Collection Bibliothèque de l'Iris

Dirigée par Didier Fassin - Éditions La Découverte

La Bibliothèque de l’Iris est une nouvelle collection de recherche en sciences sociales aux éditions La Découverte. Elle se compose d’ouvrages dont les auteurs partagent une vision réflexive et critique des sciences sociales, ouverte sur les réalités du monde contemporain et attentive à leurs enjeux moraux et politiques. Le premier volume est sorti en décembre 2008.

Économies morales contemporaines

Sous la direction de Didier Fassin et Jean-Sébastien Eideliman

Image1Les questions morales pénètrent nos représentations, nos pratiques, nos politiques. Qu'il s'agisse, dans le monde privé, d'interpréter les conduites des autres et de disci-pliner les siennes propres, ou bien, dans l'espace public, de sanctionner des déviances et de réguler des populations, nos sociétés mobilisent des normes, des valeurs et des affects, qu'illustrent notamment les tensions entre la raison humanitaire et l'ordre sécuritaire. Redonnant toute sa force critique au concept d'économies morales, les auteurs réunis ici par Didier Fassin et Jean-Sébastien Eideliman en explorent les multi-ples facettes à travers une série d'enquêtes conduites sur quatre continents.

Des lieux d'enfermement des étrangers en France aux prisons de haute sécurité aux États-Unis, de la stigmatisation des familles roms en Italie à la marginalisation des enfants de migrants en Chine, de la condamnation du tourisme sexuel en Thaïlande à l'évaluation des transactions amoureuses au Mali, des pratiques de charité en Inde aux politiques contre la pauvreté au Chili, les auteurs s'attachent à comprendre comment on gouverne et on juge, comment on assiste et on exclut. Mais ils montrent aussi que les professionnels et leurs publics n'adoptent pas de manière passive et uniforme ces modèles moraux : ils déploient des subjectivités éthiques pour résister ou "faire avec", autour du handicap et de la toxicomanie, de l'asile et de la naturalisation, de la violence et de la finance.

Cet ouvrage nous propose ainsi de penser la vie sociale et politique de la morale.

Avec les contributions de : Yasmine Bouagga, Chiara Calzolaio, Julie Castro, Isabelle Coutant, Jean-Sébastien Eideliman, Didier Fassin, Fabrice Fernandez, Nicolas Fischer, Julieta Grinberg, Nicolas Jaoul, Carolina Kobelinsky, Chowra Makaremi, Sarah Mazouz, Horacio Ortiz, Carolina Rojas, Sébastien Roux, Camille Salgues et Alice-Sophie Sarcinelli

  • Éditions La Découverte, collection Recherches/Bibliothèque de l’Iris, avril 2012, 405 p.

De la vie biologique à la vie sociale. Approches sociologiques et anthropologiques

Sous la direction de Joëlle Vailly, Janina Kehr et Jörg Niewohner

Image2

Le développement rapide des sciences de la vie et de la biomédecine, mais aussi les approches plus classiques de la santé publique et l'épidémiologie influent considérablement sur la définition des maladies, les soins, et, au-delà, sur notre vie quotidienne. Plus généralement, les questions liées à la vie et au vivant sont aujourd'hui au cœur des préoccupations individuelles et collectives.

Fruit d'une collaboration entre des équipes de recherche française et allemande, cet ouvrage analyse, en s'appuyant sur des enquêtes ethnographiques et sociologiques, la vie non plus seulement en tant que concept scientifique et philosophique, mais aussi comme expérience vécue d'êtres humains situés dans des configurations sociales et politiques. Ainsi, des études aussi variées que la survie avec le sida, le don de moelle entre des communautés que tout est censé opposer, les dépistages pour des maladies génétiques ou infectieuses, les tests ADN lors des demandes de regroupement familial, apportent un éclairage original sur l'imbrication des vies biologiques des êtres humains avec leurs vies sociales et politiques, tout en permettant un dialogue renouvelé entre différentes approches académiques.

  • La Découverte, collection Recherches/Bibliothèque de l'Iris, mai 2011, 336 pages. ISBN 978-2707168979. 25,00 €

Les politiques de l'enquête. Épreuves ethnographiques

sous la direction de Didier Fassin et Alban Bensa

Image3S'il fut jamais un temps où l’ethnographie allait de soi, tel n’est certainement plus le cas aujourd’hui. C’est de cette illusion perdue qu’est née l’idée de ce livre. Non pour regretter une époque qui a surtout existé dans l’imaginaire des anthropologues, ni pour ébaucher une chronique de la mort plusieurs fois annoncée de l’anthropologie. Plutôt pour en saisir les enseignements épistémologiques, éthiques, politiques. Et, peut-être aussi, pour s’en réjouir. Car, au fond, qui pourrait douter que ce qui constitue le socle de l’enquête mais aussi de l’expérience ethnographiques, à savoir l’immersion dans une altérité volontiers lointaine et souvent exotique, est éminemment problématique ?

Fruit d’une réflexion collective conduite à partir de recherches empiriques menées sur trois continents, dans des lieux aussi variés que peuvent l’être un quartier vénitien et un village néocalédonien, un cabinet de psychanalyste et une brigade des mœurs, une zone aéroportuaire d’attente pour des étrangers et un meeting politique de partisans xénophobes, l’ouvrage explore des questions qui se posent de plus en plus aux chercheurs. Comment le genre de l’enquêteur, ses préjugés, ses émotions, ses engagements influent-ils sur la compréhension que l’on peut avoir des sociétés ou des mondes sociaux que l’on étudie ? Comment les attentes, les exigences, les contestations de celles et ceux qui font l’objet de ces enquêtes informent-elles ou, même, transforment-elles le savoir anthropologique et sociologique ?

Ce livre plaide ainsi pour une manière réflexive et critique de répondre de sa recherche, dans un contexte où la place des sciences sociales est devenue un enjeu crucial, mais souvent menacé, pour les sociétés contemporaines.

Avec les contributions de Martina Avanza, Aude Béliard, Marieke Blondet, Bastien Bosa, Fanny Chabrol, Antonella Di Trani, Jean-Sébastien Eideliman, Natacha Gagné, Julien Grard, Carolina Kobelinsky, Samuel Lézé, Gwénaëlle Mainsant, Chowra Makaremi et Sarah Mazouz.

  • La Découverte, collection Recherche/Bibliothèque de l'Iris. (ISBN 978-2-7071-5656-3). 28,00 €

 

Les nouvelles frontières de la société française

sous la direction de Didier Fassin

Image4Au cours des dernières décennies, les frontières du territoire français se sont refermées pour celles et ceux, désormais indésirables, en provenance des pays non communautaires, qu'ils soient travailleurs, étudiants, demandeurs d'asile, enfants ou conjoints d'étrangers. Mais parallèlement à ce phénomène d'autant plus manifeste qu'il est devenu objet de surenchère politique, d'autres frontières moins visibles se sont constituées à l'intérieur de l'espace national. Raciales, ethniques ou religieuses, elles définissent des lignes de partage que la reconnaissance tardive des discriminations et la montée de revendications minoritaires ne permettent plus d'ignorer. Longtemps pensées séparément, les unes à travers la "question immigrée", les autres en termes de "racialisation", ces frontières extérieures et intérieures sont étroitement liées, tant dans les histoires familiales que dans les discours publics.

Résultat de quatre années d'enquêtes menées par une équipe de sociologues, anthropologues, historiens, politistes, juristes, psychiatres et psychanalystes, cet ouvrage met au jour les transformations contemporaines des identités et des altérités dans la société française.

Avec des contributions de : M. Avanza, S. Beaud, S. Hadj Belgacem, G. Beltran, B. Bosa, M. Bernardot, C. Cournil, I. Coutant, F. Enjolras, É. Fassin, N. Fischer, L. Gaignard, A. Hajjat, E. d’Halluin, C. Kobelinsky, S. Le Courant, C. Makaremi, F. Masure, L. Mathieu, O. Noël, G. Noiriel, M. Recio, R. Rechtman, A. Tandé, J. Valluy.

  • La Découverte, collection Recherche/Bibliothèque de l'Iris, 2010, 600 pages. ISBN : 9782707159427. 28,00 €
    Photo en couverture : Fresque de Marko (www.marko-93.com) photographiée par © Bertrand Desprez/Agence VU’

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

flux rss  EHESS

Big data & SHS

Journée(s) d'étude - Vendredi 16 juin 2017 - 09:00 "Big data & SHS - Regards et intérêts croisés pour la santé publique", journée d’étude organisée par Thomas Lefèvre & Sandrine de Montgolfier UMR8156 - U997.11 chercheurs français et étrangers en santé publique, venus des sciences sociales, de la médecine, de l'informatique, de l'épidémiologie partageront et croiseront leur regard, leurs expériences et leur intérêt pour la santé publique, au double prisme des Big Data et des sciences humaines et sociales.MatinéeSébastien Dalgalarrondo, CNRS Iris & INSEP, sociologie de la santé"Quantified self" et sportXavier Briffault, CNRS CERMES3, sciences sociales et épistémologie de la santéConséquences pratiques et épistémologiques du développement des objets connectés et big data en santé mentaleLuc Rocher, Université catholique de Louvain, Institute of Information and Communication TechnologiesComputational Privacy: on how human behavior bounds privacy and the privacy-conscientious use of big dataJoëlle Vailly, INSERM Iris, sociologie & anthropologieNouvel usage policier des données génétiques, une perspective anthropologiqueBenjamin Derbez, Mines ParisTech, Centre de Sociologie de l’InnovationLes bases de données de variants génétiques : un enjeu d’économie de la connaissance entre recherche et cliniqueAprès-midiCyrille Delpierre, INSERM & Université Toulouse III, épidémiologisteQuel apport du big data pour l'exploration des inégalités sociales de santé ?Louise Potvin, École de santé publique Université de Montréal, Chaire de recherche du Canada sur les approches communautaires et inégalités de santéD’où vient la complexité des interventions en santé des populations et comment la modéliser ?Nelly Robin, Université de Poitiers CNRS MIGRINTER, géographie avec Lakhdar Saïs Université d'Artois, Centre de Recherche en Informatique de LensParcours Migratoires et Données Multi-Sources. Des bases de données à la fouille de données en passant par l’intelligence artificielle, une méthodologie inédite pour réinterroger les espaces et les temporalités de la Traite des enfants et des femmesAlexandre Delanoë, CNRS Institut des Systèmes Complexes, sociologie, Chef de projet de la plateforme de fouille textuelle GargantextGargantext : comment faire un état de l'art en quelques minutesSandrine de Montgolfier, UPEC & INSERM Iris, épistémologie et histoire des sciences du vivantEnjeux éthiques soulevés par l’accès aux données de séquençage en oncogénétique du point de vue des professionnelsThomas Lefèvre, UP13 Iris & Hôpital Jean Verdier, médecineRetour d’expérience du groupe de réflexion ministériel « big data en santé » ; recommandations et analyses  (...)

Lire la suite

Cinémas d’insurrection

Colloque - Mercredi 22 février 2017 - 18:00Ce colloque est l’aboutissement d’un premier travail de recherche et de rencontre conduit avec des cinéastes et militants filmant de manière atypique les situations de conflits et post-conflits depuis plusieurs années ou décennies. L’objectif de ce colloque est donc de confronter les pratiques et les engagements d’artistes et de chercheurs enquêtant sur diverses situations de mobilisations ou de résistances armées, et sur la mémoire et l’amnésie constitutive de l’expérience historique des situations de post-conflits. Ces pratiques filmiques peuvent aussi inspirer les sciences sociales par leurs positions et leurs observations au plus proche des expériences de leurs interlocuteurs. En plaçant les travaux de ces cinéastes au centre des interventions, ce colloque entend aussi réinterroger les modes de savoir et les constructions de sens produits par l’image.Avec la participation des cinéastes Édouard Beau, Stéphane Breton, John Gianvito, Clarisse Hahn, Florent Marcie et du Collectif de vidéastes ukrainiens BABYLON’ 13.(...)

Lire la suite

Little go girls d'Éliane De Latour

Projection-débat - Mardi 17 janvier 2017 - 18:00La projection sera suivie d'un débat en présence de la réalisatrice Éliane de Latour, cinéaste et anthropologue, directrice de recherches à l’Iris, avec Thomas Sotinel, critique cinéma au journal Le Monde et Eric Fassin, sociologue, professeur à Paris VIII. A Abidjan, les go de nuit empruntent un chemin chaotique entre délinquance et rapports tarifés dans les ghettos d'Abidjan, pour fuir les violences familiales. Très jeunes, analphabètes, largement musulmanes, elles sont prêtes à affronter le déshonneur et la mort pour un peu d'autonomie dont elles ont été privées dès le plus jeune âge. Entre le réveil et le tapin, le temps façonné par l’attente, les rêves, l’incertitude, laisse emerger une intimité presque silencieuse. Quelques unes tentent de renverser soudain leur mode d'existence pour tenter de gagner un peu de dignité à travers un nouveau projet de vie, la Casa des go. Les tensions sont telles qu’elles finissent par embaucher deux petites bonnes qu’elles rémunèrent 0,50€ par jour. Alors que les go commencent à sortir la tête du darkness, elles passent le relais de la servitude à des fillettes privées d’école comme elles au même âge. Sans doute suivront-elles le même chemin ? Le cercle se referme. Qui en sortira vraiment ?Voir la bande annonce du filmSéance organisée dans le cadre du Cycle "L'EHESS fait son ciné" proposé par la Direction de l’image et de l’audiovisuel (...)

Lire la suite

Plus d'actualités

EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Tél : 33 (0)1 49 54 25 05 - Fax : 33 0(1) 49 54 24 28
iris@ehess.fr
Accès

UNIVERSITE PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75 - Fax : 33 (0)1 48 38 88 62
iris@univ-paris13.fr
Accès

 


 

Liens rapides

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris