Thèse de Lila BELKACEM

L'"enfant perdu" et le "pays d'origine". Construction des origines et expériences migratoires de descendants d'immigrants ouest-africains en région parisienne

Entendant déconstruire certaines représentations sur le « rapport au pays d'origine » des descendants d'immigrants ouest-africains en France, cette thèse analyse les processus sociaux de construction des origines, c'est-à-dire de tout ce à quoi le terme « origine(s) » renvoie classiquement : des supposées cultures, traditions, valeurs, identités, mais également des lieux et des collectifs y étant associés. L’analyse se fonde sur cinq terrains ethnographiques conduits en région parisienne et au Mali auprès de « jeunes », de membres de leur famille et de représentants associatifs et institutionnels : des expériences de séjour long au Mali pour des « personnes en difficulté » ; une colonie de vacances organisée pour des enfants d’immigrants maliens ; des rencontres associatives entre « jeunes » et « aînés » sur la question des relations intergénérationnelles et de l’engagement associatif des « jeunes au pays » ; des consultations ethnocliniques pour résoudre des problèmes familiaux jugés culturels ; des conversations sur Internet convoquant la question du rapport aux « origines ». Dans ces situations, une pensée des racines est actualisée, présentant le maintien des « liens au pays d'origine » comme une condition de la réussite et du bien-être des descendants d’immigrants, parfois qualifiés d’« enfants perdus » lorsqu’ils ne se conforment pas aux normes valorisées par leurs parents.

Après avoir souligné le contexte socio-historique singulier dans lequel les descendants d’immigrants font la double expérience de la migration (directe ou indirecte) et de la minoration (sociale et ethnoraciale), cette thèse montre que pour comprendre le succès de cette pensée des racines, l’adoption d’une perspective identitaire des « liens au pays d'origine » conduit à plusieurs impasses. Interrogeant les concepts de performance et de performativité, elle se centre alors sur les mécanismes et les effets de la construction en situation des « origines » et accorde une attention particulière aux rapports de pouvoir dits de génération, de sexe, de classe et de race/ethnicité. Au cours des situations sociales observées, des traits de l’origine sont performés, s’accompagnant d’assignations, d’injonctions et de modes d’emploi à l’adresse des descendants d’immigrants. Or, cette performation ne s’avère pas simplement imposée aux « jeunes de France » mais est co-performée avec eux. La force de cette construction tient alors au fait qu’elle actualise des rapports de pouvoir asymétriques entre les interactants (descendants d’immigrants, migrants, représentants institutionnels, etc.), rapports qui ne peuvent se saisir hors du contexte français de minoration. Ainsi, sans nier l’importance des identifications et des sentiments de soi des personnes rencontrées, cette analyse situationnelle met en lumière l’intérêt, pour comprendre le « rapport au pays d'origine » des descendants d’immigrants, de se décentrer d’une perspective identitaire et d’une approche du « pays d'origine » comme donné, afin d’analyser la construction des « origines » en situation et en contexte migratoire minoritaire post-colonial.

  • Thèse de sociologie sous la direction de Michèle Leclerc-Olive, EHESS
  • Date de soutenance : 19 novembre 2013
  • Jury
    Stéphane Dufoix, Maître de conférence à l'Université Paris Ouest Nanterre
    Didier Fassin, Professeur à l'Institute for Advanced Study (Princeton) et Directeur d’études à l'EHESS (Paris)
    Nacira Guénif-Souilamas, Professeure à l'Université Paris 8, Rapporteure
    Michèle Leclerc-Olive, Chargée de recherche au CNRS, Directrice  
    Gérard Mauger, Directeur de recherche émérite au CNRS (Université Paris 1)
    Mahamet Timera, Professeur à l'Université Paris 7, Rapporteur
EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

flux rss  EHESS

Afrique et Moyen-Orient

Débat - Mardi 17 octobre 2017 - 13:00Débat autour des Cahiers d’Études africaines, n°226, 2017, « Élites de retour de l’Est » et de la REMi, Revue européenne des migrations internationales, vol. 32, n°2, 2016, « Former des élites : mobilités des étudiants d’Afrique au nord du Sahara dans les pays de l’ex-bloc socialiste »  avec plusieurs articles issus des recherches menées dans le cadre du programme ELITAF « Élites africaines formées dans l’ex-bloc socialiste »  Programme 13h - Accueil des participants 14h - Présentation des deux revues Cahiers d’Études africaines, par Eloi Ficquet Revue européenne des migrations internationales, REMI, par Marie-Antoinette Hily  14h15 - Introduction aux : N°226 des Cahiers d’Études africaines par Patrice Yengo N°2, 2016 de la REMI par Michèle Leclerc-Olive  14h45 - Interventions des discutants Elikia M’Bokolo, directeur d’études à l’EHESS, IMAF Gabrielle Chomentowski, post-doctorante, INALCO, Sorbonne Paris-Cité, Programme de recherches Sociétés plurielles Didier Nativel, professeur à l’Université Paris VII, CESSMA Président : Jean-Bernard Ouédraogo, directeur de recherches au CNRS, directeur d’études à l’EHESS, IIAC  16h - Débat général avec la participation de plusieurs des auteurs (...)

Lire la suite

Big data & SHS

Journée(s) d'étude - Vendredi 16 juin 2017 - 09:00 "Big data & SHS - Regards et intérêts croisés pour la santé publique", journée d’étude organisée par Thomas Lefèvre & Sandrine de Montgolfier UMR8156 - U997.11 chercheurs français et étrangers en santé publique, venus des sciences sociales, de la médecine, de l'informatique, de l'épidémiologie partageront et croiseront leur regard, leurs expériences et leur intérêt pour la santé publique, au double prisme des Big Data et des sciences humaines et sociales.MatinéeSébastien Dalgalarrondo, CNRS Iris & INSEP, sociologie de la santé"Quantified self" et sportXavier Briffault, CNRS CERMES3, sciences sociales et épistémologie de la santéConséquences pratiques et épistémologiques du développement des objets connectés et big data en santé mentaleLuc Rocher, Université catholique de Louvain, Institute of Information and Communication TechnologiesComputational Privacy: on how human behavior bounds privacy and the privacy-conscientious use of big dataJoëlle Vailly, INSERM Iris, sociologie & anthropologieNouvel usage policier des données génétiques, une perspective anthropologiqueBenjamin Derbez, Mines ParisTech, Centre de Sociologie de l’InnovationLes bases de données de variants génétiques : un enjeu d’économie de la connaissance entre recherche et cliniqueAprès-midiCyrille Delpierre, INSERM & Université Toulouse III, épidémiologisteQuel apport du big data pour l'exploration des inégalités sociales de santé ?Louise Potvin, École de santé publique Université de Montréal, Chaire de recherche du Canada sur les approches communautaires et inégalités de santéD’où vient la complexité des interventions en santé des populations et comment la modéliser ?Nelly Robin, Université de Poitiers CNRS MIGRINTER, géographie avec Lakhdar Saïs Université d'Artois, Centre de Recherche en Informatique de LensParcours Migratoires et Données Multi-Sources. Des bases de données à la fouille de données en passant par l’intelligence artificielle, une méthodologie inédite pour réinterroger les espaces et les temporalités de la Traite des enfants et des femmesAlexandre Delanoë, CNRS Institut des Systèmes Complexes, sociologie, Chef de projet de la plateforme de fouille textuelle GargantextGargantext : comment faire un état de l'art en quelques minutesSandrine de Montgolfier, UPEC & INSERM Iris, épistémologie et histoire des sciences du vivantEnjeux éthiques soulevés par l’accès aux données de séquençage en oncogénétique du point de vue des professionnelsThomas Lefèvre, UP13 Iris & Hôpital Jean Verdier, médecineRetour d’expérience du groupe de réflexion ministériel « big data en santé » ; recommandations et analyses  (...)

Lire la suite

Cinémas d’insurrection

Colloque - Mercredi 22 février 2017 - 18:00Ce colloque est l’aboutissement d’un premier travail de recherche et de rencontre conduit avec des cinéastes et militants filmant de manière atypique les situations de conflits et post-conflits depuis plusieurs années ou décennies. L’objectif de ce colloque est donc de confronter les pratiques et les engagements d’artistes et de chercheurs enquêtant sur diverses situations de mobilisations ou de résistances armées, et sur la mémoire et l’amnésie constitutive de l’expérience historique des situations de post-conflits. Ces pratiques filmiques peuvent aussi inspirer les sciences sociales par leurs positions et leurs observations au plus proche des expériences de leurs interlocuteurs. En plaçant les travaux de ces cinéastes au centre des interventions, ce colloque entend aussi réinterroger les modes de savoir et les constructions de sens produits par l’image.Avec la participation des cinéastes Édouard Beau, Stéphane Breton, John Gianvito, Clarisse Hahn, Florent Marcie et du Collectif de vidéastes ukrainiens BABYLON’ 13.(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Tél : 33 (0)1 49 54 25 05 - Fax : 33 0(1) 49 54 24 28
iris@ehess.fr
Accès

UNIVERSITE PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75 - Fax : 33 (0)1 48 38 88 62
iris@univ-paris13.fr
Accès

 


 

Liens rapides

La Lettre de l'Iris

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris