Thèse de Virginie RIOU

Trajectoires pseudo-coloniales. Les Français du condominium franco-anglais des ex Nouvelles-Hébrides (Vanuatu) de la fin du XIXe siècle à l'entre deux guerres

Le Vanuatu, petit pays insulaire du Pacifique Sud, a été de 1887 à 1980 sous la tutelle conjointe de l’Angleterre et de la France. Alors dénommé "condominium franco-anglais des Nouvelles-Hébrides", l’archipel a été le siège d’une micro-communauté de Français.

Attirés pour la majorité d’entre eux par la terre que leur concédait gratuitement une société privée soutenue par le Gouvernement, les migrants venaient dans l’objectif de devenir planteur et mettre en valeur l’archipel.

Basée à la fois sur une enquête de terrain durant laquelle ont été recueillis les souvenirs des descendants des planteurs des Nouvelles-Hébrides et sur une recherche d’histoire classique, cette thèse poursuit un double objectif : d’abord remonter aux origines du micropeuplement français en reconstituant le cadre impérial qui rend intelligible la trajectoire des migrants, ensuite se pencher sur les acteurs eux-mêmes, leur parcours passé, les modalités de leur installation et celles de leur enracinement dans le contexte des Nouvelles-Hébrides, de la fin du 19e siècle à l’entre-deux-guerres.

La première partie restitue les divers échelons dans lesquels se sont insérées les logiques de l’état français ayant mené à l’installation des migrants. Ce faisant, elle met en évidence la place centrale que les migrants français ont occupée dans la formation du condominium. Ils sont en effet indirectement à l’origine de la Convention de 1887 ayant institué l’archipel en tant que "sphère d’influence conjointe" entre la France et l’Angleterre. Ils ont par la suite directement orienté les réglementations les plus importantes du condominium que sont le régime foncier, celui de la main-d’œuvre et surtout son statut atypique entraînant par conséquent celui des personnes (Convention de 1906). La présence des migrants français est donc à l’origine de l’ambigüité institutionnelle du condominium des Nouvelles-Hébrides, une situation coloniale sans pour autant être une colonie comme le démontre ce travail.

La deuxième partie retrace au plus près la trajectoire d’individus et familles venus de manière assistée ou spontanée s’installer au Nouvelles-Hébrides pour devenir ou non planteurs. Elle suit d’abord leur processus migratoire en prenant en considération leurs lieux et milieux d’origine ainsi que les différentes étapes traversées avant leur arrivée dans l’archipel. Elle reconstitue ensuite leur parcours d’apprenti planteur aux Nouvelles-Hébrides, depuis leur arrivée jusqu’à leur enracinement. Cette deuxième partie est donc centrée sur la plantation et les problématiques qui lui sont liées en termes de gestion, d’approvisionnement en main-d’œuvre, enfin d’organisation du travail, ceci des débuts de la mise en valeur jusqu’au plein rendement. Parallèlement, elle retrace l’évolution des relations de genre et de race établies entre le planteur et ses ouvriers agricoles, des insulaires issus des sociétés mélanésiennes des Nouvelles-Hébrides auxquels se sont ajoutés des travailleurs indochinois sous contrat au début des années 1920.

La troisième et dernière partie explore le versant privé du parcours des migrants français. Étudier la vie privée des planteurs équivaut à se pencher sur l’interface sexuelle des relations entre les groupes et leur gestion tant au sein de la société blanche que des sociétés mélanésiennes. Cela implique également de s’interroger sur le statut des femmes mélanésiennes de l’archipel évalué à l’aune de celui des femmes européennes avec lesquelles elles ont formé un couple d’opposition.

Cette dernière partie s’oriente ensuite sur le thème de l’éducation de manière à saisir comment devient-on français sur un territoire ne dépendant directement d’aucune métropole habité qui plus est par une population bigarrée dans une zone sous influence britannique.  Elle se clôt sur le produit de la rencontre charnelle des groupes, les métis, étudiés en fonction des règles françaises et mélanésiennes de l’alliance et de la filiation et de leur genre.

En dépit de l’entremêlement des histoires traitées que sont l’histoire impériale de la France dans le Pacifique Sud, l’histoire locale des ex-Nouvelles-Hébrides et l’histoire individuelle ou familiale des migrants dont le parcours a été reconstitué, de la diversité des lieux évoqués, et de la pluralité des thématiques abordées, cette thèse ne poursuit qu’un seul objectif : saisir qui étaient et ce qu’ont vécu les anciens planteurs des Nouvelles-Hébrides.

Comprendre les logiques ayant présidé à l’installation de ces migrants revient à retracer le processus de création du condominium. En revanche, suivre les logiques de leurs parcours professionnel et privé aux Nouvelles-Hébrides équivaut à saisir les impacts multiples de cette institution sur leurs conditions et choix de vie.

Si ces migrants français ont été au cœur de la formation du condominium, à l’inverse, les limites et faiblesses du condominium ont à leur tour fortement conditionné leurs expériences, tant sur le plan professionnel que privé. C’est ce que je souhaite démontrer dans cette thèse.

Ce travail qui réinsère les planteurs dans le champ des rapports sociaux des Nouvelles-Hébrides, de la fin du 19e siècle à la période de l’entre-deux-guerres, doit se lire comme une contribution à l’historiographie et à l’anthropologie du Vanuatu.

  • Mots clefs : condominium franco-anglais des ex-Nouvelles-Hébrides (Vanuatu) ; situation coloniale ; migrants français ; plantations ; rapports de race et de genre
  • Thèse d'anthropologie sous la direction d'Alban Bensa
    Date de soutenance : 14 décembre 2010

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

flux rss  EHESS

Cinémas d’insurrection

Colloque - Mercredi 22 février 2017 - 18:00Ce colloque est l’aboutissement d’un premier travail de recherche et de rencontre conduit avec des cinéastes et militants filmant de manière atypique les situations de conflits et post-conflits depuis plusieurs années ou décennies. L’objectif de ce colloque est donc de confronter les pratiques et les engagements d’artistes et de chercheurs enquêtant sur diverses situations de mobilisations ou de résistances armées, et sur la mémoire et l’amnésie constitutive de l’expérience historique des situations de post-conflits. Ces pratiques filmiques peuvent aussi inspirer les sciences sociales par leurs positions et leurs observations au plus proche des expériences de leurs interlocuteurs. En plaçant les travaux de ces cinéastes au centre des interventions, ce colloque entend aussi réinterroger les modes de savoir et les constructions de sens produits par l’image.Avec la participation des cinéastes Édouard Beau, Stéphane Breton, John Gianvito, Clarisse Hahn, Florent Marcie et du Collectif de vidéastes ukrainiens BABYLON’ 13.(...)

Lire la suite

Little go girls d'Éliane De Latour

Projection-débat - Mardi 17 janvier 2017 - 18:00La projection sera suivie d'un débat en présence de la réalisatrice Éliane de Latour, cinéaste et anthropologue, directrice de recherches à l’Iris, avec Thomas Sotinel, critique cinéma au journal Le Monde et Eric Fassin, sociologue, professeur à Paris VIII. A Abidjan, les go de nuit empruntent un chemin chaotique entre délinquance et rapports tarifés dans les ghettos d'Abidjan, pour fuir les violences familiales. Très jeunes, analphabètes, largement musulmanes, elles sont prêtes à affronter le déshonneur et la mort pour un peu d'autonomie dont elles ont été privées dès le plus jeune âge. Entre le réveil et le tapin, le temps façonné par l’attente, les rêves, l’incertitude, laisse emerger une intimité presque silencieuse. Quelques unes tentent de renverser soudain leur mode d'existence pour tenter de gagner un peu de dignité à travers un nouveau projet de vie, la Casa des go. Les tensions sont telles qu’elles finissent par embaucher deux petites bonnes qu’elles rémunèrent 0,50€ par jour. Alors que les go commencent à sortir la tête du darkness, elles passent le relais de la servitude à des fillettes privées d’école comme elles au même âge. Sans doute suivront-elles le même chemin ? Le cercle se referme. Qui en sortira vraiment ?Voir la bande annonce du filmSéance organisée dans le cadre du Cycle "L'EHESS fait son ciné" proposé par la Direction de l’image et de l’audiovisuel (...)

Lire la suite

Origines et conditions d’apparition de la vie

Colloque - Mardi 11 octobre 2016 - 09:00La question des conditions d’apparition de la vie ou de la présence de la vie dans l’univers, longtemps considérée comme appartenant au domaine spéculatif, est en train de devenir un champ de recherche actif.Ce questionnement implique les sciences « dures » telle que l’astronomie et l’astrophysique – avec la découverte de planètes extrasolaires et l’exploration du Système Solaire par l’entremise de sondes spatiales, jusqu’à la chimie, la biologie et l’écologie – avec les derniers développements dans le monde prébiotique, l’émergence de la matière vivante et des systèmes écologiques et les étapes fondamentales de l’évolution. Ces questions impliquent tout autant les sciences humaines, comme l’histoire des sciences -avec l’histoire du questionnement des origines de la vie ou l’évolution des relations entre instrumentation scientifique et définition de la vie ; jusqu’à l’anthropologie – avec les variations culturelles de la perception et de la conception de la vie. Elles incitent, par ailleurs, à déporter le regard de la seule reconstitution des premières étapes de la vie pour considérer comme objectif la construction d’êtres « vivants » artificiels. Recréer la vie devrait en effet permettre de clarifier des questions telles que la façon dont la vie peut démarrer en tant que processus global, la probabilité de sa présence, la diversité qu’elle pourrait présenter dans d’autres mondes et, en dernier lieu, « ce qu’est » la vie.Plusieurs actions d’envergure focalisées sur ces questions ont ainsi récemment émergé dans les grandes universités internationales ou dans des fondations privées (Origins of life initiative à Harvard, Origins of Life Initiative à Munich, Earth-life Institute au Tokyo Institute of Technology, l’initiative de la Simons Foundation). Riche de l’activité de ses équipes en ce domaine ainsi que de la cartographie des savoirs susceptibles de l’étoffer, Paris Sciences et Lettres Research University a aussi souhaité aborder ces questions grâce à la mise en place récente d’un IRIS intitulé Origines et Conditions d’Apparition de la Vie.Le colloque de lancement sera l’occasion de confronter les perspectives adoptées par les grands centres mondiaux de recherche et de formation ainsi que d’en apprécier les motivations. Il montrera aussi que Paris, et de façon spécifique PSL Research University, dispose de tous les atouts pour aborder ce challenge scientifique. Inscription gratuite mais obligatoire par email à : appels-ocav@listes.univ-psl.fr(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

EHESS
190-198 avenue de France, 75244 Paris cedex 13

Attention ! Nouvelle adresse à partir du 1er avril 2017 :
54 bd Raspail 75006 Paris

Tél : 33 (0)1 49 54 25 05 - Fax : 33 0(1) 49 54 24 28
iris@ehess.fr
Accès

UNIVERSITE PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75 - Fax : 33 (0)1 48 38 88 62
iris@univ-paris13.fr
Accès

 


 

Liens rapides

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris