Sur l'agenda | Soutenances de thèse

Jérôme Beauchez > Résister en corps. Une ethnographie de l'adversité

Soutenance d'habilitation à diriger des recherches, mardi 14 novembre 2017 à 13h00, EHESS 54 boulevard Raspail 75006 Paris, salle AS1_23

A partir d’ethnographies multi-situées et d’une démarche d’enquête particulièrement sensible aux comparaisons, mes recherches décrivent l’épreuve des dominations à l’état incarné : au plus près des corps et des vies qu’elle traverse. Tandis qu’une telle expérience se produit partout où s’exercent des rapports dissymétriques de pouvoir (aussi bien dans les relations entre les genres, les ethnies ou les classes sociales), la sociologie et l’anthropologie françaises l’ont jusqu’alors comprise ou expliquée en insistant principalement sur le même côté de la relation : c’est-à-dire sur le pouvoir au sens de ce qu’il dit ou fait dire (cf. Michel Foucault), compte tenu des effets d’imposition et des violences symboliques qu’il produit (cf. Pierre Bourdieu). Si bien qu’au tableau sociologique des « dominations ordinaires » continue de manquer en France l’esquisse d’une contrepartie pourtant bien réelle : celle des épreuves et des types de critiques que ces rapports de domination peuvent susciter en termes de « résistances ordinaires » des subordonnés. Mes travaux visent par conséquent l’analyse circonstanciée de cet autre côté de l’interaction : celui des résistances, appréhendées comme des formes socialement construites de (contre)pouvoirs décrits au contact quotidien de celles et ceux qui les incarnent en chair et en os.

Mes enquêtes ethnographiques portent dès lors sur certains groupes parmi : les minorités ultramarines mises à l’épreuve de nos « tristes tropiques », les héritiers des immigrations pris dans le quotidien des banlieues, ainsi que les représentants de différentes subcultures labellisées comme « déviantes » (skinheads, punks et toxicomanes). De l’expérience à l’objet, je m’appuie sur la première pour constituer le second de sorte à tracer la silhouette épistémologique de ces résistances ordinaires dont l’étude constitue le dénominateur commun de mes engagements de chercheur. C’est dire qu’à la diversité des terrains abordés répond le rassemblement de l’enquête autour de cette problématique des résistances – et des pouvoirs d’agir qu’elles supposent – en transcendance de tel ou tel cas particulier. La centralité d’un tel travail, dont l’ensemble des dimensions ethnographiques se rejoignent sur un même problème diversement documenté, garantit tout autant la cohérence scientifique du projet qu’elle présente un gage de solidité pour une recherche appelée à se saisir d’une question jadis placée par Georg Simmel et Max Weber au fondement des sciences sociales : la question des rapports de domination.

  • Mots-clés : Ethnographie – corps – domination – résistances ordinaires – (sub)cultures populaires

Composition du jury

  • M. Daniel Cefaï (Garant), EHESS
  • M. Ahmed Boubeker, Université de Lyon 2 – Saint Etienne
  • M. Yves Cohen, EHESS
  • Mme Eliane De Latour, CNRS
  • M. Jean-François Lae, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis
  • M. David  Le Breton, Université de Strasbourg

Informations pratiques

  • Mardi 14 novembre, 13h00
  • EHESS, 54 boulevard Raspail 75006 Paris, salle AS1_23

*****

Based on multi-sited ethnographies and an investigative approach with a strong comparative focus, my research describes the embodied ordeals of domination from a vantage point situated as close as possible to the bodies and lives of the dominated. While such ordeals can occur wherever dissymmetrical relations of power exist (in relations between genders, ethnic groups or social classes), until now French sociology and anthropology have understood or explained them by insisting mainly on the same “side” of the relationship. That is to say, they have focused on power in the sense of what it says or means (cf. Michel Foucault), taking into account the effects of imposition and the “symbolic violence” that it produces (cf. Pierre Bourdieu). The result is that the sociological chart of these different forms of “ordinary domination” is still lacking an outline of this very real counterpart in France: the ordeals and critiques that this domination can bring about in terms of the “ordinary resistance” put up by the dominated. My work consists in conducting a comparative sociology of a certain number of their mechanisms, seen as socially constructed forms of (counter)powers embodied by concrete actors. I therefore focus on detailed analysis of the other side of the interaction, on the side of resistance, understood as socially constructed forms of (contra)powers. I seek to describe these in the closest contact possible with the people who embody them in flesh and blood.

In this way, my ethnographic survey focuses on certain groups among the overseas minorities enduring our “tristes tropiques”, the descendants of immigration caught up in the daily life of deprived neighbourhoods, and the representatives of different subcultures labelled as “deviant” (skinheads, punks and drug addicts). From experience to object, I rely on the former to construe the latter with a view to tracing the epistemological outline of these ordinary forms of resistance – the common denominator in my commitment to research. Within the diverse range of practical situations addressed by my different inquiries, “everyday resistance” – and the power to act that it supposes – is the key issue drawing together my work beyond the specificities of individual case studies. The centrality of this work structured around a single, but diversely documented, key problem both ensures the epistemological coherence of the project and evidences the solidity of this research addressing the question that Georg Simmel and Max Weber located at the very foundation of the social sciences: the question of relationships of domination.

  • Keywords : Ethnography – body – domination – everyday resistances – popular (sub)cultures

A consulter :

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

flux rss  EHESS

Afrique et Moyen-Orient

Débat - Mardi 17 octobre 2017 - 13:00Débat autour des Cahiers d’Études africaines, n°226, 2017, « Élites de retour de l’Est » et de la REMi, Revue européenne des migrations internationales, vol. 32, n°2, 2016, « Former des élites : mobilités des étudiants d’Afrique au nord du Sahara dans les pays de l’ex-bloc socialiste »  avec plusieurs articles issus des recherches menées dans le cadre du programme ELITAF « Élites africaines formées dans l’ex-bloc socialiste »  Programme 13h - Accueil des participants 14h - Présentation des deux revues Cahiers d’Études africaines, par Eloi Ficquet Revue européenne des migrations internationales, REMI, par Marie-Antoinette Hily  14h15 - Introduction aux : N°226 des Cahiers d’Études africaines par Patrice Yengo N°2, 2016 de la REMI par Michèle Leclerc-Olive  14h45 - Interventions des discutants Elikia M’Bokolo, directeur d’études à l’EHESS, IMAF Gabrielle Chomentowski, post-doctorante, INALCO, Sorbonne Paris-Cité, Programme de recherches Sociétés plurielles Didier Nativel, professeur à l’Université Paris VII, CESSMA Président : Jean-Bernard Ouédraogo, directeur de recherches au CNRS, directeur d’études à l’EHESS, IIAC  16h - Débat général avec la participation de plusieurs des auteurs (...)

Lire la suite

Big data & SHS

Journée(s) d'étude - Vendredi 16 juin 2017 - 09:00 "Big data & SHS - Regards et intérêts croisés pour la santé publique", journée d’étude organisée par Thomas Lefèvre & Sandrine de Montgolfier UMR8156 - U997.11 chercheurs français et étrangers en santé publique, venus des sciences sociales, de la médecine, de l'informatique, de l'épidémiologie partageront et croiseront leur regard, leurs expériences et leur intérêt pour la santé publique, au double prisme des Big Data et des sciences humaines et sociales.MatinéeSébastien Dalgalarrondo, CNRS Iris & INSEP, sociologie de la santé"Quantified self" et sportXavier Briffault, CNRS CERMES3, sciences sociales et épistémologie de la santéConséquences pratiques et épistémologiques du développement des objets connectés et big data en santé mentaleLuc Rocher, Université catholique de Louvain, Institute of Information and Communication TechnologiesComputational Privacy: on how human behavior bounds privacy and the privacy-conscientious use of big dataJoëlle Vailly, INSERM Iris, sociologie & anthropologieNouvel usage policier des données génétiques, une perspective anthropologiqueBenjamin Derbez, Mines ParisTech, Centre de Sociologie de l’InnovationLes bases de données de variants génétiques : un enjeu d’économie de la connaissance entre recherche et cliniqueAprès-midiCyrille Delpierre, INSERM & Université Toulouse III, épidémiologisteQuel apport du big data pour l'exploration des inégalités sociales de santé ?Louise Potvin, École de santé publique Université de Montréal, Chaire de recherche du Canada sur les approches communautaires et inégalités de santéD’où vient la complexité des interventions en santé des populations et comment la modéliser ?Nelly Robin, Université de Poitiers CNRS MIGRINTER, géographie avec Lakhdar Saïs Université d'Artois, Centre de Recherche en Informatique de LensParcours Migratoires et Données Multi-Sources. Des bases de données à la fouille de données en passant par l’intelligence artificielle, une méthodologie inédite pour réinterroger les espaces et les temporalités de la Traite des enfants et des femmesAlexandre Delanoë, CNRS Institut des Systèmes Complexes, sociologie, Chef de projet de la plateforme de fouille textuelle GargantextGargantext : comment faire un état de l'art en quelques minutesSandrine de Montgolfier, UPEC & INSERM Iris, épistémologie et histoire des sciences du vivantEnjeux éthiques soulevés par l’accès aux données de séquençage en oncogénétique du point de vue des professionnelsThomas Lefèvre, UP13 Iris & Hôpital Jean Verdier, médecineRetour d’expérience du groupe de réflexion ministériel « big data en santé » ; recommandations et analyses  (...)

Lire la suite

Cinémas d’insurrection

Colloque - Mercredi 22 février 2017 - 18:00Ce colloque est l’aboutissement d’un premier travail de recherche et de rencontre conduit avec des cinéastes et militants filmant de manière atypique les situations de conflits et post-conflits depuis plusieurs années ou décennies. L’objectif de ce colloque est donc de confronter les pratiques et les engagements d’artistes et de chercheurs enquêtant sur diverses situations de mobilisations ou de résistances armées, et sur la mémoire et l’amnésie constitutive de l’expérience historique des situations de post-conflits. Ces pratiques filmiques peuvent aussi inspirer les sciences sociales par leurs positions et leurs observations au plus proche des expériences de leurs interlocuteurs. En plaçant les travaux de ces cinéastes au centre des interventions, ce colloque entend aussi réinterroger les modes de savoir et les constructions de sens produits par l’image.Avec la participation des cinéastes Édouard Beau, Stéphane Breton, John Gianvito, Clarisse Hahn, Florent Marcie et du Collectif de vidéastes ukrainiens BABYLON’ 13.(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Tél : 33 (0)1 49 54 25 05 - Fax : 33 0(1) 49 54 24 28
iris@ehess.fr
Accès

UNIVERSITE PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75 - Fax : 33 (0)1 48 38 88 62
iris@univ-paris13.fr
Accès

 


 

Liens rapides

La Lettre de l'Iris

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris