Membres | Doctorant.e.s

Michela DE GIACOMETTI

Michela De Giacometti
Doctorante
Discipline(s) : Anthropologie
Institution(s) de rattachement : EHESS

Coordonnées professionnelles

degiacomettimichela[at]gmail.com

Mariage civil au Liban et enjeux transnationaux.
La fabrication du droit entre rituels, mobilisations confessionnelles et logiques familiales

Thèse préparée sous la direction de Franck Mermier

Ma thèse se fonde sur un terrain ethnographique mené à Beyrouth (Liban) et dans la République de Chypre et s’attache à rendre compte des pratiques matrimoniales des Libanais, dans leur dimension intime, familiale et publique. Elle s’intéresse tout particulièrement au débat sur l’introduction du mariage civil, saisi comme un nouveau terrain de fabrication des droits de la personne. Pays caractérisé par une segmentation communautaire (dix-huit communautés religieuses chrétiennes et musulmanes) qui trouve sa légitimité institutionnelle dans le système du confessionnalisme politique, le Liban autorise sur son sol exclusivement le mariage religieux. En raison de cette configuration politique, les citoyens libanais sont inscrits dès leur naissance dans un ordre communautaire auquel correspond un complexe système juridique de statuts personnels gouvernant les matières familiales (mariage, dissolution de l’union conjugale, garde des enfants, héritage)  De ce fait, le mariage endogame demeure normatif au Liban et les mariages interreligieux, bien que nombreux, sont juridiquement et socialement découragés. En absence d’un droit civil unifié de la famille, le législateur libanais a ouvert la voie à la sécularisation des lois matrimoniales en garantissant la légalisation du mariage civil conclu à l’étranger entre deux Libanais. Telle solution ne parvient pourtant pas à résoudre formellement l’ensemble des contraintes juridiques issues des mariages interreligieux. Depuis quelques décennies, la République de Chypre s’est transformée en destination privilégiée pour la célébration de ces mariages. Par ailleurs, les conséquences légales des unions célébrées à l’étranger sont du ressort de la loi familiale civile étrangère selon des géométries confessionnelles variables. Le cas échéant, cette même loi est appliquée dans les tribunaux libanais, paradoxe signalant un défaut de souveraineté de l’État en matière familiale. Au sein de la société civile, les partisans du projet de laïcisation de l’État libanais ont par conséquent gagné du terrain et, quand bien même sont-ils divisés autour des stratégies de mobilisation, ils méprisent de concert la configuration législative en vigueur, saisie comme paroxysme de la faiblesse de l’État.

Ainsi, mon travail se structure autour de deux volets principaux. En premier lieu, ma recherche documente le conflit des logiques familiales, confessionnelles et politiques à l’œuvre dans les multiples tentatives, par des membres de la société civile, d’introduire le mariage civil au Liban. Deuxièmement et en conséquence, ma thèse vise à restituer les expériences des couples mariés civilement et analyse les modes de subjectivation que ces expériences produisent. En effet, les célébrations d’unions interreligieuses, et de plus en plus intra-religieuses, auprès d’un fonctionnaire civil dans une mairie chypriote caractérisent un nombre croissant d’expériences de l’être en couple et font l’objet d’un investissement économique et émotionnel important. Dans ma thèse, je décris comment ces mariages se sont transformés en une ressource politique visant à contrecarrer une complexe situation normative d’endogamie communautaire.

S’appuyant sur un cadre théorique emprunté essentiellement à l’anthropologie de la famille et de l’intimité, à l’anthropologie du droit et des mobilisations, ainsi qu’aux études sur les rituels contemporains, ma thèse cherche à comprendre comment les enjeux de l’alliance matrimoniale (et du mariage civil tout particulièrement) informent les processus de reproduction sociale dans un contexte social fragmenté et, en creux, interrogent la nature de l’État libanais.

Mots-clés : Liban, République de Chypre, mariage civil, droit, rituels, confessionnalisme, modes de subjectivation

*****

Located at the intersection of legal anthropology and the anthropology of kinship, rituals and the state, my doctoral research focuses on the experience of Lebanese couples who contracted a civil marriage and activists who appeal the state for a civil law of personal status and marriage. The research explores the way the process of family-making is enmeshed with political, sectarian, and economic issues and conveys a discourse of the state.

A long ethnographic fieldwork in Lebanon and the Republic of Cyprus helps my dissertation address the categories of community, individuality and the processes of subjectivation, which manifest themselves in conjugality.

I study two ways the question of civil marriage is raised: on the one hand, I look at the attempts to legalize civil marriage in Lebanon along with the legal architecture of personal status laws; on the other, I focus on the celebration of civil marriages in Cyprus together with the displacement of wedding rituals.

With its eighteen historical religious sects coexisting under the institutional formula of “political sectarianism”, the Lebanese state recognizes only religious marriages, but acknowledges civil marriages legally concluded outside of Lebanon. The lack of a Lebanese civil law in matters of personal status, which engenders a problem of legal sovereignty, became the object of advocacy for a civil personal status and marriage in Lebanon starting with the mandate period. However, couples travel abroad (especially to Cyprus) to endorse their union with a civil contract. Firstly, I consider getting married abroad as a process of reconfiguration of social and power relations, which also entangles a mobilization of the symbolic capital of family-making. Secondly, I look at the public dimension of family-making to show the interconnected nature of intimacy, religious and civil family-laws within a fragmented society.


Allocation ou financement

  • IIAC/EHESS, Aide à la mobilité, 2017
  • Bourse de résidence annuelle de l’Orient-Institut Beirut, Max Weber Foundation, 15 janvier 2016 – 15 janvier 2017.
  • IIAC/EHESS, Aide à la mobilité, 2015
  • AMI, Île-de-France, Aide à la mobilité internationale (1 janvier 2015 – 06 juin 2015)
  • IFPO Beyrouth, Bourse de courte durée (Octobre-Novembre 2014)
  • IIAC/EHESS, Aide à la mobilité, 2014
  • EHESS « Aires culturelles », aide à la mobilité, 2014

Activités de recherches

  • Contrat de recherche pour le projet PRIN (Projet d’Intérêt National) « Among Four Paradises. Experiences, ideologies and rituals about death between East and West », Université de Venise Ca Foscari, 2011.

Enseignements

  • Octobre-novembre 2017 : Chargée de cours (TD) en Anthropologie des espaces domestiques, École National Supérieure d’Architecture de Versailles (Ensa-V).

Principales communications

  • 2018 : « La fabrication d’un droit : le mariage civil au Liban », communication dans le cadre de l’Atelier des doctorants de l’Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC)- EHESS, Paris, 1 février 2018.
  • 2017 : « The Island of Love : wedding (civil) ceremonies of Middle-Eastern nationals in the Republic of Cyprus » communication dans le cadre de la conférence internationale « Le mariage dans l’Europe méditerranéenne de la fin du Moyen Âge à nos jours », Université d’Athènes, 21-22 septembre 2017.
  • 2017 : présentation de mes recherches dans le cadre du séminaire hebdomadaire de l’Orient-Institut Beirut (OIB), 12 janvier 2017.
  • 2016 : « Family on the edge : personal status laws, kinship and the debate on civil marriage in Lebanon » communication dans le cadre de la conférence internationale « Espaces Pluriels de la Parenté. Approches ethnographiques de (re)configurations publiques et privées dans le monde contemporain, Université de Liège, 20-21 octobre 2016.
  • 2016 : « Plural Intimacies : exploring citizenship, sectarianism and the State through the practice of civil marriage in Lebanon », communication pour le panel « From bureaucracy to governmentality: subjection and lived experience » dans le cadre de la conférence annuelle du MANCEPT, Université de Manchester, 7-8-9 septembre 2016.
  • 2016: « Making civil couples between partnership projects and the legal framework in Lebanon » communication dans le cadre des rencontres de l’ASIL(Anthropology Society in Lebanon), American University of Beirut, 17 may 2016.
  • 2016: présentation des mes recherches dans le cadre du séminaire hebdomadaire de l’Orient-Institut Beirut (OIB), 8 février 2016.
  • 2015 : « Le mariage civil : une autre approche pour l’étude de la famille au Liban ? » communication dans le cadre de l’atelier des doctorants du Laboratoire d’Anthropologie Urbaine – Mondialisation (LAUM)-EHESS, Paris, 3 décembre 2015.$
  • 2011 : « Sepolture islamiche in Italia : dal passato al presente. Il caso del cimitero turco-ottomano di Trieste », communication dans le cadre de la conférence internationale « Among four paradises. Experiences, ideologies and rituals about death between East and West », Université de Venise Ca’ Foscari, 10 novembre 2011.

Principales publications

Articles

  • 2018 (à paraître), « Wedding (civil) ceremonies of Middle-Eastern nationals in the Republic of Cyprus »in: numéro special de la revue de l’École Française d’Athènes Le mariage dans l’Europe méditerranéenne de la fin du Moyen Âge à nos jours.

Articles de revue à comité de lecture

  • 2015, « Cimiteri senza senso. La ricostruzione dopo la catastrofe nell’area del Vajont », in Studi Tanatologici, vol.7, p.59-89.

Chapitres d’ouvrages collectifs

  • 2018 (à paraitre), «The ninetheen sect: the debate on optional civil marriage and sectarianism in Lebanon» in Duysen F., Sarcinelli A.S. et Razye E. (dir.) Espaces pluriels de la parenté : Approches ethnographiques des (re)configurations intimes et publiques dans le monde contemporain.
  • 2013, « Sepolture Islamiche in Italia: dal passato al presente. Il caso del cimitero turco-ottomano di Trieste » in Fabris, A. (dir.) Tra Quattro Paradisi. Esperienze, ideologie e riti relativi alla morte tra Oriente e Occidente, edicazioni Ca’ Foscari.
EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

IRIS - EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Contacts
Accès

IRIS - UNIV. PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Contacts
Accès

 


 

Liens rapides

Twitter Iris

La Lettre de l'Iris

HAL - collection de l'Iris

Carnets de recherche