L'Iris | Axes de recherche

Axe 3 - La santé comme gouvernement des individus et des populations

Coordination : Boris Hauray et Giovanni Prete

Les questions de santé occupent une place croissante dans les sociétés contemporaines. L’augmentation des dépenses de santé dans les pays dits du Nord, l’attention politique et médiatique portée aux enjeux de santé publique et l’extension des domaines de la vie individuelle et collective pensés à l’aune de catégories médicales et sanitaires en sont autant d’indices. Cet axe réunit des chercheurs qui analysent ces transformations.

Il s’agit de souligner, d’une part, qu’elles ne sont pas le simple résultat du progrès des connaissances techniques, scientifiques et médicales, mais qu’elles sont aussi le produit de dynamiques complexes, faites d’alliances et de luttes entre acteurs médicaux, scientifiques, économiques, politiques et organisations non gouvernementales pour orienter, par exemple, la production des catégories et des connaissances, la définition de l’action publique ou l’évolution des conditions de vie et de travail.

Il s’agit, d’autre part, d’analyser les effets de ces évolutions, au-delà même de l’amélioration de la santé des populations, en prenant en compte leur impact sur les rapports de pouvoir et les inégalités dans les sociétés contemporaines. Pour explorer la dimension morale et politique de la santé, cet axe s’appuie sur la réalisation de programmes de recherche collectifs qui regroupent des compétences pluridisciplinaires. Trois chantiers sont ouverts :

Premier chantier : la construction des savoirs en santé et leurs usages

Les pratiques et les politiques en matière de santé sont adossées à la production de savoirs qui résultent eux-mêmes de la définition, de la collecte, de la circulation et de l’analyse de données. Les savoirs et données de santé sont par ailleurs utilisés au-delà du champ de la maladie, par exemple dans le domaine judiciaire.

Les recherches visent à analyser la construction de ces savoirs et données, et de leur "objectivité". Elles s’interrogent sur leurs usages prévus ou détournés, sur leur impact sur les individus ou les collectifs. Des projets étudient l’utilisation des données produites au sein des établissements de santé par les médecins, chercheurs en santé publique ou en SHS. Un groupe de travail ouvert a organisé une première journée d’étude Big Data & SHS : regards et intérêts croisés pour la santé publique en juin 2017, dans la perspective de constituer un Groupement d’Intérêt Scientifique "Big Data & SHS". D’autres chercheurs s’intéressent aux problématiques politiques et éthiques posées par la production et l’usage des données génétiques. Des recherches sont menées dans le domaine de la santé mentale, sur les troubles de conduite des adolescents.

Deuxième chantier : les rapports entre la santé et les intérêts économiques

Il s’agit d’étudier les conséquences sanitaires de l'activité professionnelle des individus et les risques pour la santé découlant de la poursuite d'objectifs économiques par les acteurs industriels : pollution environnementale, risques liés à la prise de médicaments… Pour analyser l'articulation difficile entre des objectifs sanitaires et des objectifs économiques, des recherches s’attachent à la compréhension des mécanismes qui conduisent au maintien de pratiques dangereuses ou moralement condamnées et à l’étude des politiques de régulation des activités économiques et professionnelles. Une des forces de ce chantier est de s'appuyer sur des études portant sur différents types d'activité, différents produits ou types de risque, mais aussi de se placer à plusieurs niveaux de l'espace social, du local à l'élaboration des législations nationales, européennes ou mondiales. Des enquêtes sont ainsi menées sur les expositions professionnelles cancérogènes en milieu industriel, sur les possibles origines professionnelles et/ou environnementales de cancers hématologiques dans la région d’Avignon, sur les risques sanitaires liés à l’utilisation des pesticides en France ou sur les conflits d´intérêts dans le domaine du médicament en France et en Europe.

Troisième chantier : les rapports entre santé, corps et individu

D’une part, de nombreux domaines et pratiques des individus autrefois pensés comme relevant de la vie quotidienne ou intime sont aujourd’hui saisis au travers de catégories médicales et/ou dans leurs conséquences sanitaires. Afin de saisir les multiples formes d’expression de cette évolution, des recherches sur des phénomènes divers sont entreprises. Dans le domaine de l’alimentation, il s’agit par exemple d’analyser comment l’émergence de nouveaux savoirs scientifiques contribuent à une modification du statut de l’alimentation et plus généralement des pratiques alimentaires. Dans le domaine des activités sportives, des projets interrogent les effets de la professionnalisation du sport sur la médicalisation du corps humain et le développement de dispositifs de performance.

Des recherches explorent, d’autre part, l’articulation entre le soin et d’autres formes de gouvernement des corps, en analysant les prises en charge médicales de personnes jugées potentiellement dangereuses ou en danger, leurs répercussions psychiques et physiques et, plus largement, ce qu’elles disent de l’évolution des frontières de l’intimité, en dialogue avec l'axe 2.

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

IRIS - EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Contacts
Accès

IRIS - UNIV. PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Contacts
Accès

 


 

Liens rapides

Twitter Iris

La Lettre de l'Iris

HAL - collection de l'Iris

Carnets de recherche