Thèse de Franck ENJOLRAS

Dans les coulisses des expulsions du territoire français, entre surveillance et assistance : enquête ethnographique d’un centre de rétention administrative

Dans un contexte de contrôle accru de l’immigration irrégulière et de la gestion serrée des frontières, de quelle manière, selon quelles modalités, par quelles directives et selon quelles applications, l’enfermement des étrangers en instance d’éloignement du territoire français, participe-t-il à la préparation de cette expulsion ?

Cette thèse s’intéresse à la gestion de l’enfermement des étrangers dans un centre de rétention administrative (CRA), selon deux aspects centraux, la surveillance et le soin, et elle se focalise, à travers des pratiques de police et de santé, sur le rôle de cet enfermement dans la mise en œuvre de l’expulsion. Elle s’inscrit dans les travaux d’anthropologie de l’État et de la police et dans ceux de la sociologie de l’immigration et des lieux d’enfermement.

Elle montre comment différentes formes de directives, propres à l’enfermement des étrangers, trouvent leur incarnation dans des agents dont les pratiques sont la résultante à la fois d’applications directes de ces directives et surtout de leurs aménagements, propres à la gestion des contradictions, découlant de ce lieu.

Cette thèse s’intéresse d’abord aux pratiques de police fixées autour de la surveillance qui, dans le cadre de la gestion de certaines contradictions, propres à la rétention, devient, par glissement, un travail d’attente et d’anticipation, sous des formes allant de l’expectative à la recherche d’informations jusqu’aux stratégies locales de contrainte et de conditionnement. Elle se focalise ensuite sur les pratiques de santé, en montrant combien les enjeux de l’enfermement et de l’expulsion viennent à les façonner, de manière profonde, au point qu’elles soient parties prenant d’un processus de sélection et de différenciation. Elle s’intéresse enfin, dans ce travail global de préparation, aux effets des rapports entre la police et les professionnels de santé, dans cette gestion d’une population enfermée, tenue par la menace d’une expulsion. Cette thèse restitue, en somme, différentes pratiques, différents positionnements politiques et moraux, d’agents travaillant dans un dispositif de contrôle, administré par l’État, confrontés dans leur travail à des contradictions et à des conflits moraux.

Ce travail est le fruit d’une enquête ethnographique mené au sein d’un CRA et d’entretiens et d’observations ciblés auprès d’acteurs appartenant à des lieux dont le CRA est dépendant.

Mots clés : Enfermement, étrangers, centre de rétention administrative, expulsion, police, expertise médicale, préparation, politiques d’immigration, assistance, surveillance, soins, attente.

  • Thèse d'anthropologie sociale et ethnologie préparée sous la direction de Didier Fassin (EHESS)
  • Date de soutenance : 13 octobre 2017

Composition du jury

  • Nathalie Ferré, Professeure à l’Université Paris 13, Rapporteure
  • Mahamet Timera, Professeur à l’Université Paris 7, Rapporteur
  • Didier Fassin, Professeur à l’Institute for Advanced Study, Directeur de thèse
  • Nicolas Fischer, Chargé de recherche au CNRS
  • Richard Rechtman, Directeur d’étude à l’EHESS
EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

IRIS - EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Contacts
Accès

IRIS - UNIV. PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Contacts
Accès

 


 

Liens rapides

Twitter Iris

La Lettre de l'Iris

HAL - collection de l'Iris

Carnets de recherche