Thèse de Sophie JACQUOT

Arts visuels et espace social en Nouvelle-Calédonie contemporaine

En Nouvelle-Calédonie, les accords de Matignon-Oudinot, signés en 1988, encouragent l’élaboration de politiques culturelles dont l’observation des processus de mise en œuvre révèle l’intrication d’enjeux sociopolitiques, d’intérêts particuliers et de représentations sociales, dont elles sont à la fois l’objet et la projection. La thèse s’intéresse à l’émergence de la création contemporaine en arts visuels en Nouvelle-Calédonie comme reflet de l’histoire du pays et vecteur de transformation sociale. Dans une perspective régionale et internationale, elle traverse les champs politiques, sociaux et esthétiques, et observe la constitution, la transmission et la circulation des pratiques, des savoirs et des objets, et les politiques en arts visuels. Elle explore les sphères productives et médiatrices à partir d’observations, de documents et d’entretiens menés avec les opérateurs et les créateurs. Elle examine les logiques de pensée et d’action, les productions symptomatiques, les trajectoires significatives et la place de la création contemporaine en arts visuels dans l’espace social. Elle analyse les stratégies collectives et individuelles et les rapports de force. Elle interroge la contribution des dispositifs de production et de régulation artistique, et des processus de création, à la reconstruction sociale et à la reconfiguration des systèmes de valeurs, et propose une restitution à travers la mise en œuvre d’une recherche-action qui expérimente un projet d’exposition et réactive des dynamiques d’action. La recherche pluridisciplinaire met en lumière la construction politique des subjectivités et la façon dont les sociétés contemporaines du Pacifique Sud réorganisent leur manière d’être au monde et le vivre ensemble dans un contexte global. Inscrite dans une réflexion sur la production et la diffusion des pratiques artistiques contemporaines postcoloniales, elle interpelle le développement de nouvelles formes de savoir et de partage du savoir, et la réécriture de l’histoire de l’art.

Mots-clés : frontière, déplacement, connexion, interaction, émancipation, artification

  • Thèse d'anthropologie sociale et ethnologie préparée sous la direction d’Alban Bensa, EHESS
  • Date de soutenance : 18 novembre 2016

Composition du jury

  • Alban Bensa, Directeur d’études à l’EHESS
  • Thierry Bonnot, Chargé de recherche au CNRS
  • Brigitte Derlon, Directrice d’études à l’EHESS
  • Thierry Roche, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille
  • Denis Vidal, Directeur de recherche à l’IRD
EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

IRIS - EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Contacts
Accès

IRIS - UNIV. PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Contacts
Accès

 


 

Liens rapides

La Lettre de l'Iris

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris