ROMARESIST - Dislocations et résistances. Violences génocidaires et persécutions des Roms, Sinti et Voyageurs en Europe de l’Ouest, 1939-1946

ROMARESIST

Dislocations et résistances. Violences génocidaires et persécutions des Roms, Sinti et Voyageurs en Europe de l’Ouest, 1939-1946

Dislocations and Resistances. Persecutions and Genocidal Violences of Roma, Sinti and Travellers in Western Europe, 1940-1946. – ROMARESIST

Ce projet étudie, suivant une approche comparative et transversale, les persécutions contre les Roms et Sinti, désignés comme Tsiganes, Zigeuner, Zingari ou Nomades dans l’arc géographique regroupant les Pays-Bas, la Belgique, la France, l’Italie et la Slovénie occupée. L’analyse croisée des étapes et des dispositifs d’une persécution comprend une étude des parcours à l’échelle des individus et des collectifs, à partir d’une enquête à la fois historique et ethnographique.

Une approche renouvelée des étapes et des effets d’une persécution ciblée

Le projet RomaResist envisage l’étude, suivant une approche comparative et transversale, des diverses dimensions des persécutions de collectifs désignés comme tsiganes (Zigeuner, Zingari) ou nomades en Europe de l’Ouest. Dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale, Roms, Sinti et Voyageurs furent la cible de persécutions multiples et de violences génocidaires dont la chronologie et l’intensité ont profondément varié selon les parties de l’Europe. L’occultation souvent délibérée et la reconnaissance tardive de ces persécutions contribuèrent à la marginalisation, dans les historiographies et les mémoires nationales, de faits qui entraînèrent l’élimination physique de plus de 100.000 personnes à l’échelle de l’Europe et la dislocation irréversible des sociétés romani d’avant-guerre. La connaissance des différentes phases des violences génocidaires contre cette population est désormais bien avancée pour l’Europe sous contrôle direct du régime national-socialiste (le Reich) et les territoires périphériques de l’Europe en guerre. À l’Ouest de l’Europe, les logiques à l’œuvre et les modalités distinctes d’une violence génocidaire spécifique, combinée à des violences ciblées ou conventionnelles, restent à définir dans leur globalité. Ce projet souhaite ainsi poser les bases d’une étude comparative et transnationale des modalités et des effets d’une persécution multiforme et pose l’hypothèse de variations d’intensité du génocide à l’Ouest. À partir d’une étude croisée des actions répressives et des processus à l’œuvre, inscrits dans la chronologie européenne des mesures anti-tsiganes, les recherches conduites associent l’observation ethnographique, fondée sur une connaissance étroite des sociétés romani, et la recherche en archive afin de dégager la nature d’une dislocation sociale et les conditions de survie face aux persécutions. Le premier objectif du projet prévoit de mieux saisir la chronologie et les étapes d’une persécution et d’établir une typologie des persécutions. Divers dispositifs sont étudiés tout particulièrement : les recensements ciblés et repérages nominatifs des personnes ; la privation de biens personnels ; les phases de harcèlements et de contrôles répétés ; l’assignation à résidence ; les rafles policières et arrestations ; toutes les formes de détention (prisons, camps d’internement, camp répressif, camps de concentration du système des KL) ; les déportations ciblées (en particulier dans le centre de mise à mort d’Auschwitz-Birkenau) ; les épisodes d’exécutions sommaires. Le second objectif est de dresser un inventaire des parcours de persécution, individuels et collectifs, à travers une enquête à la fois historique et ethnographique. Le recueil des témoignages fait l’objet, pour la France, la Belgique et l’Italie, d’un recensement complet et d’un travail de collecte destiné à entraîner le dépôt des collections constituées auprès de centres de conservation et de valorisation.

Études transversales des dispositifs et microhistoire des trajectoires individuelles et collectives

Afin d’aboutir à une compréhension historique globale des persécutions des Roms, Sinti et Voyageurs en Europe de l’Ouest, un croisement des données collectées permet d’élaborer une chronologie comparée des politiques de contrôle et de répression. Partant d’une recension précise de l’ensemble des décisions actées et des étapes observées, les mises en application des politiques répressives spécifiques sont analysées à l’échelle locale, régionale et nationale, ainsi qu’à l’échelle de l’Europe occupée par les autorités nationales-socialistes. Un cadre synthétique des temporalités et des dynamiques globales et locales se dessine dès lors et permet de démultiplier les études de cas et les approches microhistoriques centrées sur les conditions de vie et les trajectoires des sujets cibles des politiques répressives. Les travaux sont organisés en fonction desterritoires étudiés par zone géographique et un coordinateur référent centralise les données collectées, par zone. Une attention particulière est portée à l’état numérique des victimes concernées par tous les types de persécution. En France, les recherches ont permis d’étudier toutes les mesures de répression (assignation, internement, spoliation, incarcération, déportation) et de saisir les logiques globales de chaque domaine de la répression. En Belgique, la recherche se focalise sur les recensements préparatoires et les arrestations des déportés du “convoi Z”, dirigé vers Auschwitz-Birkenau en janvier 1944. Au Pays-Bas, l’organisation du convoi du 19 mai 1944 est le centre d’une étude qui aborde la planification en amont des arrestations et le parcours des victimes durant la guerre, jusqu’au printemps 1944. En Italie et Slovénie occupée, les traces de l’internement et de l’assignation à résidence permettent de repérer et d’analyse les différentes échelles et dimensions régionales de la répression. Les efforts de la recherche portent sur la conditions des Roms et Sinti en Slovénie occupée par l’Italie et sur le basculement de 1943 qui conduit à l’occupation allemande de l’Italie, produisant des cas de déportation de Roms et Sinti dans le système des KL. Les ressources archivistiques locales et nationales, combinées aux collections de l’International Tracing Service (Bad Arolsen), des archives allemandes du Bundesarchiv (Berlin), des collections de l’USHMM, de la collection Grattan Puxon (Wiener Library, Londres), des archives de la Gypsy Lore Society, permettent de définir les principes des persécutions à l’œuvre et alimentent des recherches sur les individus ou les collectifs ciblés : de multiples parcours de vie et des études de trajectoires sont aussi alimentés par une collecte élargie des témoignages écrits et audiovisuels réalisés depuis 1945. Les résultats produits par une collecte spécifique de témoignages dans l’espace français sont particulièrement utilisés dans les études sur ce territoire.

Productions scientifiques des membres de l’équipe, 2019-2021 (sélection)

Ouvrages

  • L. Foisneau, V. Merlin, Les Nomades face à la guerre (1939-1946), Klincksieck, 2021. [à paraître]
  • P. Trevisan, Gli “Zingari” e il regime fascista. Storia delle persecuzioni contro Rom e Sinti in Italia, 2022. [à paraître]

Numéros spéciaux de revues

  • About (dir.), « Violences génocidaires et persécutions des Roms et Sinti en Europe de l’Ouest, 1939-1946 », Revue d’histoire de la Shoah, 217, 2023 [à paraître]

Articles de revues à comité de lecture

  • I. About, « Des témoins face à l’indifférence. Histoire des témoignages de la déportation et de l’internement des Nomades en France, 1940-1946 », En Jeu. Histoire et mémoires vivantes, 13, 2019, 67-82.
  • P. Trevisan, « Diventare italiani dove finisce la nazione. Il difficile riconoscimento della cittadinanza italiana ai Rom e ai Sinti della Venezia Giulia dopo il primo conflitto mondiale », La Ricerca Folklorica, 74, 2019, 89-104.
  • M. Heddebaut, « La spécificité de la Zone dite “rattachée à Bruxelles” », Tsafon, 79, 2020, p. 17-38
  • L. Schram, « De Malines à Auschwitz. Déportation des Juifs et des Tsiganes du Nord de la France », Tsafon, 79, 2020, 75-96.
  • P. Trevisan, « Austrian “Gypsies” in the Italian archives. Historical ethnography on multiple border crossings at the beginning of the twentieth century », Focaal, 86, 2020, 1-14.

Chapitres d’ouvrage

  • I. About, « Traces of Testimonies. Unfinished Narratives and Fragmented Memories of the Genocide of the Roma and Sinti », in C. Donert, E. Rosenhaft (dir.), The Legacies of the Romani Genocide in Europe since 1945, Routledge, 2022, 242-258.
  • P. Trevisan, « Under an assumed name. A Croatian Roma family network between Fascism and the post-war order in Italy », in C. Donert, E. Rosenhaft (dir.), The Legacies of the Romani Genocide in Europe since 1945, London, Routledge, 2022, p. 21-37.
  • L. Foisneau, « Mass arrests and persecution of “Nomads” in France, 1944-1946: Post-Liberation purges or evidence of Anti-“Gypsyism”? », in C. Donert, E. Rosenhaft (dir.), The Legacies of the Romani Genocide in Europe since 1945, Routledge, 2022, 21-37.
  • L. Foisneau, 2020, « French Roma and Travellers’ Resistance: a long struggle », in A. Mirga-Kruszelnicka, J. Dunajeva (dir.), Re-thinking Roma Resistance Throughout History : Recounting Stories of Strength and Bravery, ERIAC, 2020, 233-245.
  • I. About, « Génocide et persécutions des Roms et Sinti en Europe 1933-1946 », in A. Bande, et alii (dir.), Nouvelle histoire de la Shoah, Passés composés, 2021, 123-138.
  • T. Leroy, « “Gypsies” in the police eye. Identification, census and deportation of Sinti and Roma from annexed Alsace, 1940-1944 », in H. Borggräfe, A. Jah (dir.), Deportations in the Nazi Era: Sources and Research, De Gruyter, 2021. [à paraître]
  • T. Leroy, F. Stroh, « Les “indésirables” en alsace annexée », in C. Maurer,J. Schweitzer (dir.), L’Alsace face au nazisme, Éd. Bib. univ. de Strasbourg, 2022. [à paraître]


 

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

IRIS - CAMPUS CONDORCET
Bâtiment Recherche Sud
5 cours des Humanités
93322 Aubervilliers cedex
Contacts
Accès

IRIS - U. SORBONNE PARIS NORD
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Contacts
Accès

 


 

Liens rapides

Twitter Iris

La Lettre de l'Iris

HAL - collection de l'Iris

Carnets de recherche