Sur l'agenda | Appels à contribution

AAC > Masculinités et Santé > 15 avril 2016

Revue Recherches sociologiques & anthropologiques. Dossier coordonné par Hélène Bretin, Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux

Appel à contributions : Masculinités et Santé

Revue Recherches sociologiques & anthropologiques

Dossier coordonné par Hélène Bretin, Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux

Laboratoire Iris UMR 8156 CNRS - 723 Inserm - EHESS -UP 13

Argumentaire

De nombreuses recherches portant sur les masculinités dans le domaine de la santé ont été menées dans l'univers académique anglo-saxon depuis les années 1980 et surtout 1990 (Connell, Kippax, 1990, Dowsett, 1996). Centrées sur la socialisation masculine et prêtant aisément à l'essentialisation des rôles de sexe (Harrison, 1978), les premières recherches concernaient principalement la « santé des hommes » au sens des spécificités pathologiques du corps biologique masculin (cancer de la prostate, pathologies génitales masculines) et de la socialisation masculine (violence dans les rapports de genre, suicide, etc.). Des travaux ont ensuite davantage pris en considération le contexte social dans lequel la « santé des hommes » devait être inscrite pour fournir des clés explicatives plus pertinentes (Courtenay, 2000). Cependant, elles n'ont généralement pas échappé à un réductivisme associant mécaniquement « masculinité hégémonique » (Connell, 2014) et prise de risque, alors même que des enquêtes ethnographiques montraient que les masculinités les plus traditionnelles peuvent recéler des pratiques de prévention par les pairs non négligeables, par exemple en associant le fait d'être un homme « responsable » et « adulte » à un mode de vie sain, incitant ainsi à boire « moins d'alcool » (Creighton, Oliffe, 2010, Gaussot, Palierne, 2011).

Le rôle des pairs, la socialisation masculine et la « santé communautaire » constituent dès lors des objets d’étude privilégiés pour une approche de la santé par la construction sociale de la masculinité. Parallèlement, la question de l’intervention par et/ou auprès des hommes devient cruciale. Les aspects genrés de l’intervention, l’empowerment des hommes face à leur santé, le rapport entre masculinité et recours au soin constituent autant de pistes qui méritent d’être explorées, qu’il s’agisse de recherche fondamentale (Courtenay, 2000) ou de recherches interventionnelles menées dans divers contextes (Morrell, 2001).

Cette approche conduit à explorer de « nouvelles scènes » des masculinités (Connell, 2015) et à s’intéresser aux nouvelles forces de domination issues de la marchandisation des biens de santé. Par exemple, comment le management industriel hautement masculinisé (Connell, Wood, 2005) pèse-t-il sur l’organisation de la recherche, sur le développement des médicaments ou sur la communication afférente (Asberg, Johnson, 2009) ? Des terrains émergent-ils à l’intersection entre les études de genre et les études sur l’environnement ou l’alimentation : schémas genrés du rapport à l’environnement et à ses effets ; hégémonie masculine dans les industries provoquant des dégâts sanitaires/environnementaux ; rapport masculin à l’alimentation ou stratégies de ciblage des hommes par les industries agroalimentaires ?...

L’ambition du dossier est de réunir des propositions originales, issues des diverses disciplines en sciences sociales, sur un sujet encore peu traité dans l’espace francophone. Travailler sur les masculinités ne saurait se réduire au fait de travailler sur les hommes. Ainsi, nous encourageons les propositions questionnant les aspects relationnels du genre et éclairant la continuité entre les recherches sur les masculinités, les études de genre et le féminisme. De même, nous encourageons les propositions consacrées aux masculinités au sein des groupes minoritaires, à l’instar des masculinités trans ou racisées.

Soumission des propositions

  • Les propositions de 700 mots max. devront être envoyées aux trois coordinateurs/trices du numéro pour le 15 avril 2016 aux adresses suivantes : helene.bretin@gmail.com, meoin.hagege@gmail.com et arthur.vuattoux@gmail.com
  • Titre explicite (provisoire) ; Nom(s) et rattachement institutionnel de l’auteur-e ou des auteur-e-s ; Présentation de la problématique ; Description du/des terrains étudiés et de la méthodologie utilisée ; Principaux éléments développés.
  • Critères de sélection : adéquation au sujet ; qualité de la proposition ; respect des normes de soumission

Calendrier

  • 15 avril : réception des propositions
  • Mi-mai : avertissement des auteur-e-s sélectionné-e-s et consignes éditoriales
  • Fin Septembre 2016 : réception des articles
  • Décembre 2016 : transmission des évaluations aux auteur-e-s
  • Début février 2017 : dépôt seconde version (sous réserve d’acceptation par le comité de lecture)
  • Mars-mai 2017 : dernières vérifications et retouches de fond si nécessaire ; Préparation du texte pour publication en juin 2017

Consignes aux auteurs

Les articles soumis à la revue ne doivent pas dépasser 50 000 signes (espaces compris) et répondre aux critères de rédaction de la revue (http://rsa.revues.org/139). Ils seront accompagnés, dans leur version finale, de :

  • un résumé court de 1000 signes max
  • un résumé "structuré" (sujet étudié, théorie, méthode, résultats, discussion de ceux-ci) de 4500 signes env.
  • 4/5 mots clés
  • le rattachement institutionnel de l’auteur-e

A consulter :

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

IRIS - EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Contacts
Accès

IRIS - UNIV. PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Contacts
Accès

 


 

Liens rapides

Twitter Iris

La Lettre de l'Iris

HAL - collection de l'Iris

Carnets de recherche