Sur l'agenda | Appels à contribution

Colloque international : L’altérité et l’identité à l’épreuve de la fluidité

Appel à communication > 17 juillet 2014

Colloque International - 17 et 18 novembre 2014 - Paris, France

L’altérité et l’identité à l’épreuve de la fluidité

Organisé par le groupe de recherche Frontières identitaires et Représentations de l’altérité

Institut des Mondes Africains/IMAF (site Raspail) - Université Fédérale du Rio Grande du Sul (Brésil)

 

Ce colloque se propose d’approfondir l’analyse des processus d’identification mis en tension dans les situations sociales d’hybridité et d’ambivalence. Les constructions identitaires sont au centre des problématiques sociétales contemporaines. De ce fait, on observe que certains remparts s’élèvent face à la fluidité des liens sociaux et intimes, ou encore à l’individualisme accru. L’un d’entre eux consiste, dans certains contextes, à se tourner vers des valeurs plus traditionnelles. Des espaces sociaux proposant des cadres de référence identitaires plus solides et fortement hiérarchisés peuvent alors s’imposer, que ce soit dans l’espace social, au sein de la famille ou du couple. Quels peuvent être ces diverses manifestations, parfois contradictoires, de recherche de structures traditionnelles, et comment s’accommodent-elles, ou pas, aux différentes transformations dans l’espace-temps historique et géographique, institutionnel et politique, social et intime ?

Ce colloque international s’intéresse aux phénomènes liés aux transformations de l’ordre social qui affectent les structures étatiques, les conditions de travail, la subjectivité, la production culturelle, la vie quotidienne et notre rapport à autrui. Nous nous proposons alors d’examiner les modalités d’identification attachées à l’évolution du « vivre ensemble » et du lien indéfectible de dépendance entre l’individu et le collectif, en tant que socle fondateur de la vie commune. Dans une optique multidisciplinaire, il s’agira d’explorer les approches analytiques multidimensionnelles et d’observer les processus de déconstruction et de résistance aux grands récits à caractère absolu.

L’objectif principal de ce colloque sera d’approfondir la critique sociale des discours sous-tendant les appartenances, les processus de subjectivation et d’identification à caractère éminemment négociable et révocable, et, par conséquent, l’impossibilité de les définir une fois pour toute. Nous nous engageons à questionner, d’une part, les ambivalences propres aux appartenances et aux besoins identitaires des acteurs sociaux et, d’autre part, la fluidité et l’affaiblissement des liens sociaux et du corps institutionnel au sein des sociétés modernes. Comment réaliser l’unité dans (malgré) la différence, et comment préserver la différence dans (malgré) l’unité ? Comment peut-on conjuguer l’instabilité et le caractère éphémère des identités sociales et la recherche de cadres référentiels plus structurants ?

Deux axes sont proposés :

I. Le corps, le soi et l’autre : la construction de la subjectivité à l’épreuve de la fluidité

D’un point de vue davantage axé sur l’expérience et le vécu des individus, nous nous poserons la question du comment le sujet moderne/contemporain se construit dans un contexte où les modèles traditionnels de « masculinité » et de « féminité » sont de plus en plus contestés (cf. les études de genre et les études queer). En amont, comment hommes et femmes construisent-ils/elles leurs identités de genre, de sexe et de sexualité dans leur rapport à soi et à l’autre – malgré les cadres normatifs trop structurés, naturalisés ou contraignants de leur vie privée ou publique ? Il s’agira aussi d’observer les relations amoureuses et intimes prises aux jeux/enjeux de la mondialisation et du brassage des différents modes d’existence occidentaux et orientaux. Dans ce même sillage, on se demandera quel est le rôle de la couleur de peau (sous l’optique intersectionelle : genre, race, sexe/sexualité, classe/statut social et couleur de peau) dans le contexte postcolonial ? Les idéologies du colour-blind sont-elles suffisamment opérantes face à la grandissante banalisation de la discrimination et du racisme au quotidien touchant les plus divers domaines de la vie commune ? Comment les hommes et les femmes  noirs(es) et métis(es) déploient-ils/elles leurs spécificités identitaires et leurs capacités d’agir sur les rapports sociaux ? Comment articulent-ils, ou pas, leurs positions au sein des rapports de pouvoir dans leurs vies privées ou publiques à la lumière des attentes marquées par la fluidité et la fragmentation des identifications propres à la pluralité de nos sociétés et aux forces de la biopolitique ?

II. Résistance et critique de l’espace institutionnel : entre fluidité et solidité

D'un point de vue davantage axé sur les espaces institutionnels, il s’agira d’explorer et d’analyser les changements contemporains liés aux instances sociales traditionnelles, telles la famille, l’école, le monde du travail, les partis politiques, l’église, etc. De quelle manière ces changements sociaux se révèlent-ils dans le choix individuel et collectif de la vie quotidienne des acteurs sociaux ? Quels modèles semblent pouvoir remplacer ces instances sociales traditionnelles, ou à l’inverse, comment résistent-elles aux changements ? En ce qui concerne d’autres espaces institutionnels, telles les frontières de l’État nation et de la territorialité, on essayera d’exploiter le champ critique du politique définissant, d’une part les processus fluides de transformation des liens frontaliers, et d’autre part les phénomènes de solidification de ces liens. Comment les liens sociaux, culturels et nationaux se représentent-ils dans l’espace-temps historique et géopolitique ? Comment les acteurs sociaux et politiques essayent-ils de composer avec les impératifs des enjeux de la globalisation, de définition frontalière et des marchés transnationaux, face à l’exclusion et la précarité touchant les populations le plus fragilisées ? Y aurait-il des instances de solidarité collective capables de concilier effectivement reconnaissance citoyenne, pluralisme et justice sociale avec un investissement économique d’envergure, tant au niveau institutionnel et étatique qu’au niveau du monde associatif ?

 

Calendrier

Les propositions de communication doivent être envoyées en français ou anglais (max. une page), avec une brève biographie indiquant le centre de rattachement et les recherches en cours (les communications portant sur de données empiriques sont particulièrement les bienvenues).

  • Réception des résumés/date limite : 17 juillet 2014
  • Résultat de sélection des propositions : 17 août 2014
  • Réception des communications : 20 octobre 2014

 

Contacts

Lenita Perrier et Marion Bottero. Adresse courriel : lperrier@msh-paris.fr

 

Organisateurs

  • Rémy Bazenguissa-Ganga (IMAf)
  • Lenita Perrier (IMAf)
  • Henrique Nardi (Université Fédérale du Rio Grande du Sul,IRIS-EHESS)
  • Marion Bottero (Université Paris X, Nanterre La Défense)

 

Comité Scientifique

  • Michael Banton (University of Bristol, United Kingdom)
  • Rémy Bazenguissa-Ganga (IMAF, France)
  • Abdelhamid Benkhattab (Université Sidi Mohamed Ben Abdallah, Maroc)
  • Jean Paul Colleyn (IMAF, France)
  • Pascale Gruson (Institute Marcel Mauss, CEMS-EHESS, France)
  • Henrique Nardi(UFRGS, Brésil, IRIS-EHESS, France)
  • João Pacheco de Oliveira (Museu Nacional, UFRJ, Brésil)
  • Lenita Perrier (IMAF, France)
  • Oscar Quintero (UniversidadNacional de Colombia, IRD-URMIS, France)
  • Angela Torresan (University of Manchester, United Kingdom)
  • Ulrike Zander(IMAF, France)

 

Comité d’organisation

  • Katia Machado (Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)
  • Marie-Catherine Scherer (IMAF, France)
  • Lionel Saporiti, (Université de Strasbourg)
  • Stéphanie Pouessel (IRMC, Tunis).

 

Quelques références non exhaustives ayant orienté notre réflexion :

AMSELLE, Jean-Louis (2011).L’ethnicisation de la France, Paris, Éditions Lignes.

APPADURAI, Arjun (2005). Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Éditions Payot & Rivages.

BANTON, Michael (1998). Racial Theories, UK, CambridgeUniversity Press.

BARTH, Fredrik (1969). Ethnic Groups and Boundaries, USA, Waveland Press, Inc.

BAUMAN, Zygmunt (2010). Identité, Paris, Éditions de l’Herne.

BAUMAN, Zygmunt (2005). Liquid Life, Cambridge, Polity Press Ltd.

BAUMAN, Zygmunt (2000). Liquid Modernity, Cambridge, Polity Press Ltd.

BAZENGUISSA-GANGA, Rémy (2012). « Paint it “Black”: How Africans and Afro-Caribbeans became « Black » in France », in T. D. Keaton, T. Sharpley-Whiting and T. Stovall, Black France – France Noire: the history and politics of Blackness, Durham: Duke University Press, pp. 184-217.

BHABHA, Homi (1994). The Location of Culture, London and New York, Routledge Classics 2004 by Routledge.

BONILLA-SILVA, Eduardo (2006). Racism Without Racists: Color-Blind Racism and the Persistence of Racial Inequality in the United States, Rowman &Littlefield.

BRUBAKER, Rogers (2001). Au-delà de l’identité, Actes de la Recherche, Centro de Sociologie Européenne du Collège de France et de l’EHESS, N° 139, pp. 66-85.

BUTLER, Judith (2004). Undoing Gender, New York, USA, Routledge.

ELIAS, Norbert Elias (1991 [1987]). La Société des Individus, Paris, Éditions Fayard, pour la traduction française.

ESSED, Philomena (1991 [1955]). Understanding Everyday Racism: An Interdisciplinary Theory, Sage Publications, London, The International Professional Publishers, Copyright 1999.

FANON, Frantz (1975[1952]). Peau Noire, Masques Blancs : Le négre et la psychopathologie, Paris, Éd. du Seuil.

FASSIN, Didier et FASSIN, Éric (2006). De la question sociale à la question raciale ? : Représenter la société française, Paris, Éditions La Découverte.

FASSIN, Éric (2005). L’invention de la question homosexuelle, Paris, Éditions Amsterdam.

FOUCAULT, M. (1976). Histoire de la sexualité I : la volonté de savoir, Paris, Gallimard.

FOUCAULT, M. (2004). Naissance de la Biopolitique : cours au collège de France 1978-1979, Paris, Gallimard-Seuil.

FRASER, Nancy (2008). Scales of Justice: Reimagining Political Space in a Globalizing World, USA, Polity Press. GILROY, Paul (1993). The Black Atlantic: Modernity and Double Consciousness, London and New York, Harvard University Press.

GOFFMAN, Erving (1975). Stigmate, les usages sociaux des handicaps, Les Éditions de Minuit, Paris.

HALL, Stuart (2007). Identités et Cultures : politiques des cultural studies, Paris, Éditions Amsterdam.

HONNETH, Axel (2008 [2006]). La société du mépris : vers une nouvelle Théorie critique, Paris, La Découverte.

LYOTARD, Jean-François (1979). La condition postmoderne : rapport sur le savoir, Paris, Éditions de Minuit.

NDIAYE, Pap (2008). La Condition Noire, Essai sur une minorité française, Paris, Calmann-Lévy.

SAID, Edward W. (1980 [1997]). L’Orientalism. L’Orient créé par l’Ocident, Paris, Éditions du Seuil.

SPIVAK, Gayatri Chakrovorty (1990). Strategy, Identity, Writing. In The Post-Colonial Critics: Interviews, Strategies, Dialogues, Sarah Harasym (ed.) New York and London, Routledge.

TOURAINE, Alain (1997). Pourrons-nous vivre ensemble ? Égaux et différents, Paris, Librairie Arthème Fayard, 72-La Flèche.

VERGÈS, Françoise ; BANCEL, Nicolas et BLANCHARD, Pascal (2003). La République Coloniale : Essai sur une utopie, Paris, Éditions Albin Michel S.A.

A consulter :

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

flux rss  EHESS

Cinémas d’insurrection

Colloque - Mercredi 22 février 2017 - 18:00Ce colloque est l’aboutissement d’un premier travail de recherche et de rencontre conduit avec des cinéastes et militants filmant de manière atypique les situations de conflits et post-conflits depuis plusieurs années ou décennies. L’objectif de ce colloque est donc de confronter les pratiques et les engagements d’artistes et de chercheurs enquêtant sur diverses situations de mobilisations ou de résistances armées, et sur la mémoire et l’amnésie constitutive de l’expérience historique des situations de post-conflits. Ces pratiques filmiques peuvent aussi inspirer les sciences sociales par leurs positions et leurs observations au plus proche des expériences de leurs interlocuteurs. En plaçant les travaux de ces cinéastes au centre des interventions, ce colloque entend aussi réinterroger les modes de savoir et les constructions de sens produits par l’image.Avec la participation des cinéastes Édouard Beau, Stéphane Breton, John Gianvito, Clarisse Hahn, Florent Marcie et du Collectif de vidéastes ukrainiens BABYLON’ 13.(...)

Lire la suite

Little go girls d'Éliane De Latour

Projection-débat - Mardi 17 janvier 2017 - 18:00La projection sera suivie d'un débat en présence de la réalisatrice Éliane de Latour, cinéaste et anthropologue, directrice de recherches à l’Iris, avec Thomas Sotinel, critique cinéma au journal Le Monde et Eric Fassin, sociologue, professeur à Paris VIII. A Abidjan, les go de nuit empruntent un chemin chaotique entre délinquance et rapports tarifés dans les ghettos d'Abidjan, pour fuir les violences familiales. Très jeunes, analphabètes, largement musulmanes, elles sont prêtes à affronter le déshonneur et la mort pour un peu d'autonomie dont elles ont été privées dès le plus jeune âge. Entre le réveil et le tapin, le temps façonné par l’attente, les rêves, l’incertitude, laisse emerger une intimité presque silencieuse. Quelques unes tentent de renverser soudain leur mode d'existence pour tenter de gagner un peu de dignité à travers un nouveau projet de vie, la Casa des go. Les tensions sont telles qu’elles finissent par embaucher deux petites bonnes qu’elles rémunèrent 0,50€ par jour. Alors que les go commencent à sortir la tête du darkness, elles passent le relais de la servitude à des fillettes privées d’école comme elles au même âge. Sans doute suivront-elles le même chemin ? Le cercle se referme. Qui en sortira vraiment ?Voir la bande annonce du filmSéance organisée dans le cadre du Cycle "L'EHESS fait son ciné" proposé par la Direction de l’image et de l’audiovisuel (...)

Lire la suite

Origines et conditions d’apparition de la vie

Colloque - Mardi 11 octobre 2016 - 09:00La question des conditions d’apparition de la vie ou de la présence de la vie dans l’univers, longtemps considérée comme appartenant au domaine spéculatif, est en train de devenir un champ de recherche actif.Ce questionnement implique les sciences « dures » telle que l’astronomie et l’astrophysique – avec la découverte de planètes extrasolaires et l’exploration du Système Solaire par l’entremise de sondes spatiales, jusqu’à la chimie, la biologie et l’écologie – avec les derniers développements dans le monde prébiotique, l’émergence de la matière vivante et des systèmes écologiques et les étapes fondamentales de l’évolution. Ces questions impliquent tout autant les sciences humaines, comme l’histoire des sciences -avec l’histoire du questionnement des origines de la vie ou l’évolution des relations entre instrumentation scientifique et définition de la vie ; jusqu’à l’anthropologie – avec les variations culturelles de la perception et de la conception de la vie. Elles incitent, par ailleurs, à déporter le regard de la seule reconstitution des premières étapes de la vie pour considérer comme objectif la construction d’êtres « vivants » artificiels. Recréer la vie devrait en effet permettre de clarifier des questions telles que la façon dont la vie peut démarrer en tant que processus global, la probabilité de sa présence, la diversité qu’elle pourrait présenter dans d’autres mondes et, en dernier lieu, « ce qu’est » la vie.Plusieurs actions d’envergure focalisées sur ces questions ont ainsi récemment émergé dans les grandes universités internationales ou dans des fondations privées (Origins of life initiative à Harvard, Origins of Life Initiative à Munich, Earth-life Institute au Tokyo Institute of Technology, l’initiative de la Simons Foundation). Riche de l’activité de ses équipes en ce domaine ainsi que de la cartographie des savoirs susceptibles de l’étoffer, Paris Sciences et Lettres Research University a aussi souhaité aborder ces questions grâce à la mise en place récente d’un IRIS intitulé Origines et Conditions d’Apparition de la Vie.Le colloque de lancement sera l’occasion de confronter les perspectives adoptées par les grands centres mondiaux de recherche et de formation ainsi que d’en apprécier les motivations. Il montrera aussi que Paris, et de façon spécifique PSL Research University, dispose de tous les atouts pour aborder ce challenge scientifique. Inscription gratuite mais obligatoire par email à : appels-ocav@listes.univ-psl.fr(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

EHESS
190-198 avenue de France, 75244 Paris cedex 13

Attention ! Nouvelle adresse à partir du 1er avril 2017 :
54 bd Raspail 75006 Paris

Tél : 33 (0)1 49 54 25 05 - Fax : 33 0(1) 49 54 24 28
iris@ehess.fr
Accès

UNIVERSITE PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75 - Fax : 33 (0)1 48 38 88 62
iris@univ-paris13.fr
Accès

 


 

Liens rapides

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris