Thèse de Veronika DUPRAT-KUSHTANINA

La grand-parentalité au prisme du care : une étude comparative des figures sexuées et temporelles (France – Russie)

Cette thèse étudie la grand-parentalité, l’ensemble des relations familiales qui touchent trois générations – grands-parents, leurs enfants et leurs petits-enfants. La grand-parentalité est envisagée sous l’angle du care, comme des rapports complexes conjuguant des aspects instrumentaux, relationnels et moraux. C’est une relation multiple, inscrite dans les parcours de vie des trois générations et traversant les différents âges de vie. Adoptant une perspective comparative (France-Russie), j’analyse la grand-parentalité dans des contextes démographiques, sociaux, économiques et historiques différents. Les monographies familiales, constituées par l’intermédiaire d’entretiens biographiques auprès de plusieurs membres d’une même famille, sont la méthode principale de cette recherche. Ces données qualitatives sont complétées par des statistiques issues des données de Gender and Generation Survey. Deux questions transversales sont posées dans cette thèse concernant les mécanismes de réciprocité familiale et les liens entre les différents aspects du care dans les relations intergénérationnelles. Mon analyse se construit en trois temps. D’abord, j’étudie comment la norme de la « nouvelle » grand-parentalité, dynamique et engagée auprès des petits-enfants, commune pour les deux pays étudiés, se met en place dans les pratiques concrètes de garde des enfants et se décline selon le genre et le milieu social. Deux modèles types se dégagent. Le premier, maternant, est caractéristique de certaines grand-mères peu instruites dans les deux pays et de grands-parents russes « âgés ». Le second, focalisé sur les loisirs, et celui de grands-pères et de milieux diplômés. Ensuite, les dynamiques des relations entre les grands-parents et les petits-enfants sont analysées dans leur développement lors de l’adolescence et de l’âge adulte des petits-enfants. Ces évolutions sont situées sur deux axes : l’intensité subjective des relations et leur dynamique par rapport à l’étape de vie précédente. La figure des relations proches dans la durée, correspond davantage aux milieux instruits et aux grand-mères maternelles. Finalement, je montre que le care des petits-enfants auprès des grands-parents en perte d’autonomie est rare et s’inscrit principalement dans la figure de proximité stable dès l’enfance s’appuyant sur tous les aspects du care.

Mots-clés : grand-parentalité, care, génération, genre, parcours de vie

  • Thèse de sociologie sous la direction de Michèle Leclerc-Olive et Marc Bessin,  EHESS
  • Date de soutenance : 30 mai 2013
  • Jury
    Élisabeth Anstett, chargée de recherche au CNRS
    Marc Bessin, chargé de recherche au CNRS, co-directeur
    Patrice Bourdelais, directeur d’études à l’EHESS
    Vincent Caradec, professeur à l’Université Lille 3 Charles-de-Gaulle, rapporteur
    Jean-Hugues Déchaux, professeur à l’Université Lumière Lyon 2
    Michèle Leclerc-Olive, chargée de recherche au CNRS, HDR, co-directrice
    Claude Martin, directeur de recherche au CNRS, rapporteur
EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

IRIS - EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Contacts
Accès

IRIS - UNIV. PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Contacts
Accès

 


 

Liens rapides

Twitter Iris

La Lettre de l'Iris

HAL - collection de l'Iris

Carnets de recherche