Sur l'agenda | Appels à contribution

Colloque international : L’altérité et l’identité à l’épreuve de la fluidité

Appel à communication > 17 juillet 2014

Colloque International - 17 et 18 novembre 2014 - Paris, France

L’altérité et l’identité à l’épreuve de la fluidité

Organisé par le groupe de recherche Frontières identitaires et Représentations de l’altérité

Institut des Mondes Africains/IMAF (site Raspail) - Université Fédérale du Rio Grande du Sul (Brésil)

 

Ce colloque se propose d’approfondir l’analyse des processus d’identification mis en tension dans les situations sociales d’hybridité et d’ambivalence. Les constructions identitaires sont au centre des problématiques sociétales contemporaines. De ce fait, on observe que certains remparts s’élèvent face à la fluidité des liens sociaux et intimes, ou encore à l’individualisme accru. L’un d’entre eux consiste, dans certains contextes, à se tourner vers des valeurs plus traditionnelles. Des espaces sociaux proposant des cadres de référence identitaires plus solides et fortement hiérarchisés peuvent alors s’imposer, que ce soit dans l’espace social, au sein de la famille ou du couple. Quels peuvent être ces diverses manifestations, parfois contradictoires, de recherche de structures traditionnelles, et comment s’accommodent-elles, ou pas, aux différentes transformations dans l’espace-temps historique et géographique, institutionnel et politique, social et intime ?

Ce colloque international s’intéresse aux phénomènes liés aux transformations de l’ordre social qui affectent les structures étatiques, les conditions de travail, la subjectivité, la production culturelle, la vie quotidienne et notre rapport à autrui. Nous nous proposons alors d’examiner les modalités d’identification attachées à l’évolution du « vivre ensemble » et du lien indéfectible de dépendance entre l’individu et le collectif, en tant que socle fondateur de la vie commune. Dans une optique multidisciplinaire, il s’agira d’explorer les approches analytiques multidimensionnelles et d’observer les processus de déconstruction et de résistance aux grands récits à caractère absolu.

L’objectif principal de ce colloque sera d’approfondir la critique sociale des discours sous-tendant les appartenances, les processus de subjectivation et d’identification à caractère éminemment négociable et révocable, et, par conséquent, l’impossibilité de les définir une fois pour toute. Nous nous engageons à questionner, d’une part, les ambivalences propres aux appartenances et aux besoins identitaires des acteurs sociaux et, d’autre part, la fluidité et l’affaiblissement des liens sociaux et du corps institutionnel au sein des sociétés modernes. Comment réaliser l’unité dans (malgré) la différence, et comment préserver la différence dans (malgré) l’unité ? Comment peut-on conjuguer l’instabilité et le caractère éphémère des identités sociales et la recherche de cadres référentiels plus structurants ?

Deux axes sont proposés :

I. Le corps, le soi et l’autre : la construction de la subjectivité à l’épreuve de la fluidité

D’un point de vue davantage axé sur l’expérience et le vécu des individus, nous nous poserons la question du comment le sujet moderne/contemporain se construit dans un contexte où les modèles traditionnels de « masculinité » et de « féminité » sont de plus en plus contestés (cf. les études de genre et les études queer). En amont, comment hommes et femmes construisent-ils/elles leurs identités de genre, de sexe et de sexualité dans leur rapport à soi et à l’autre – malgré les cadres normatifs trop structurés, naturalisés ou contraignants de leur vie privée ou publique ? Il s’agira aussi d’observer les relations amoureuses et intimes prises aux jeux/enjeux de la mondialisation et du brassage des différents modes d’existence occidentaux et orientaux. Dans ce même sillage, on se demandera quel est le rôle de la couleur de peau (sous l’optique intersectionelle : genre, race, sexe/sexualité, classe/statut social et couleur de peau) dans le contexte postcolonial ? Les idéologies du colour-blind sont-elles suffisamment opérantes face à la grandissante banalisation de la discrimination et du racisme au quotidien touchant les plus divers domaines de la vie commune ? Comment les hommes et les femmes  noirs(es) et métis(es) déploient-ils/elles leurs spécificités identitaires et leurs capacités d’agir sur les rapports sociaux ? Comment articulent-ils, ou pas, leurs positions au sein des rapports de pouvoir dans leurs vies privées ou publiques à la lumière des attentes marquées par la fluidité et la fragmentation des identifications propres à la pluralité de nos sociétés et aux forces de la biopolitique ?

II. Résistance et critique de l’espace institutionnel : entre fluidité et solidité

D'un point de vue davantage axé sur les espaces institutionnels, il s’agira d’explorer et d’analyser les changements contemporains liés aux instances sociales traditionnelles, telles la famille, l’école, le monde du travail, les partis politiques, l’église, etc. De quelle manière ces changements sociaux se révèlent-ils dans le choix individuel et collectif de la vie quotidienne des acteurs sociaux ? Quels modèles semblent pouvoir remplacer ces instances sociales traditionnelles, ou à l’inverse, comment résistent-elles aux changements ? En ce qui concerne d’autres espaces institutionnels, telles les frontières de l’État nation et de la territorialité, on essayera d’exploiter le champ critique du politique définissant, d’une part les processus fluides de transformation des liens frontaliers, et d’autre part les phénomènes de solidification de ces liens. Comment les liens sociaux, culturels et nationaux se représentent-ils dans l’espace-temps historique et géopolitique ? Comment les acteurs sociaux et politiques essayent-ils de composer avec les impératifs des enjeux de la globalisation, de définition frontalière et des marchés transnationaux, face à l’exclusion et la précarité touchant les populations le plus fragilisées ? Y aurait-il des instances de solidarité collective capables de concilier effectivement reconnaissance citoyenne, pluralisme et justice sociale avec un investissement économique d’envergure, tant au niveau institutionnel et étatique qu’au niveau du monde associatif ?

 

Calendrier

Les propositions de communication doivent être envoyées en français ou anglais (max. une page), avec une brève biographie indiquant le centre de rattachement et les recherches en cours (les communications portant sur de données empiriques sont particulièrement les bienvenues).

  • Réception des résumés/date limite : 17 juillet 2014
  • Résultat de sélection des propositions : 17 août 2014
  • Réception des communications : 20 octobre 2014

 

Contacts

Lenita Perrier et Marion Bottero. Adresse courriel : lperrier@msh-paris.fr

 

Organisateurs

  • Rémy Bazenguissa-Ganga (IMAf)
  • Lenita Perrier (IMAf)
  • Henrique Nardi (Université Fédérale du Rio Grande du Sul,IRIS-EHESS)
  • Marion Bottero (Université Paris X, Nanterre La Défense)

 

Comité Scientifique

  • Michael Banton (University of Bristol, United Kingdom)
  • Rémy Bazenguissa-Ganga (IMAF, France)
  • Abdelhamid Benkhattab (Université Sidi Mohamed Ben Abdallah, Maroc)
  • Jean Paul Colleyn (IMAF, France)
  • Pascale Gruson (Institute Marcel Mauss, CEMS-EHESS, France)
  • Henrique Nardi(UFRGS, Brésil, IRIS-EHESS, France)
  • João Pacheco de Oliveira (Museu Nacional, UFRJ, Brésil)
  • Lenita Perrier (IMAF, France)
  • Oscar Quintero (UniversidadNacional de Colombia, IRD-URMIS, France)
  • Angela Torresan (University of Manchester, United Kingdom)
  • Ulrike Zander(IMAF, France)

 

Comité d’organisation

  • Katia Machado (Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)
  • Marie-Catherine Scherer (IMAF, France)
  • Lionel Saporiti, (Université de Strasbourg)
  • Stéphanie Pouessel (IRMC, Tunis).

 

Quelques références non exhaustives ayant orienté notre réflexion :

AMSELLE, Jean-Louis (2011).L’ethnicisation de la France, Paris, Éditions Lignes.

APPADURAI, Arjun (2005). Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Éditions Payot & Rivages.

BANTON, Michael (1998). Racial Theories, UK, CambridgeUniversity Press.

BARTH, Fredrik (1969). Ethnic Groups and Boundaries, USA, Waveland Press, Inc.

BAUMAN, Zygmunt (2010). Identité, Paris, Éditions de l’Herne.

BAUMAN, Zygmunt (2005). Liquid Life, Cambridge, Polity Press Ltd.

BAUMAN, Zygmunt (2000). Liquid Modernity, Cambridge, Polity Press Ltd.

BAZENGUISSA-GANGA, Rémy (2012). « Paint it “Black”: How Africans and Afro-Caribbeans became « Black » in France », in T. D. Keaton, T. Sharpley-Whiting and T. Stovall, Black France – France Noire: the history and politics of Blackness, Durham: Duke University Press, pp. 184-217.

BHABHA, Homi (1994). The Location of Culture, London and New York, Routledge Classics 2004 by Routledge.

BONILLA-SILVA, Eduardo (2006). Racism Without Racists: Color-Blind Racism and the Persistence of Racial Inequality in the United States, Rowman &Littlefield.

BRUBAKER, Rogers (2001). Au-delà de l’identité, Actes de la Recherche, Centro de Sociologie Européenne du Collège de France et de l’EHESS, N° 139, pp. 66-85.

BUTLER, Judith (2004). Undoing Gender, New York, USA, Routledge.

ELIAS, Norbert Elias (1991 [1987]). La Société des Individus, Paris, Éditions Fayard, pour la traduction française.

ESSED, Philomena (1991 [1955]). Understanding Everyday Racism: An Interdisciplinary Theory, Sage Publications, London, The International Professional Publishers, Copyright 1999.

FANON, Frantz (1975[1952]). Peau Noire, Masques Blancs : Le négre et la psychopathologie, Paris, Éd. du Seuil.

FASSIN, Didier et FASSIN, Éric (2006). De la question sociale à la question raciale ? : Représenter la société française, Paris, Éditions La Découverte.

FASSIN, Éric (2005). L’invention de la question homosexuelle, Paris, Éditions Amsterdam.

FOUCAULT, M. (1976). Histoire de la sexualité I : la volonté de savoir, Paris, Gallimard.

FOUCAULT, M. (2004). Naissance de la Biopolitique : cours au collège de France 1978-1979, Paris, Gallimard-Seuil.

FRASER, Nancy (2008). Scales of Justice: Reimagining Political Space in a Globalizing World, USA, Polity Press. GILROY, Paul (1993). The Black Atlantic: Modernity and Double Consciousness, London and New York, Harvard University Press.

GOFFMAN, Erving (1975). Stigmate, les usages sociaux des handicaps, Les Éditions de Minuit, Paris.

HALL, Stuart (2007). Identités et Cultures : politiques des cultural studies, Paris, Éditions Amsterdam.

HONNETH, Axel (2008 [2006]). La société du mépris : vers une nouvelle Théorie critique, Paris, La Découverte.

LYOTARD, Jean-François (1979). La condition postmoderne : rapport sur le savoir, Paris, Éditions de Minuit.

NDIAYE, Pap (2008). La Condition Noire, Essai sur une minorité française, Paris, Calmann-Lévy.

SAID, Edward W. (1980 [1997]). L’Orientalism. L’Orient créé par l’Ocident, Paris, Éditions du Seuil.

SPIVAK, Gayatri Chakrovorty (1990). Strategy, Identity, Writing. In The Post-Colonial Critics: Interviews, Strategies, Dialogues, Sarah Harasym (ed.) New York and London, Routledge.

TOURAINE, Alain (1997). Pourrons-nous vivre ensemble ? Égaux et différents, Paris, Librairie Arthème Fayard, 72-La Flèche.

VERGÈS, Françoise ; BANCEL, Nicolas et BLANCHARD, Pascal (2003). La République Coloniale : Essai sur une utopie, Paris, Éditions Albin Michel S.A.

A consulter :

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

flux rss  EHESS

Afrique et Moyen-Orient

Débat - Mardi 17 octobre 2017 - 13:00Débat autour des Cahiers d’Études africaines, n°226, 2017, « Élites de retour de l’Est » et de la REMi, Revue européenne des migrations internationales, vol. 32, n°2, 2016, « Former des élites : mobilités des étudiants d’Afrique au nord du Sahara dans les pays de l’ex-bloc socialiste »  avec plusieurs articles issus des recherches menées dans le cadre du programme ELITAF « Élites africaines formées dans l’ex-bloc socialiste »  Programme 13h - Accueil des participants 14h - Présentation des deux revues Cahiers d’Études africaines, par Eloi Ficquet Revue européenne des migrations internationales, REMI, par Marie-Antoinette Hily  14h15 - Introduction aux : N°226 des Cahiers d’Études africaines par Patrice Yengo N°2, 2016 de la REMI par Michèle Leclerc-Olive  14h45 - Interventions des discutants Elikia M’Bokolo, directeur d’études à l’EHESS, IMAF Gabrielle Chomentowski, post-doctorante, INALCO, Sorbonne Paris-Cité, Programme de recherches Sociétés plurielles Didier Nativel, professeur à l’Université Paris VII, CESSMA Président : Jean-Bernard Ouédraogo, directeur de recherches au CNRS, directeur d’études à l’EHESS, IIAC  16h - Débat général avec la participation de plusieurs des auteurs (...)

Lire la suite

Big data & SHS

Journée(s) d'étude - Vendredi 16 juin 2017 - 09:00 "Big data & SHS - Regards et intérêts croisés pour la santé publique", journée d’étude organisée par Thomas Lefèvre & Sandrine de Montgolfier UMR8156 - U997.11 chercheurs français et étrangers en santé publique, venus des sciences sociales, de la médecine, de l'informatique, de l'épidémiologie partageront et croiseront leur regard, leurs expériences et leur intérêt pour la santé publique, au double prisme des Big Data et des sciences humaines et sociales.MatinéeSébastien Dalgalarrondo, CNRS Iris & INSEP, sociologie de la santé"Quantified self" et sportXavier Briffault, CNRS CERMES3, sciences sociales et épistémologie de la santéConséquences pratiques et épistémologiques du développement des objets connectés et big data en santé mentaleLuc Rocher, Université catholique de Louvain, Institute of Information and Communication TechnologiesComputational Privacy: on how human behavior bounds privacy and the privacy-conscientious use of big dataJoëlle Vailly, INSERM Iris, sociologie & anthropologieNouvel usage policier des données génétiques, une perspective anthropologiqueBenjamin Derbez, Mines ParisTech, Centre de Sociologie de l’InnovationLes bases de données de variants génétiques : un enjeu d’économie de la connaissance entre recherche et cliniqueAprès-midiCyrille Delpierre, INSERM & Université Toulouse III, épidémiologisteQuel apport du big data pour l'exploration des inégalités sociales de santé ?Louise Potvin, École de santé publique Université de Montréal, Chaire de recherche du Canada sur les approches communautaires et inégalités de santéD’où vient la complexité des interventions en santé des populations et comment la modéliser ?Nelly Robin, Université de Poitiers CNRS MIGRINTER, géographie avec Lakhdar Saïs Université d'Artois, Centre de Recherche en Informatique de LensParcours Migratoires et Données Multi-Sources. Des bases de données à la fouille de données en passant par l’intelligence artificielle, une méthodologie inédite pour réinterroger les espaces et les temporalités de la Traite des enfants et des femmesAlexandre Delanoë, CNRS Institut des Systèmes Complexes, sociologie, Chef de projet de la plateforme de fouille textuelle GargantextGargantext : comment faire un état de l'art en quelques minutesSandrine de Montgolfier, UPEC & INSERM Iris, épistémologie et histoire des sciences du vivantEnjeux éthiques soulevés par l’accès aux données de séquençage en oncogénétique du point de vue des professionnelsThomas Lefèvre, UP13 Iris & Hôpital Jean Verdier, médecineRetour d’expérience du groupe de réflexion ministériel « big data en santé » ; recommandations et analyses  (...)

Lire la suite

Cinémas d’insurrection

Colloque - Mercredi 22 février 2017 - 18:00Ce colloque est l’aboutissement d’un premier travail de recherche et de rencontre conduit avec des cinéastes et militants filmant de manière atypique les situations de conflits et post-conflits depuis plusieurs années ou décennies. L’objectif de ce colloque est donc de confronter les pratiques et les engagements d’artistes et de chercheurs enquêtant sur diverses situations de mobilisations ou de résistances armées, et sur la mémoire et l’amnésie constitutive de l’expérience historique des situations de post-conflits. Ces pratiques filmiques peuvent aussi inspirer les sciences sociales par leurs positions et leurs observations au plus proche des expériences de leurs interlocuteurs. En plaçant les travaux de ces cinéastes au centre des interventions, ce colloque entend aussi réinterroger les modes de savoir et les constructions de sens produits par l’image.Avec la participation des cinéastes Édouard Beau, Stéphane Breton, John Gianvito, Clarisse Hahn, Florent Marcie et du Collectif de vidéastes ukrainiens BABYLON’ 13.(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Tél : 33 (0)1 49 54 25 05 - Fax : 33 0(1) 49 54 24 28
iris@ehess.fr
Accès

UNIVERSITE PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75 - Fax : 33 (0)1 48 38 88 62
iris@univ-paris13.fr
Accès

 


 

Liens rapides

La Lettre de l'Iris

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris