Thèse de Nicolas LAINEZ

Par-delà la traite des femmes vietnamiennes en Asie du Sud-Est. Anthropologie économique des carrières intimes  

À partir d’une enquête sur la traite prostitutionnelle conduite au Viêt Nam, au Cambodge et à Singapour, cette thèse propose une anthropologie économique des relations intimes que les femmes prostituées vietnamiennes nouent avec des opérateurs informels de crédit, avec des facilitateurs de la migration prostitutionnelle, avec des employeurs de l’industrie sexuelle, avec leur famille ainsi qu’avec les hommes qui rétribuent leurs services. Alors que l’économie de marché, à laquelle le Viêt Nam adhère depuis les réformes du Renouveau (Doi Moi) en 1986, pousse ces femmes à entreprendre, à investir, à s’endetter, à consommer et à migrer, de nombreuses embûches se dressent sur leur chemin : exclusion du marché de crédit, coût élevé de la migration transnationale régulée, obligations de solidarité familiale, inégalités de genre, risques de stigmatisation. Pour se frayer un chemin dans cet univers d’opportunités et de contraintes, elles utilisent l’intimité comme une ressource polyvalente et stratégique afin d’augmenter leurs marges de manœuvre et d’étoffer leurs répertoires d’action.  
 
La réflexion proposée s’appuie sur un concept capable de rendre compte de la fluidité des parcours et de l’articulation entre économie et intimité : les carrières intimes. Cette perspective invite à examiner les parcours de dette à la lumière de l’évolution récente des marchés financiers et de la migration prostitutionnelle, mais aussi les trajectoires de care au regard du régime « familialiste » de bien-être promu par l’État, les carrières sexuelles au prisme des inégalités de genre et notamment de la division sexuelle du travail, ainsi que les carrières morales en référence à la politique de lutte contre les « fléaux sociaux ».
 
Nourrie d’un solide socle empirique privilégiant l’ethnographie économique de l’intimité et le suivi longitudinal ainsi que d’une longue expérience avec les ONG luttant contre la traite en Asie du Sud-Est, cette recherche dépasse rapidement son objet initial, la traite, pour mettre en relief des aspects inédits de la vie des femmes vietnamiennes et interroger la place de l’intimité dans l’économie de marché. Sur le plan théorique, ce travail construit son objet sur l’anthropologie de l’esclavage, la sociologie « déconstructiviste » de la traite, la sociologie économique de l’intimité et la sociologie des carrières.


Mot-clés
: Traite, intimité, prostitution, dette, migration, care, morale, anthropologie, sociologie, Viêt Nam, Cambodge, Singapour

  • Thèse d'anthropologie sous la direction de Michel Bozon, EHESS
  • Date de soutenance : 30 juin 2015

Jury

  • Danièle BÉLANGER, Professeure à l’Université de Laval, rapporteure  
  • Michel BOZON, Directeur de recherche à l’INED, directeur de thèse  
  • Isabelle GUÉRIN, Directrice de recherche à l’IRD, rapporteure  
  • Marie-Elisabeth HANDMAN, Maîtresse de conférence (HDR) à l’EHESS, examinatrice  
  • Pascale MOLINIER, Professeure à l’Université Paris-13, examinatrice
     
EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

IRIS - EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Contacts
Accès

IRIS - UNIV. PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Contacts
Accès

 


 

Liens rapides

La Lettre de l'Iris

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris