Thèse de Beetsnara HAN

Le Mariage international et la transformation de la société en Corée du Sud

Nationalisme ethnique, métissage et multiculturalisme

Cette thèse se propose d’analyser les processus d’immigration internationale, d’intégration sociale et de multiculturalisme, notamment autour de la question du mariage international, phénomène qui connaît une croissance exponentielle dans la société coréenne d’aujourd’hui. Le mariage international unit notamment des hommes coréens à bas revenu et des femmes originaires de pays économiquement moins développés que la Corée, entre autres la Chine, le Vietnam et le Cambodge. Le succès du mariage international en Corée s’explique par divers facteurs sociodémographiques, par exemple, le déséquilibre entre les sexes sur le marché du mariage, la marginalisation des hommes économiquement défavorisés dans une culture hypogamique masculine, ou encore l’influence de la tradition du mariage arrangé, etc. Dans ce contexte social, le taux de mariage international atteint 13,6% en 2005, et le nombre d’épouses étrangères est passé de 25 182 individus en 2001 à 116 475 en avril 2008.

Face à cet afflux migratoire croissant, le gouvernement coréen s’est vite converti au multiculturalisme dans l’optique de promouvoir l’intégration sociale. Soutenu par de nombreux acteurs sociaux, des élites aux militants sociaux, le multiculturalisme devient, alors, un mot clé dans l’espace sociopolitique coréen. Néanmoins, sur le plan pratique, la politique multiculturelle s’avère controversée. En considérant que la société coréenne est fondée sur la croyance d’une origine ethnique unique au monde, la perspective du multiculturalisme en Corée du Sud reste ambiguë. A ce propos, la société coréenne a déjà connu un échec total de l’intégration sociale à travers le précédent des Amerasians, métis coréens nés entre soldats américains et femmes coréennes.

Aujourd’hui, la société coréenne révèle une situation assez contradictoire : d’un coté, pour lutter contre la baisse absolue des naissances et du dépeuplement, elle promeut le mariage international des hommes célibataires coréens et encourage les couples mixtes à avoir des enfants ; de l’autre côté, la discrimination envers les étrangers ou les personnes de "sang-mêlé" existe toujours, et la dynamique de l’adoption internationale des enfants coréens place la Corée comme un des premiers pays "exportateurs d’enfants" jusqu’à aujourd’hui.

Cette contradiction suggère qu’il existe une pratique d’exclusion sociale spécifiquement coréen, basé sur le principe du "sang pur" ou le jus sanguinis patrilinéaire. Compte tenu de cette situation contradictoire, quelles sont les perspectives d’avenir du métissage et du multiculturalisme dans la société coréenne ?

  • Thèse d'anthropologie sociale sous la direction de Jonathan Friedman, EHESS
    Date de soutenance : 8 juin 2009

 

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

IRIS - EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Contacts
Accès

IRIS - UNIV. PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Contacts
Accès

 


 

Liens rapides

Twitter Iris

La Lettre de l'Iris

HAL - collection de l'Iris

Carnets de recherche