Sur l'agenda | Soutenances

Myriam Chatot > Le temps des pères. Socialisation et résistances au rôle de pourvoyeur de soins dans le cadre d'un congé parental à temps plein – 5 juin 2020

Soutenance de thèse, vendredi 5 juin 2020 à 14h00 - EHESS 54 bd Raspail 75006 Paris, salle AS1_08

Le temps des pères. Socialisation et résistances au rôle de pourvoyeur de soins dans le cadre d'un congé parental à temps plein

Soutenance de thèse de sociologie présentée publiquement par Myriam Chatot, préparée à l'EHESS sous la direction de Marc Bessin

Ce travail de thèse porte sur les modalités de l’adoption du rôle de pourvoyeur de soins par un homme dans le cadre d’un congé parental à plein temps en France dans les années 2010, c’est-à-dire d’interroger comment un homme devient responsable de la satisfaction des besoins des autres membres de la famille, notamment ceux des enfants. Le questionnement est double : il s’agit d’une part de comprendre à quelles conditions un père en couple hétérosexuel recourt au dispositif du congé parental, et d’autre part de rendre compte des processus de socialisation par lesquels un père devient pourvoyeur de soins dans ce cadre. L’analyse s’appuie principalement sur un corpus d’entretiens semi-directifs menés auprès de pères ayant pris un congé parental d’éducation à temps plein et/ou un complément de libre choix d’activité à taux plein (38). Des enquêtes complémentaires ont également été menées sur d’autres populations, également interrogées dans le cadre d’entretiens semi-directifs : conjointes de pères en congé parental (10), mères en congé parental (21), pères ayant au moins un enfant de moins de trois ans et n’ayant pas bénéficié d’un congé parental (42), pères en congé parental à temps partiel (4). Ces matériaux ont permis de mettre en évidence les processus qui sous-tendent la répartition des responsabilités parentales au sein des couples hétérosexuels. La thèse restitue d’abord la construction du cadre théorique et la méthodologie de l’enquête empirique, en explorant deux des difficultés posées par l’étude des pères en congé parental : examiner la paternité sans se référer à l’étalon maternel et appréhender la portée heuristique de l’étude d’exceptions sociales pour comprendre la situation majoritaire. La réflexion s’articule ensuite en deux temps. Il s’agit tout d’abord de comprendre les conditions auxquels les hommes recourent au dispositif du congé parental à plein temps, en termes de caractéristiques socio-démographiques des conjoint.es concerné.es et de négociations concernant le recours (dans la sphère professionnelle, avec la conjointe ou pour justifier l’acceptabilité du recours aux yeux d’autrui), mais aussi l’usage qui est fait du dispositif par les hommes. Le principal résultat de cette analyse concerne la diversité des profils de bénéficiaires et des usages : là où les enquêtes précédentes menées en France sur les pères ayant eu recours à un complément d’activité avaient mis l’accent sur l’homogénéité du profil sociodémographique des bénéficiaires ; cette thèse montre au contraire la manière dont le rapport au monde du travail, la familiarité avec le rôle de pourvoyeur de soins et les ressources (matérielles et symboliques) détenues par les bénéficiaires déterminent une diversité des usages du dispositif par les hommes. Dans un second temps, la socialisation à la parentalité des pères est mise à l’étude, et plus particulièrement l’effet du congé parental sur les pratiques et les représentations paternelles des hommes bénéficiaires. Une des hypothèses centrales de ce travail porte sur les apprentissages temporels des pères concernés, c’est-à-dire l’acquisition d’une « culture temporelle » propre au congé parental et des compétences temporelles et relationnelles idoines (capacité d’organisation, de superposition des tâches, de travail émotionnel, etc.). Cependant, là encore, ce processus de socialisation n’est pas uniforme, suivant que la fonction de pourvoyeur de soins soit envisagée comme une responsabilité temporaire ou secondaire durant le congé parental ou que le père exerce ce rôle de manière plus pérenne, et les ressources et compétences détenues par les enquêtés antérieurement au recours au dispositif. De plus, cette socialisation s’articule avec les normes de genre. Ainsi, les pères en congé parental sont plus à même de se protéger de la disponibilité permanente attachée au rôle de pourvoyeur.euse de soins que les mères dans une situation analogue, notamment en définissant le travail ménager comme une responsabilité secondaire pendant le congé.

  • Mots-clés : genre, congé parental, paternité, parentalité, conciliation travail-famille, socialisation, pourvoyeur de soins, temporalités

Renseignements pratiques

  • Vendredi 5 juin 2020 à 14h00
  • EHESS - 54 bd Raspail 75006 Paris, salle AS1_08

A consulter :

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

IRIS - CAMPUS CONDORCET
Bâtiment Recherche Sud
5 cours des Humanités
93322 Aubervilliers cedex
Contacts
Accès

IRIS - U. SORBONNE PARIS NORD
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Contacts
Accès

 


 

Liens rapides

Twitter Iris

La Lettre de l'Iris

HAL - collection de l'Iris

Carnets de recherche