Membres | Membres statutaires

Benoît TREPIED

trepied
Chargé de recherche CNRS
Discipline(s) : Anthropologie

Coordonnées professionnelles

Iris - EHESS, 190 avenue de France 75244 Paris cedex 13

benoit.trepied[at]ehess.fr

01 49 54 22 93

Domaines de recherche

Benoît Trépied mène une anthropologie historique de la citoyenneté en situation coloniale et postcoloniale. Ses recherches portent en particulier sur les relations raciales et la politique locale en Nouvelle-Calédonie coloniale, les enjeux contemporains de la décolonisation dans le Pacifique et l’outre-mer français, et la construction des savoirs en contexte colonial et postcolonial. Au croisement de l’ethnographie, de l’histoire et de la sociologie, ses travaux questionnent les conditions de production des sources, la pratique réflexive de l’enquête et les rapports entre savoir et pouvoir.

Fondée sur une longue enquête de terrain (deux années sur place) et aux archives, sa thèse de doctorat, soutenue en 2007 et publiée en 2010, portait sur les transformations des rapports sociaux et politiques à l’échelle de la commune rurale de Koné, au nord-ouest de la Nouvelle-Calédonie, à partir de l’accession des Kanak à la citoyenneté (1946). Au-delà des clivages raciaux et disciplinaires – entre anthropologie du monde kanak et histoire des colons –, cette recherche pluridisciplinaire « au ras du sol » était simultanément inscrite dans une réflexion plus large sur les grands changements juridiques et politiques de la Nouvelle-Calédonie et de la France d’outre-mer après la Seconde guerre mondiale. Dans la continuité de cette recherche, il travaille désormais sur les transformations des relations raciales à Koné du XIXe siècle à nos jours, en collaboration avec l’historien Adrian Muckle.

Benoît Trépied enquête également sur le processus actuel de décolonisation en Nouvelle-Calédonie et les nouvelles tensions qu’il génère, notamment du point de vue des diverses stratégies kanak de recouvrement de souveraineté (par l’indépendance statutaire, la citoyenneté française, ou les « droits autochtones »). Il s’intéresse en particulier aux enjeux soulevés par la mise en œuvre d’un droit civil coutumier kanak au sein du système judiciaire français, à partir de l’observation ethnographique des séances du tribunal coutumier et d’entretiens avec les « assesseurs coutumiers » kanak. Il s’interroge aussi sur les liens entre recherche et décolonisation, en replaçant notamment sa propre expérience au sein d’une histoire longue des rapports entre le savant et le politique dans le contexte calédonien.

  • Mots-clés : citoyenneté, situation coloniale, décolonisation, relations raciales, Nouvelle-Calédonie, France d’Outre-Mer

Responsabilités principales

Enseignement

Principales publications

Ouvrage

  • 2010, Une mairie dans la France coloniale. Koné, Nouvelle-Calédonie, Paris, Karthala, coll. Recherches Internationales, postface de Frederick Cooper.

Direction de numéro de revue

  • 2013, Outre-mers indigènes (avec Stéphanie Guyon, éds.), Genèses, n° 91.

Chapitres d’ouvrages

  • 2015, "Une histoire kanak contre l'indépendance. Relectures familiales du passé colonial en Nouvelle-Calédonie", in Solenne Billaud et alii (dir.), Histoires de famille. Les récits du passé dans la parenté contemporaine, Paris, Éditions rue d'Ulm, sciences sociales : 141-162.
  • 2015, avec Adrian Muckle, "Les transformations de la question métisse en Nouvelle-Calédonie (1853-2009)", in Christine Demmer et Christine Salomon (dir.), Émancipations kanak, Paris, Ethnies 37-38 : 100-121 (texte publié une première fois dans Anthropologie et Sociétés, 38-2, 2014 : 89-108).
  • 2014, "Nouveaux regards sur la situation coloniale en Nouvelle-Calédonie", in Laurent Dousset, Barbara Glowczewski et Marie Salaün (dir.), Les sciences humaines et sociales dans le Pacifique Sud : terrains, questions et méthodes, Marseille, pacific-credo Publications : 229-248.
  • 2013, avec Stéphanie Guyon, "Les autochtones de la République. Amérindiens, Tahitiens et Kanak face au legs colonial français", in Irène Bellier (dir.), Peuples autochtones dans le monde. Les enjeux de la reconnaissance, Paris, L'Harmattan, SOGIP-Horizons autochtones : 93-112.
  • 2013, « Communisme et situation coloniale en Nouvelle-Calédonie (années 1920-années 1940) », in Emmanuel Bellanger et Julian Mischi (dir.), Les territoires du communisme. Elus locaux, politiques publiques et sociabilité militante (des années 1920 à nos jours), Paris, Armand Colin : 111-129.
  • 2010, « “Deux couleurs, un seul peuple” ? Les paradoxes de l’Union calédonienne pré-indépendantiste dans la commune de Koné, in Elsa Faugère et Isabelle Merle (dir.), La Nouvelle-Calédonie, vers un destin commun ?, Paris, Karthala, Karapaa : 69-71.
  • 2009, « Coutumiers kanak contre élus FLNKS : la bataille de l’eau à Koné (Nouvelle-Calédonie, 2004) », in Bastien Bosa et Eric Wittersheim (dir.), Luttes autochtones, trajectoires postcoloniales. Amériques et Pacifique, Paris, Karthala, Les terrains du siècle : 27-56.
  • 2008, « Kanak “tradicionales” contra los elegidos FLNKS : la batalla del agua de Kone (Nueva-Caledonia, 2004) », in Bastien Bosa, Angela Santamaria y Eric Wittersheim (dir.), Luchas Indigenas y trayectorias poscoloniales, Bogota, Universidad de Rosario : 17-38.
  • 2005, « Fiches biographiques des narrateurs », in Alban Bensa et Antoine Goromido (dir.), Histoire d’une chefferie kanak. Le pays de Koohnê (Nouvelle-Calédonie), deuxième partie « Mémoire kanak. Les bases du pays », Paris, Karthala-Province Nord : 109-125.
  • 2003, « Rupture sociale et aide familiale », in Florence Weber, Séverine Gojard et Agnès Gramain (dir.), Charges de famille. Dépendance et parenté dans la France contemporaine, Paris, La Découverte, Textes à l’appui/Enquêtes de terrain : 69-94.

