux d’entre eux à Paris et en région parisienne et pour le dernier à Montréal. Il ne s’agit pas de traiter de manière symétrique les « deux côtés ». Le choix d’une observation microsociologique a été au contraire délibérément effectué dans le but de dénaturaliser le cadre « national » et d’en questionner la prééminence. 

Malgré l’existence de certaines différences (présence différentielle de la religion majoritaire, bilinguisme français-anglais très répandu au Québec…), la prise en compte et les pratiques autour des besoins ou demandes des patient·es y sont largement similaires. L’analyse de la prise en compte des caractéristiques sociales des patient·es par les professionnel·les semble dans les deux contextes répondre d’abord aux mêmes enjeux : celui d’organiser et de permettre le travail dans un contexte où celui-ci est relationnel et sur l’humain. Au croisement de plusieurs champs (la sociologie du travail, la sociologie de l’État et la sociologie des rapports sociaux et des inégalités) et à partir d’une analyse au niveau de la relation et les interactions entre professionnel·les de santé et patient·es à l’hôpital public, cette thèse explore la chaîne ou la somme des petites décisions, réalisées de façon routinière et permanente, par les professionnel·les hospitalier·es, de classement, de priorisation ou de négligence. Celles-ci constituent le phénomène du tri des patient·es à l’hôpital. Elles sont prises dans la tension permanente entre personnalisation du soin et différenciation sociale des traitements. Elles fondent également la production localisée de la « différence », de classe, de race et de sexe, dans la configuration étudiée qu’est la prise en charge à l’hôpital public.

Mots-clefs : hôpital, travail, interactions, rapports sociaux, traitement différentiel, France, Québec 

  • Thèse de sociologie préparée à l'EHESS sous la direction d'Alexis Spire
  • Date de soutenance : 15 juin 2020

Composition du jury

  • Fabien Desage, MCF science politique, Université Lille-2
  • Sylvie Fainzang, Directrice de recherche à l’Inserm
  • Laurence Kotobi, Maître de conférences HDR, Université Bordeaux (rapportrice)
  • Anne Paillet, PR sociologie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (rapportrice)
  • Alexis Spire, Directeur de recherche au CNRS (directeur de thèse)
  • Bénédicte Zimmermann, Directrice d’études à l’EHESS


 

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

IRIS - CAMPUS CONDORCET
Bâtiment Recherche Sud
5 cours des Humanités
93322 Aubervilliers cedex
Contacts
Accès

IRIS - U. SORBONNE PARIS NORD
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Contacts
Accès

 


 

Liens rapides

Twitter Iris

La Lettre de l'Iris

HAL - collection de l'Iris

Carnets de recherche