Membres | Doctorant.e.s

Mihaela HAINAGIU

mihaela-hainagiu
Doctorante
Discipline(s) : Sociologie
Institution(s) de rattachement : EHESS

Coordonnées professionnelles

mihaelahainagiu[at]yahoo.com

L'esprit du nouveau capitalisme roumain dans les pratiques et dans les mœurs : fabrique de nouveaux outils de gouvernement de l'économie, effets sur les processus de différenciation sociale et réappropriations ordinaires. Une analyse à partir du cas d'un projet gouvernemental

Thèse préparée sous la direction de Rose-Marie Lagrave, EHESS

Résumé:

Les travaux qui prennent à bras le corps la question des manières de penser, de débattre et de mettre en œuvre la reconversion programmée de l'économie administrée à l'économie de marché en Roumanie - projet politique promu, à travers les discours publics et des programmes politiques et économiques, par les élites au pouvoir après l'effondrement du régime national-communiste de Nicolae Ceausescu en 1989 - sont plutôt rares, et de nombreuses lacunes dans ce domaine de recherche demeurent. De surcroît, une part non négligeable de la littérature en économie politique revêt un caractère normatif, s'attachant plutôt à prescrire ce que devrait être la nouvelle donne économique (le marché sans l'Etat) plutôt qu'à en étudier les réalisations concrètes.

A l'opposé de cette démarche normative, ce travail de thèse propose une sociologie empirique et en actes des processus de transformation économique enclenchés après la chute du socialisme d'Etat en Roumanie, sans postuler un modèle économique idéal à adopter. Pour ce faire, la focale est placée sur une configuration concrète d'acteurs cristallisée autour de la conception et de la mise en pratique d'un projet gouvernemental de construction d'un parc touristique dans les années 2000. Des acteurs issus des mondes sociaux contrastés - élites gouvernementales et locales endossant le rôle de nouveaux architectes de l'ordre économique et social, élites économiques diversifiées (managers de multinationales, patrons d'anciennes entreprises d'Etat privatisées ou en cours de privatisation, nouveaux petits patrons), petits porteurs appelés par l'Etat à investir dans ce projet à travers une offre publique d'actions s'adressant au plus grand nombre, tout comme des ONG et intellectuels s'employant à contester le projet, forment en effet cette configuration. Il s'agit de saisir les pratiques, les stratégies et les logiques d'acteurs qui se mettent dans la peau de ce qu'ils pensent être les nouveaux joueurs et acteurs du marché, tout en prêtant attention à la façon dont ils négocient, se confrontent, procèdent à des ajustements pour servir leurs intérêts propres, et leurs intérêts peut-être collectifs.

L'analyse fouillée des multiples logiques (économiques, politiques, symboliques, sociales) à l'ouvre dans cette configuration, née dans - et par - un contexte de mutations socio-économiques, permet de saisir la  « transformation postsocialiste » en train de se faire sous plusieurs facettes.

D'abord, en menant de front : une sociographie des acteurs étatiques, une sociologie des liens qu'ils nouent avec diverses fractions des élites économiques qui deviennent dès lors des co-porteurs et garants du nouvel ordre économique, une analyse de nouveaux instruments qu'ils inventent pour faire advenir et gouverner la nouvelle donne économique (et en particulier l'actionnariat populaire mais aussi l'action par « projet ») et desregistres symboliques qui y sont mobilisés pour en faire prendre la greffe (en particulier la mobilisation des récits mythiques et politiques), elle permet d'ouvrir la boîte noire des conditions de fabrique de la pensée et de l'action concrète économique de l'Etat.

Mais l'analyse de ce « cas » permet également d'appréhender les effets de ces actions économiques sur la structure sociale : puisqu'elles ouvrent des possibilités de mobilité sociale aux franges les plus stables des milieux populaires, qu'elles participent surtout à la différenciation sociales des couches moyennes, elles contribuent à la recomposition des frontières entre et/ou au sein des groupes sociaux.

Elle permet enfin de rendre compte des appropriations « ordinaires » de ces actions économiques étatiques. De ce fait, le projecteur a été braqué sur les publics concernés, et l'on a procédé àla reconstitution fine des trajectoires des petits porteurs à ce projet gouvernemental. L'analyse permet dans un premier temps montrer que ce sont en particulier les fractions les plus dotées en capitaux à la fois économiques et culturels (en particulier) des classes moyennes qui se saisissent de ce type d'instrument économique, les ménages désargentés et/ou dépourvus des ressources scolaires s'en trouvant exclus, et cela malgré la portée sociale large de ce type d'instrument voulue par l'Etat. Dans un second temps, elle mettra en évidence la multiplicité des logiques sociales à l'œuvre dans ces réappropriations, qui vont des logiques de reproduction d'une position sociale acquise à travers la diversification des investissements économiques jusqu'à des projets sociaux d'ascension sociale par l'accumulation économique ou le placement en vue d'assurer l'avenir scolaire des enfants. 

Ce travail à partir de la Roumanie voudrait contribuer également à apporter quelques éléments de réponse à une question plus globale concernant la compréhension des logiques d'acteurs en contexte d'incertitude face au choix dans le champ des possibles.

Hormis mon travail doctoral, j'ai également travaillé sur l'émergence d'un espace professionnel de la statistique et sur l'histoire des classifications des occupations en Roumanie (avec Ioana Cîrstocea), tout comme sur les processus contemporains de mise en mémoires de la Grande Guerre en France et en Roumanie (seule ou avec Paula Cossart et Lucian Daramus Dumitru) et sur la traduction des outils sociologiques, en particulier du questionnaire (avec Erwan Le Mener).

  • Mots-clés : postsocialisme, Europe de l'Est, élites gouvernementales et élites économiques, fabrique de la pensée économique de l'Etat, petits porteurs, nouvelles représentations et rapports ordinaires à l’argent, recomposition des groupes sociaux

Axes de recherche

  • Sociologie du « postcommunisme/postsocialisme » à l’Est de l’Europe
  • Sociologie de l’État et de la fabrique de la pensée économique de l’Etat
  • Sociologie des mobilisations et du militantisme : formes de contestation du pouvoir dans l’après-communisme roumain
  • Sociologie des élites économiques, sociologie des rapports à l’argent dans le postcommunisme
  • Sociologie des processus contemporains de recomposition de groupes sociaux en contexte postsocialiste
  • Anthropologie du tourisme : les enjeux politiques du tourisme, tourisme et nationalisme
  • Histoire des nomenclatures socioprofessionnelles en Europe postcommuniste
  • Mémoires et commémorations de la Grande Guerre

Allocation ou financements

  • Chargée de cours en sociologie et en science politique : à l'Université Charles de Gaulle Lille 3, à l’École Normale Supérieure (Ulm/Jourdan, Paris), à l'Université Paris Dauphine - PSL Research University - ENS (2009 - 2017)
  • ATER en sociologie à l’Université Charles de Gaulle Lille 3 (2010-2012)
  • Allocataire de recherche à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris (2004 - 2007)

Activités de recherches

  • Participation aux enquêtes de l'Observatoire du Centenaire de la Grande Guerre, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (2014 et 2016)
  • Membre du projet ANR « Quantifier l’Europe. Genèse, instrumentation et appropriations comparées du processus d’harmonisation des nomenclatures socio-économiques (EURéQUA) », Centre Maurice Halbwachs - ENS-EHESS-CNRS, Printemps - Université de Versailles-Saint-Quentinen-Yvelines, Maison des Sciences de l'Homme-Ange Guépin, Nantes (2010-2013)
  • Participation à l'enquête pilote "EnFamS, Enfants et Familles sans logement" en Ile de France, Observatoire du Samusocial de Paris (2012)
  • Participation à l'enquête dirigée par la Direction des Archives du Sénat/Assemblée Nationale (France) sur les Parlementaires français de la Ve République (2009)

Animation de la recherche

  • 2015-2016, 2016-2017, Coorganisatrice (avec Mona Claro, Pierre Deffontaines, Maria Grecu, Sandra Pellet) du séminaire L'aire postsoviétique/ère postcommuniste au prisme des sciences sociales, ENS - EHESS, Paris
  • Coorganisatrice (avec Judith Audin et Jean-Louis Rocca) d'une Journée d'Etude sur Les classes sociales dans les pays postsocialistes, CERI, Sciences Po Paris, 2017 (à venir)
  • Coorganisatrice (avec Camille Martin et Bertrand Müller) des Journées de l'Equipe Enquêtes, Terrains, Théories à Foljuif, ENS, 15 et 16 juin 2016
  • Membre du Comité d'organisation de la troisième édition des Rencontres Annuelles d'Ethnographie de l'EHESS, Paris, novembre 2016
  • Coorganisatrice (avec Pierre Deffontaines) du panel « Saisir par l'ethnographie les processus contemporains de recomposition des groupes sociaux dans les pays de l'ancien bloc socialiste » dans le cadre des Rencontres Annuelles d'Ethnographie de l'EHESS, Paris, novembre 2016
  • Membre du Comité d'organisation (avec O. Gilyuk, M. Grecu, C. Gonzàlez, L. Haapajärvi, R. Yanez) des Doctoriales 2015 du Centre Maurice Halbwachs Chantiers de recherche, thèses en fabrique, ENS-EHESS-CNRS, 19 mars 2015
  • Organisatrice de la VIème Conférence Annuelle de la Société Roumaine d’Anthropologie Culturelle, 8 - 10 novembre 2002

Enseignements

En sociologie

Encadrement, direction de mémoires et autres travaux d'étudiant-e-s et tutorat (niveau de L1 à M2)

  • Encadrement du stage de terrain ethnographique « Ethnographie de la justice au TGI de Nanterre », Université Paris Dauphine, PSL - Paris Sciences et Lettres - ENS, 27 Octobre - 31 octobre 2014
  • Tutorat de 2 travaux d'étudiant.e.s en sociologie, Université Paris Dauphine, Université PSL - Paris Sciences et Lettres - ENS, novembre - décembre 2014
  • Direction des mémoires de licence 3 de six étudiants, Université Charles de Gaulles Lille 3, 2010 - 2011.
  • Encadrement du stage de terrain ethnographique « Relations entre les professionnels de la dépendance, les personnes dépendantes à domicile et leurs proches »,  ENS, 28 Septembre - 2 Octobre 2009

Sociologie générale (TD, niveau L1)

  • TD « Introduction à la sociologie », Université Charles de Gaulles Lille 3, L1, 60h, 2011-2012
  • TD « La société française et ses grandes tendances », Université Charles de Gaulles Lille 3,  L1, 60h, 2010-2011 

Sociologie thématique (CM - TD, niveau L1 et L3)

  • CM et TD  « d’Introduction à la sociohistoire », Université Charles de Gaulles Lille 3, L3, 18h, 2011- 2012 et 2010 – 2011 
  • TD de « Socialisation et construction des identités », Université Charles de Gaulles Lille 3, L1,  24h, 2009-2010
  • TD de « Sociologie de la déviance », Université Charles de Gaulles Lille 3, L1, 12h, 2009-2010 

Autres activités pédagogiques

  • Participation aux jurys de L3, évaluation de mémoires de fin de licence, Université Charles de Gaulles Lille 3, 2010-2011

En science politique

  • TD « d'Introduction à la sociologie politique », Université Charles de Gaulles Lille 3, 36h, L2, 2014-2015, 2015-2016, 2016-2017
  • TD de « Problèmes politiques contemporains », Université Charles de Gaulles Lille 3,  12h, L2, 2011-2012 :

Principales communications (sélection)

  • (avec Maria Grecu) « L'aire postsoviétique/l'ère postcommuniste au prisme des sciences sociales. Retour sur la production contemporaine des savoirs sur les pays de l'Est », intervention dans la session « Séance de rattrapage ! » Synthèse de séminaires collectifs passés, Journées d'étude de Foljuif des équipes ETT (Enquête, Terrains, Théories) et PRO du Centre Maurice Halbwachs, ENS-EHESS-CNRS, 16 juin 2016
  • « Pour une sociologie empirique du capitalisme roumain », Communication au séminaire Etat, marché, parenté, organisé par Florence Weber et Romain Lecler, 24 mars 2015, ENS, Paris
  • « Le capitalisme pour tous : retour sur les conditions de genèse et de mise en œuvre d'une version roumaine du capitalisme (années 2000) », communication à l'école d'été pour jeunes chercheurs Sorties de régimes socialistes-autoritaires, de 1945 à nos jours, 25-31 août 2014, Centre d’études franco-russe (CEFR, Moscou) et les Archives nationales russes de l’histoire sociale et politique (RGASPI, Moscou) Moscou
  • « Subvertir le jeu démocratique : la fabrication d’un rapport de force face à l’État dans Roumanie postcommuniste. Le cas de la mobilisation collective contre « Dracula Park » », communication aux journées d'étude de Foljuif de l'équipe Enquête, Terrains, Théories de l'ENS, les 23 et 24 juin 2014, ENS Paris
  • « Contester l'Etat dans la Roumanie postcommuniste», communication aux journées d'étude programme "RUSSIE&CEI" Après le postcommunisme: dépasser la dichotomie européanisation vs. tournant autoritaire?, organisées en partenariat avec l'Ecole doctorale de Sciences Po, les 11 et 12 juin 2013, IEP Paris
  • « Un entrepreneur roumain multipositionné: acquisitions et circulations des ressources », communication aux journées d’étude Ancrages multiples et position de pouvoir : approches pluridisciplinaires et transhistoriques, 7-8 mars 2013, ENS Lyon
  • (avec Erwan Le Mener), « La traduction en train de se faire : entre bricolage savant et intelligence profane. Le cas d’une enquête par questionnaire sur les familles sans-logement », communication au Congrès bisannuel Traduction et innovation, organisé en coopération par le Centre d’Études sur la Traduction de l’Université Paris Diderot et Center for Translation Studies of University of Illinois at Urbana-Champaign, Université Paris Diderot 13-15 décembre 2012
  • « Action collective et transition démocratique. Une analyse à partir du cas roumain », communication aux journées d’études Subvertir et définir : que nous apprend le militantisme sur les espaces politiques en « transition »?, Institut des Sciences sociales du Politique, Nanterre, le 18 décembre 2008
  • « Dracula Park. La mobilisation de l’identité nationale et locale contre sa commercialisation par l’État : analyse des controverses autour d’un projet touristique », communication au colloque La controverse dans l’après communisme : (ré-)construction du lien social et production politique du vivre-ensemble,CRC en Histoire comparée de la mémoire et CELAT, Université Laval, Québec, 8 et 9 février 2008
  • « Culture et tourisme : le double investissement d’un entrepreneur roumain », communication au colloque international Anthropologie des cultures globalisées. Terrains complexes et enjeux disciplinaires, Québec, 8-11 novembre 2007, thème « Ré-expérimenter les cultures en mouvement », session Anthropologie des mondes socialistes et (post)socialistes, 9 novembre 2007
  • « Quand le tourisme est mis au profit de la transmission de la mémoire « collective ». Expressions et enjeux de la mémoire chez une communauté de Transylvanie»», communication au colloque international Commémorer, 2-5 mai, Grenoble, Cuneo, Nice, 1er thème : Les modes de commémoration, Université de Nice Sophia Antipolis, UFR Lash, 5 mai 2007.

Principales publications

  •  « Faire vivre ou laisser mourir ? La difficile naissance d'un projet national de Centenaire de la Grande Guerre en Roumanie », site de l'Observatoire du Centenaire de la Grande Guerre, Université Paris 1,  2016, à paraître
  • (avec Lucian Daramus Dumitru) « Mémoire(s) magnifiée(s), mémoires bouleversées. Splendeurs et misères des entreprises mémorielles autour de la Grande Guerre en Roumanie (1916-1989) », site de l'Observatoire du Centenaire de la Grande Guerre, Université Paris 1, 47 pages, 2016, à paraître
  • (avec Paula Cossart) « Le 14 juillet 2014. Une commémoration paradoxale de la Grande Guerre », site de l'Observatoire du Centenaire de la Grande Guerre, Université Paris 1, 35 pages, septembre 2014
  • (avec Paula Cossart) « Ethnographie d'une reconstitution d'un "bivouac du Poilu" le jour de la fête nationale. Retour sur des productions profanes de narrations à visée historique », site de l'Observatoire du Centenaire de la Grande Guerre, Université Paris 1, 27 pages, septembre 2014
  • (avec Ioana Cîrstocea) « Notes de recherche sur l’histoire des classifications professionnelles en Roumanie replacées dans leur contexte de production », document de travail pour le projet ANR « Quantifier l’Europe. Genèse, instrumentation et appropriations comparées  du processus d’harmonisation des nomenclatures socio-économiques (EURéQUA) », mai 2013, 45 pages
  • 5 Notices biographiques dans le Dictionnaire des parlementaires français depuis 1958, Paris, en ligne sur le site du Sénat, 2009
  •  « Une légende à des fins touristiques dans la Roumanie communiste. Le cas des circuits à thème « Dracula, Vérité et Légende » in Civilisations.Revue internationale d’anthropologie et de sciences humaines, vol. LVII, numéros 1-2 : « Tourisme, mobilités et altérités contemporaines», 2008, p. 109 -125
EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

flux rss  EHESS

Cinémas d’insurrection

Colloque - Mercredi 22 février 2017 - 18:00Ce colloque est l’aboutissement d’un premier travail de recherche et de rencontre conduit avec des cinéastes et militants filmant de manière atypique les situations de conflits et post-conflits depuis plusieurs années ou décennies. L’objectif de ce colloque est donc de confronter les pratiques et les engagements d’artistes et de chercheurs enquêtant sur diverses situations de mobilisations ou de résistances armées, et sur la mémoire et l’amnésie constitutive de l’expérience historique des situations de post-conflits. Ces pratiques filmiques peuvent aussi inspirer les sciences sociales par leurs positions et leurs observations au plus proche des expériences de leurs interlocuteurs. En plaçant les travaux de ces cinéastes au centre des interventions, ce colloque entend aussi réinterroger les modes de savoir et les constructions de sens produits par l’image.Avec la participation des cinéastes Édouard Beau, Stéphane Breton, John Gianvito, Clarisse Hahn, Florent Marcie et du Collectif de vidéastes ukrainiens BABYLON’ 13.(...)

Lire la suite

Little go girls d'Éliane De Latour

Projection-débat - Mardi 17 janvier 2017 - 18:00La projection sera suivie d'un débat en présence de la réalisatrice Éliane de Latour, cinéaste et anthropologue, directrice de recherches à l’Iris, avec Thomas Sotinel, critique cinéma au journal Le Monde et Eric Fassin, sociologue, professeur à Paris VIII. A Abidjan, les go de nuit empruntent un chemin chaotique entre délinquance et rapports tarifés dans les ghettos d'Abidjan, pour fuir les violences familiales. Très jeunes, analphabètes, largement musulmanes, elles sont prêtes à affronter le déshonneur et la mort pour un peu d'autonomie dont elles ont été privées dès le plus jeune âge. Entre le réveil et le tapin, le temps façonné par l’attente, les rêves, l’incertitude, laisse emerger une intimité presque silencieuse. Quelques unes tentent de renverser soudain leur mode d'existence pour tenter de gagner un peu de dignité à travers un nouveau projet de vie, la Casa des go. Les tensions sont telles qu’elles finissent par embaucher deux petites bonnes qu’elles rémunèrent 0,50€ par jour. Alors que les go commencent à sortir la tête du darkness, elles passent le relais de la servitude à des fillettes privées d’école comme elles au même âge. Sans doute suivront-elles le même chemin ? Le cercle se referme. Qui en sortira vraiment ?Voir la bande annonce du filmSéance organisée dans le cadre du Cycle "L'EHESS fait son ciné" proposé par la Direction de l’image et de l’audiovisuel (...)

Lire la suite

Origines et conditions d’apparition de la vie

Colloque - Mardi 11 octobre 2016 - 09:00La question des conditions d’apparition de la vie ou de la présence de la vie dans l’univers, longtemps considérée comme appartenant au domaine spéculatif, est en train de devenir un champ de recherche actif.Ce questionnement implique les sciences « dures » telle que l’astronomie et l’astrophysique – avec la découverte de planètes extrasolaires et l’exploration du Système Solaire par l’entremise de sondes spatiales, jusqu’à la chimie, la biologie et l’écologie – avec les derniers développements dans le monde prébiotique, l’émergence de la matière vivante et des systèmes écologiques et les étapes fondamentales de l’évolution. Ces questions impliquent tout autant les sciences humaines, comme l’histoire des sciences -avec l’histoire du questionnement des origines de la vie ou l’évolution des relations entre instrumentation scientifique et définition de la vie ; jusqu’à l’anthropologie – avec les variations culturelles de la perception et de la conception de la vie. Elles incitent, par ailleurs, à déporter le regard de la seule reconstitution des premières étapes de la vie pour considérer comme objectif la construction d’êtres « vivants » artificiels. Recréer la vie devrait en effet permettre de clarifier des questions telles que la façon dont la vie peut démarrer en tant que processus global, la probabilité de sa présence, la diversité qu’elle pourrait présenter dans d’autres mondes et, en dernier lieu, « ce qu’est » la vie.Plusieurs actions d’envergure focalisées sur ces questions ont ainsi récemment émergé dans les grandes universités internationales ou dans des fondations privées (Origins of life initiative à Harvard, Origins of Life Initiative à Munich, Earth-life Institute au Tokyo Institute of Technology, l’initiative de la Simons Foundation). Riche de l’activité de ses équipes en ce domaine ainsi que de la cartographie des savoirs susceptibles de l’étoffer, Paris Sciences et Lettres Research University a aussi souhaité aborder ces questions grâce à la mise en place récente d’un IRIS intitulé Origines et Conditions d’Apparition de la Vie.Le colloque de lancement sera l’occasion de confronter les perspectives adoptées par les grands centres mondiaux de recherche et de formation ainsi que d’en apprécier les motivations. Il montrera aussi que Paris, et de façon spécifique PSL Research University, dispose de tous les atouts pour aborder ce challenge scientifique. Inscription gratuite mais obligatoire par email à : appels-ocav@listes.univ-psl.fr(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

EHESS
190-198 avenue de France, 75244 Paris cedex 13

Attention ! Nouvelle adresse à partir du 1er avril 2017 :
54 bd Raspail 75006 Paris

Tél : 33 (0)1 49 54 25 05 - Fax : 33 0(1) 49 54 24 28
iris@ehess.fr
Accès

UNIVERSITE PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75 - Fax : 33 (0)1 48 38 88 62
iris@univ-paris13.fr
Accès

 


 

Liens rapides

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris