Membres | Post-doctorant.e.s

Gaëlle KRIKORIAN

pardefaut
Post-doctorante
Discipline(s) : Sociologie
Institution(s) de rattachement : Inserm

Coordonnées professionnelles

gaelle.krikorian[at]gmail.com

Post-doctorante dans le cadre du projet FiTeGe : Fichiers et témoins génétiques : généalogie, enjeux sociaux, circulation, dirigé par Joëlle Vailly et financé par l'ANR

Auteur d'une thèse de sociologie intitulée La propriété ou la vie ? Économies morales, actions collective et politiques du médicament dans la négociation d’accords de libre-échange. Maroc, Thaïlande, Etats-Unis  soutenue le 10 janvier 2014 à l'EHESS sous la direction de Didier Fassin

Résumé de la thèse : Au début des années 2000, les États-Unis se lancent dans la négociation d'un grand nombre d'accords commerciaux bilatéraux. La question de la propriété intellectuelle et de son impact sur l'accès aux médicaments, soulevée lors des négociations multilatérales de l'OMC, ré-émerge dans ce contexte, sous pression d'une épidémie de sida qui ne cesse de prendre de l'ampleur. À partir d’une recherche menée dans trois pays, les États-Unis, le Maroc et la Thaïlande, je propose une analyse sociologique de la prise en compte de la santé et de l'accès aux médicaments dans le cadre de négociations d'accords de libre-échange. Ces négociations qui sont ici prises comme un site stratégique d'appréhension des processus qui caractérisent la phase de globalisation actuelle, sont le théâtre de l'expression d'un conflit entre défenseurs de l'accès aux médicaments et promoteurs de la propriété intellectuelle. La mise en évidence de la complexité des interactions entre agents atteste que l'issue de la négociation ne peut être réduite à l'imposition univoque de normes et de règles par les États-Unis : elle est au contraire le produit de rapports de pouvoir et de l'exercice d'influences, inscrits dans un contexte spécifique. L'historicisation du conflit et son analyse à l'aide des outils fournis par la sociologie des mouvements sociaux montrent qu'il renvoie au déploiement en miroir de deux actions collectives non gouvernementales visant des objectifs adverses et cherchant à influencer la production de positions et de politiques par les États. Au-delà de la dimension purement matérialiste qui voit l'impossibilité pour les populations des pays pauvres d'accéder aux médicaments que leur état de santé requiert, ce sont à des ressorts moraux qu'ont recours ces actions collectives pour articuler et déployer politiquement leurs revendications et messages. Une concurrence entre économies morales se décline ainsi localement comme globalement et vient caractériser une façon contemporaine de faire de la politique.

Publications

  • 2014, Un activisme savant. De la lutte contre le sida aux mobilisations contre les accords de libre-échange. La vie des idées. Dossier La fin du sida ?  20 novembre 2014.
  • 2014, Le programme de préqualification de l’OMS au coeur d’un conflit sur la propriété intellectuelle. Commentaire. Sciences Sociales et Santé, Vol. 32, n° 1, mars 2014, 101-107.
  • 2013, Conditions d’usage des licences obligatoires : l’action du gouvernement thaïlandais, in Accès aux antirétroviraux dans les pays du Sud. Propriété intellectuelle et politiques publiques, édité par Cristina Possas et Bernard Larouzé, ANRS, p. 51-67.
  • 2011, Intellectual Property and Access to Medicines: paradoxes in Moroccan policy, in Intellectual Property, Pharmaceuticals and Public Health. Access to Drugs in Developing Countries, Kenneth C. Shadlen, Samira Guennif, Alenka Guzmn, N. Lalitha (eds), Edward Elgar Publishing, p. 56-76.
  • 2011, avec Casanova, V., Devenirs pairs. Entretien avec Nancy Fraser, Vacarme 55, printemps 2011.
  • 2011, L’accès au savoir, nouveau champ d’activisme. Documentaliste - Sciences de l'information, Volume 48, N° 3, p. 36-37.
  • 2011, A2K, un mouvement international pour l’accès aux savoirs, Multitudes, 2011/3 (n° 46), p. 103-108.
  • 2011, Les dérives du droit de propriété intellectuelle, Altermondes, Hors-Série, n°11.
  • 2011, Accès à la santé ou renforcement des droits de propriété intellectuelle : enjeux des normes internationales, in Libres Savoirs, les biens communs de la connaissance, C&F éditions, p. 105-115.
EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

flux rss  EHESS

Little go girls d'Éliane De Latour

Projection-débat - Mardi 17 janvier 2017 - 18:00La projection sera suivie d'un débat en présence de la réalisatrice Éliane de Latour, cinéaste et anthropologue, directrice de recherches à l’Iris, avec Thomas Sotinel, critique cinéma au journal Le Monde et Eric Fassin, sociologue, professeur à Paris VIII. A Abidjan, les go de nuit empruntent un chemin chaotique entre délinquance et rapports tarifés dans les ghettos d'Abidjan, pour fuir les violences familiales. Très jeunes, analphabètes, largement musulmanes, elles sont prêtes à affronter le déshonneur et la mort pour un peu d'autonomie dont elles ont été privées dès le plus jeune âge. Entre le réveil et le tapin, le temps façonné par l’attente, les rêves, l’incertitude, laisse emerger une intimité presque silencieuse. Quelques unes tentent de renverser soudain leur mode d'existence pour tenter de gagner un peu de dignité à travers un nouveau projet de vie, la Casa des go. Les tensions sont telles qu’elles finissent par embaucher deux petites bonnes qu’elles rémunèrent 0,50€ par jour. Alors que les go commencent à sortir la tête du darkness, elles passent le relais de la servitude à des fillettes privées d’école comme elles au même âge. Sans doute suivront-elles le même chemin ? Le cercle se referme. Qui en sortira vraiment ?Voir la bande annonce du filmSéance organisée dans le cadre du Cycle "L'EHESS fait son ciné" proposé par la Direction de l’image et de l’audiovisuel (...)

Lire la suite

Origines et conditions d’apparition de la vie

Colloque - Mardi 11 octobre 2016 - 09:00La question des conditions d’apparition de la vie ou de la présence de la vie dans l’univers, longtemps considérée comme appartenant au domaine spéculatif, est en train de devenir un champ de recherche actif.Ce questionnement implique les sciences « dures » telle que l’astronomie et l’astrophysique – avec la découverte de planètes extrasolaires et l’exploration du Système Solaire par l’entremise de sondes spatiales, jusqu’à la chimie, la biologie et l’écologie – avec les derniers développements dans le monde prébiotique, l’émergence de la matière vivante et des systèmes écologiques et les étapes fondamentales de l’évolution. Ces questions impliquent tout autant les sciences humaines, comme l’histoire des sciences -avec l’histoire du questionnement des origines de la vie ou l’évolution des relations entre instrumentation scientifique et définition de la vie ; jusqu’à l’anthropologie – avec les variations culturelles de la perception et de la conception de la vie. Elles incitent, par ailleurs, à déporter le regard de la seule reconstitution des premières étapes de la vie pour considérer comme objectif la construction d’êtres « vivants » artificiels. Recréer la vie devrait en effet permettre de clarifier des questions telles que la façon dont la vie peut démarrer en tant que processus global, la probabilité de sa présence, la diversité qu’elle pourrait présenter dans d’autres mondes et, en dernier lieu, « ce qu’est » la vie.Plusieurs actions d’envergure focalisées sur ces questions ont ainsi récemment émergé dans les grandes universités internationales ou dans des fondations privées (Origins of life initiative à Harvard, Origins of Life Initiative à Munich, Earth-life Institute au Tokyo Institute of Technology, l’initiative de la Simons Foundation). Riche de l’activité de ses équipes en ce domaine ainsi que de la cartographie des savoirs susceptibles de l’étoffer, Paris Sciences et Lettres Research University a aussi souhaité aborder ces questions grâce à la mise en place récente d’un IRIS intitulé Origines et Conditions d’Apparition de la Vie.Le colloque de lancement sera l’occasion de confronter les perspectives adoptées par les grands centres mondiaux de recherche et de formation ainsi que d’en apprécier les motivations. Il montrera aussi que Paris, et de façon spécifique PSL Research University, dispose de tous les atouts pour aborder ce challenge scientifique. Inscription gratuite mais obligatoire par email à : appels-ocav@listes.univ-psl.fr(...)

Lire la suite

Christelle Avril rejoint l'EHESS avec un projet sur la sociologie des relations de service

Vie de l'École - Christelle Avril a été élue maître de conférences à l’EHESS par l’assemblée des enseignants en avril 2016 avec un projet de recherche intitulé Sociologie des relations de service. Transformations du salariat et éthique de la gratuité au travail.Est-il juste, normal, légitime d’en faire plus que ce pour quoi on est payé ? Cette question omniprésente dans le monde de la recherche et de l’université aujourd’hui (primes, référentiel…) traverse tous les univers professionnels et est au cœur du projet de son recherche. Christelle Avril souhaite mener une réflexion sur ce qu’est la « gratuité » pour les travailleurs et comment cette dimension a été reconfigurée sous l’effet des transformations contemporaines du salariat (montée des dispositifs d’évaluation et de la figure du « client », « professionnalisation », développement des formes précaires d’emploi…). L’étude des pratiques « gratuites » dans le travail rémunéré permet également de renouveler l’analyse des formes de subordination, des sources de gratification et des questions éthiques dans la sphère professionnelle. Elle est particulièrement éclairante pour étudier le salariat de service : plus encore que dans le monde industriel, les salariés du tertiaire sont exposés à des demandes de service excédant leur poste de travail et placés en situation d’ « embarras moral ».Pour nourrir une réflexion générale sur les transformations du salariat de service, Christelle Avril s’appuie sur une recherche comparée entre plusieurs métiers. Après avoir étudié ces dernières années les pratiques de travail et le rapport au travail dans les emplois domestiques (aides à domicile, femmes de ménage, assistantes maternelles), elle mène aujourd’hui une enquête ethnographique sur les secrétaires, un groupe dont on annonce régulièrement la disparition et qui concerne pourtant plus d’un million de femmes en France (deux fois plus que d’aides à domicile…).Par sa capacité d’accès à la complexité du monde social, l’ethnographie est un instrument privilégié pour étudier la diversité des manières de rendre service (rendre service a minima, accepter sans le faire…), pour saisir les zones de l’activité où les salariés se posent ou non la question de la légitimité de ce qu’ils font et pour saisir celles où ils sont affectés ou non en positif ou en négatif par le fait de rendre un service gratuit. Le volet principal de l’enquête ethnographique se déroule auprès des secrétaires médicales de deux hôpitaux publics. Il est complété par une exploitation des archives et des enquêtes statistiques de l’INSEE sur l’emploi et les conditions de travail. Afin de dénaturaliser l’éthique de service public « à la française », cette étude ethnographique et historique s’inscrit également dans un réseau international de recherche sur les femmes du salariat subalterne que Christelle Avril met en place avec d’autres chercheuses en sciences sociales en Argentine, au Japon, et en Grande-Bretagne.(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

EHESS
190-198 avenue de France, 75244 Paris cedex 13
Tél : 33 (0)1 49 54 25 05 - Fax : 33 0(1) 49 54 24 28
iris@ehess.fr
Accès

UNIVERSITE PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75 - Fax : 33 (0)1 48 38 88 62
iris@univ-paris13.fr
Accès