Articles

  • 2014, avec Adrian Muckle, "Les transformations de la question métisse en Nouvelle-Calédonie (1853-2009)", Anthropologie et Sociétés, 38-2 : 89-108.
  • 2013, "Chefferie, bétail et politique. Un notable kanak contre la revendication d'indépendance en Nouvelle-Calédonie", Anthropologica, 55-2 : 335-348.
  • 2013, avec Stéphanie Guyon, "Outre-mers indigènes : introduction", Genèses, 91 : 2-6.
  • 2013, "La décolonisation sans l'indépendance ? Sortir du colonial en Nouvelle-Calédonie (1946-1975)", Genèses, 91 : 7-27.
  • 2012, « Indigenous struggles and water policies in New Caledonia », Social Identities, 18-4 : 465-479.
  • 2012, « Une nouvelle question indigène outre-mer ? », La Vie des idées, 15 mai ; traduction en anglais : « A New Indigenous Question in France’s Overseas Territories? », Books & Ideas.net, 13 June.
  • 2011, « Des conduites d’eau pour les tribus. Action municipale, colonisation et citoyenneté en Nouvelle-Calédonie », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 58-4 : 93-120.
  • 2011, « Recherche et décolonisation en Nouvelle-Calédonie : lectures croisées », Revue d’histoire des sciences humaines, 24 : 159-187.
  • 2010, avec Adrian Muckle, « In the long ‘run’: Kanak stockmen, the cattle frontier and colonial power relations in New Caledonia », Oceania, 80 : 198-215.
  • 2010, « ‘Two colours, one people’? The paradoxes of the multiracial Union calédonienne in the commune of Koné (New Caledonia) », The Journal of Pacific History, 45-2 : 247-264.
  • 2010, « Roch Pidjot, un grand Kanak en politique », Revue juridique, politique et économique de la Nouvelle-Calédonie, 16 : 56-65.

Rapport de recherche

  • 2008, Rapport d’allocation de formation et de recherche doctorale, Mission Ethnologie, Ministère de la culture, 49 p.

Recensions

  • 2015, recension de David Chappell, The Kanak Awakening: The rise of nationalism in New Caledonia (Honolulu, University of Hawai'i Press, 2013), Anthropological Forum, 25-2 : 214-216.
  • 2015, "Décoloniser le discours de l'authenticité culturelle", recension de Joanne Barker, Native Acts. Law, Recognition, and Cultural Authenticity (Durham, Duke University Press, 2011), Genèses, 99 : 149-154.
  • 2013, "A l'école post-coloniale", La Vie des idées, 24 octobre, recension de Marie Salaün, Décoloniser l'école ? Hawai'i, Nouvelle-Calédonie, expériences contemporaines (Rennes, PUR, 2013).
  • 2013, "Anthropologie de la violence en situation coloniale", La Vie des idées, recension de Michel Naepels, Conjurer la guerre. Violence et pouvoir à Houaïlou (Nouvelle-Calédonie) (Paris éd. EHESS, 2013).
  • 2009, recension du numéro spécial Mondes Ruraux de Politix (83, 2008), Revue d’études en agriculture et environnement, 90-2 : 246-249.
  • 2009, avec Adrian Muckle, « Note of French Gendarmerie archives relating New Caledonia », Pacific Manuscripts Bureau Newsletter, 26 : 4-5.
EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

flux rss  EHESS

Cinémas d’insurrection

Colloque - Mercredi 22 février 2017 - 18:00Ce colloque est l’aboutissement d’un premier travail de recherche et de rencontre conduit avec des cinéastes et militants filmant de manière atypique les situations de conflits et post-conflits depuis plusieurs années ou décennies. L’objectif de ce colloque est donc de confronter les pratiques et les engagements d’artistes et de chercheurs enquêtant sur diverses situations de mobilisations ou de résistances armées, et sur la mémoire et l’amnésie constitutive de l’expérience historique des situations de post-conflits. Ces pratiques filmiques peuvent aussi inspirer les sciences sociales par leurs positions et leurs observations au plus proche des expériences de leurs interlocuteurs. En plaçant les travaux de ces cinéastes au centre des interventions, ce colloque entend aussi réinterroger les modes de savoir et les constructions de sens produits par l’image.Avec la participation des cinéastes Édouard Beau, Stéphane Breton, John Gianvito, Clarisse Hahn, Florent Marcie et du Collectif de vidéastes ukrainiens BABYLON’ 13.(...)

Lire la suite

Little go girls d'Éliane De Latour

Projection-débat - Mardi 17 janvier 2017 - 18:00La projection sera suivie d'un débat en présence de la réalisatrice Éliane de Latour, cinéaste et anthropologue, directrice de recherches à l’Iris, avec Thomas Sotinel, critique cinéma au journal Le Monde et Eric Fassin, sociologue, professeur à Paris VIII. A Abidjan, les go de nuit empruntent un chemin chaotique entre délinquance et rapports tarifés dans les ghettos d'Abidjan, pour fuir les violences familiales. Très jeunes, analphabètes, largement musulmanes, elles sont prêtes à affronter le déshonneur et la mort pour un peu d'autonomie dont elles ont été privées dès le plus jeune âge. Entre le réveil et le tapin, le temps façonné par l’attente, les rêves, l’incertitude, laisse emerger une intimité presque silencieuse. Quelques unes tentent de renverser soudain leur mode d'existence pour tenter de gagner un peu de dignité à travers un nouveau projet de vie, la Casa des go. Les tensions sont telles qu’elles finissent par embaucher deux petites bonnes qu’elles rémunèrent 0,50€ par jour. Alors que les go commencent à sortir la tête du darkness, elles passent le relais de la servitude à des fillettes privées d’école comme elles au même âge. Sans doute suivront-elles le même chemin ? Le cercle se referme. Qui en sortira vraiment ?Voir la bande annonce du filmSéance organisée dans le cadre du Cycle "L'EHESS fait son ciné" proposé par la Direction de l’image et de l’audiovisuel (...)

Lire la suite

Origines et conditions d’apparition de la vie

Colloque - Mardi 11 octobre 2016 - 09:00La question des conditions d’apparition de la vie ou de la présence de la vie dans l’univers, longtemps considérée comme appartenant au domaine spéculatif, est en train de devenir un champ de recherche actif.Ce questionnement implique les sciences « dures » telle que l’astronomie et l’astrophysique – avec la découverte de planètes extrasolaires et l’exploration du Système Solaire par l’entremise de sondes spatiales, jusqu’à la chimie, la biologie et l’écologie – avec les derniers développements dans le monde prébiotique, l’émergence de la matière vivante et des systèmes écologiques et les étapes fondamentales de l’évolution. Ces questions impliquent tout autant les sciences humaines, comme l’histoire des sciences -avec l’histoire du questionnement des origines de la vie ou l’évolution des relations entre instrumentation scientifique et définition de la vie ; jusqu’à l’anthropologie – avec les variations culturelles de la perception et de la conception de la vie. Elles incitent, par ailleurs, à déporter le regard de la seule reconstitution des premières étapes de la vie pour considérer comme objectif la construction d’êtres « vivants » artificiels. Recréer la vie devrait en effet permettre de clarifier des questions telles que la façon dont la vie peut démarrer en tant que processus global, la probabilité de sa présence, la diversité qu’elle pourrait présenter dans d’autres mondes et, en dernier lieu, « ce qu’est » la vie.Plusieurs actions d’envergure focalisées sur ces questions ont ainsi récemment émergé dans les grandes universités internationales ou dans des fondations privées (Origins of life initiative à Harvard, Origins of Life Initiative à Munich, Earth-life Institute au Tokyo Institute of Technology, l’initiative de la Simons Foundation). Riche de l’activité de ses équipes en ce domaine ainsi que de la cartographie des savoirs susceptibles de l’étoffer, Paris Sciences et Lettres Research University a aussi souhaité aborder ces questions grâce à la mise en place récente d’un IRIS intitulé Origines et Conditions d’Apparition de la Vie.Le colloque de lancement sera l’occasion de confronter les perspectives adoptées par les grands centres mondiaux de recherche et de formation ainsi que d’en apprécier les motivations. Il montrera aussi que Paris, et de façon spécifique PSL Research University, dispose de tous les atouts pour aborder ce challenge scientifique. Inscription gratuite mais obligatoire par email à : appels-ocav@listes.univ-psl.fr(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Tél : 33 (0)1 49 54 25 05 - Fax : 33 0(1) 49 54 24 28
iris@ehess.fr
Accès

UNIVERSITE PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75 - Fax : 33 (0)1 48 38 88 62
iris@univ-paris13.fr
Accès

 


 

Liens rapides

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris