Sur l'agenda | Soutenances de thèse

Adnan Celik > Temps et espaces de la violence interne. Revisiter les conflits kurdes en Turquie à l'échelle locale (du XIXe siècle à la guerre des années 1990) – mercredi 7 novembre 2018

Soutenance de thèse - Institut kurde de Paris, 106 rue La Fayette 75010 Paris, 9h00

Adnan Celik > Temps et espaces de la violence interne. Revisiter les conflits kurdes en Turquie à l'échelle locale (du XIXe siècle à la guerre des années 1990) – mercredi 7 novembre 2018

Temps et espaces de la violence interne. Revisiter les conflits kurdes en Turquie à l'échelle locale (du XIXe siècle à la guerre des années 1990)

Soutenance de thèse de sociologie présentée publiquement par Adnan Celik, préparée sous la co-direction de Hamit Bozarslan (EHESS/Cetobac) et Michel Naepels (EHESS/Iris)

La présente thèse a pour objet les conflits intra-kurdes à travers le double prisme de l’échelle locale et de la longue durée. Elle part d’une interrogation sur la guerre entre le PKK et l’État turc durant laquelle certains habitants ont choisi de s’engager aux côtés de la guérilla, d’autres de collaborer avec l’État en devenant korucu, d’autres encore, très minoritaires, de s’engager dans l’organisation islamiste Hizbullah. Par l’étude comparatiste des localités de Lice, Kulp et Silvan (au nord-est de Diyarbakır) des années 1830 aux années 1990, elle vise à apporter un éclairage détaillé, situé, et ancré localement des phénomènes de déstructuration et restructuration qui ont affecté les Kurdes de Turquie. Son approche se situe à la croisée de l’histoire et de l’anthropologie, combinant l’étude des sources écrites et l’enquête ethnographique, notamment à travers la réalisation d’une centaine d’entretiens, effectués entre 2013 et 2017 principalement dans les villages et chefs-lieux des trois terrains étudiés. L’axe principal de la recherche vise à exposer comment les clivages et conflits intra-kurdes ont été influencés et déterminés à partir d’une série de facteurs (dynamiques locales, appartenances tribales, recompositions internes à certaines familles, effets de socialisation et de politisation etc.). Les nœuds et interactions entre les dynamiques conflictuelles internes aux sociétés kurdes et la manière dont les politiques du pouvoir central entrent en jeu dans ces configurations sont un des axes de réflexion privilégiés. La perspective mobilisée s’appuie largement sur les sources orales et s’efforce de produire une histoire commune ou connectée se démarquant des historiographies kurdo-centrées et/ou « sunno-centrées », en incluant les diverses communautés ethniques ou religieuses habitant ou ayant habité la région. Elle accorde une attention particulière aux histoires et mémoires « mineures », aux formes de résistance discrètes, ainsi qu’au au rôle de la construction et de la transmission de la mémoire dans la persistance ou dans la reconfiguration des conflictualités internes. Les résultats de cette recherche, attentifs aux phénomènes de temporalité et de subjectivité, permettent de mettre en lumière la variété des facteurs d’engagement et des loyautés impliquées dans les situations de violence opposant différents acteurs kurdes entre eux.

Composition du jury

  • M. Hamit Bozarslan (Directeur de thèse), EHESS
  • M. Michel Naepels (Codirecteur), EHESS
  • Mme Elisabeth Claverie, CNRS
  • Mme Fatma Müge Göçek, Université du Michigan (Etats-Unis)
  • M. Olivier Grojean, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • Mme Elise Massicard, CNRS

Informations pratiques

  • Mercredi 07 novembre 2018 - 09:00
  • Institut kurde de Paris, 106 rue La Fayette 75010 Paris

A consulter :

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

IRIS - EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Contacts
Accès

IRIS - UNIV. PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Contacts
Accès

 


 

Liens rapides

Twitter Iris

La Lettre de l'Iris

HAL - collection de l'Iris

Carnets de recherche