Sur l'agenda | Soutenances de thèse

Gisèle Dambuyant-Wargny > Questionner le processus de changement du travail social et de l’intervention sociale - 11 décembre 2017

Soutenance d'habilitation à diriger des recherches, Université Paris 13, 74 rue Marcel Cachin, Bobigny, salle du Conseil (Bâtiment SMBH), 10h-13h

Gisèle Dambuyant-Wargny soutiendra son Habilitation à Diriger des Recherches lundi 11 décembre 2017 à l'Université de Paris 13, sur le site de Bobigny, à la salle du Conseil de la Faculté de Médecine (Bâtiment SMBH) de 10h à 13h. Un moment convivial suivra les débats.

 Résumé

Après une trajectoire de trente ans de questionnements sur le travail social et l’intervention sociale, en France et à l’étranger, enchaînant des parcours d’études, et des rôles professionnel, pédagogique et scientifique, il est apparu nécessaire et légitime à Gisèle Dambuyant-Wargny de préparer une Habilitation à Diriger des Recherches. Son mémoire s’intitule : « Questionner le processus de changement du travail social et de l’intervention sociale : influences réciproques des acteurs, des pratiques, et des formations. Expériences de 30 ans d’expertises, de la pratique à la recherche, la prise en charge du corps vulnérable ». (Tome 1, 207 pages)

Ce mémoire analyse les évolutions de ce secteur aux prismes de ses acteurs, de ses institutions puis de ses formations ; illustrés par des articles et des chapitres d’ouvrages récents (Tome 2, 114 pages). Les modifications des concepts sociologiques pour qualifier les plus démunis : exclusion, désaffiliation, précarité, permettent de retenir une classification et mettent en exergue un corps vulnérable qu’il faut assister, éduquer, gérer, soulager. La place et l’utilisation de ce corps, et de ses prises en charge, dévoilent des mécanismes d’adaptations et de résistances, dans des situations de violences, de rapports de pouvoir et de domination, associées aux inégalités sociales.

La multiplicité de ces professionnels, du travail social à l’intervention sociale, démontre la dynamique positive de la prise en compte de la question sociale mais, dénonce également de la vulnérabilité professionnelle. Comment alors accompagner les plus fragiles ? Si deux sources de difficultés, voire de souffrances, proviennent des publics et des institutions, on peut formuler l’hypothèse de formations sociales, initiales et continues, mal adaptées aux évolutions de ce secteur. Impliquée depuis plus de six ans dans des groupes de travail ministériels, ces derniers attestent que les débats sont ouverts et proposent des perspectives sur la place et le rôle de l’université française. Au-delà de la nécessaire prise en compte des problématiques sociales internationales, qu’elles soient « traditionnelles » ou « émergentes », comment s’inspirer ou de se distancier des multiples pratiques d’accompagnements envers les plus démunis, pour faire évoluer les compétences des intervenants sociaux du XXIe siècle ?

  • Mots-clés : Corps, Vulnérabilité, Travail social, Intervention sociale, Domination, Résistance.

Composition du jury

  • Michel Chauvière, Directeur de recherche émérite au CNRS.
  • Claudine Dardy, Professeure émérite de sociologie à l’Université de Paris Est Créteil, (Garante du mémoire de l’HDR).
  • Peter Érath, Professeur de sociologie à l’Université d’Eichstätt, Allemagne.
  • Emmanuel Jovelin, Professeur de sociologie à l’Université de Lorraine.
  • Antoine Lazarus, Professeur émérite de santé publique et de médecine sociale à l’Université de Paris 13 Sorbonne-Paris-Cité.
  • Antoine Pécoud, Professeur de sociologie à l’Université de Paris 13 Sorbonne-Paris-Cité.
  • Bertrand Ravon, Professeur de sociologie à l’Université de Lyon II.

A consulter :

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

flux rss  EHESS

Afrique et Moyen-Orient

Débat - Mardi 17 octobre 2017 - 13:00Débat autour des Cahiers d’Études africaines, n°226, 2017, « Élites de retour de l’Est » et de la REMi, Revue européenne des migrations internationales, vol. 32, n°2, 2016, « Former des élites : mobilités des étudiants d’Afrique au nord du Sahara dans les pays de l’ex-bloc socialiste »  avec plusieurs articles issus des recherches menées dans le cadre du programme ELITAF « Élites africaines formées dans l’ex-bloc socialiste »  Programme 13h - Accueil des participants 14h - Présentation des deux revues Cahiers d’Études africaines, par Eloi Ficquet Revue européenne des migrations internationales, REMI, par Marie-Antoinette Hily  14h15 - Introduction aux : N°226 des Cahiers d’Études africaines par Patrice Yengo N°2, 2016 de la REMI par Michèle Leclerc-Olive  14h45 - Interventions des discutants Elikia M’Bokolo, directeur d’études à l’EHESS, IMAF Gabrielle Chomentowski, post-doctorante, INALCO, Sorbonne Paris-Cité, Programme de recherches Sociétés plurielles Didier Nativel, professeur à l’Université Paris VII, CESSMA Président : Jean-Bernard Ouédraogo, directeur de recherches au CNRS, directeur d’études à l’EHESS, IIAC  16h - Débat général avec la participation de plusieurs des auteurs (...)

Lire la suite

Big data & SHS

Journée(s) d'étude - Vendredi 16 juin 2017 - 09:00 "Big data & SHS - Regards et intérêts croisés pour la santé publique", journée d’étude organisée par Thomas Lefèvre & Sandrine de Montgolfier UMR8156 - U997.11 chercheurs français et étrangers en santé publique, venus des sciences sociales, de la médecine, de l'informatique, de l'épidémiologie partageront et croiseront leur regard, leurs expériences et leur intérêt pour la santé publique, au double prisme des Big Data et des sciences humaines et sociales.MatinéeSébastien Dalgalarrondo, CNRS Iris & INSEP, sociologie de la santé"Quantified self" et sportXavier Briffault, CNRS CERMES3, sciences sociales et épistémologie de la santéConséquences pratiques et épistémologiques du développement des objets connectés et big data en santé mentaleLuc Rocher, Université catholique de Louvain, Institute of Information and Communication TechnologiesComputational Privacy: on how human behavior bounds privacy and the privacy-conscientious use of big dataJoëlle Vailly, INSERM Iris, sociologie & anthropologieNouvel usage policier des données génétiques, une perspective anthropologiqueBenjamin Derbez, Mines ParisTech, Centre de Sociologie de l’InnovationLes bases de données de variants génétiques : un enjeu d’économie de la connaissance entre recherche et cliniqueAprès-midiCyrille Delpierre, INSERM & Université Toulouse III, épidémiologisteQuel apport du big data pour l'exploration des inégalités sociales de santé ?Louise Potvin, École de santé publique Université de Montréal, Chaire de recherche du Canada sur les approches communautaires et inégalités de santéD’où vient la complexité des interventions en santé des populations et comment la modéliser ?Nelly Robin, Université de Poitiers CNRS MIGRINTER, géographie avec Lakhdar Saïs Université d'Artois, Centre de Recherche en Informatique de LensParcours Migratoires et Données Multi-Sources. Des bases de données à la fouille de données en passant par l’intelligence artificielle, une méthodologie inédite pour réinterroger les espaces et les temporalités de la Traite des enfants et des femmesAlexandre Delanoë, CNRS Institut des Systèmes Complexes, sociologie, Chef de projet de la plateforme de fouille textuelle GargantextGargantext : comment faire un état de l'art en quelques minutesSandrine de Montgolfier, UPEC & INSERM Iris, épistémologie et histoire des sciences du vivantEnjeux éthiques soulevés par l’accès aux données de séquençage en oncogénétique du point de vue des professionnelsThomas Lefèvre, UP13 Iris & Hôpital Jean Verdier, médecineRetour d’expérience du groupe de réflexion ministériel « big data en santé » ; recommandations et analyses  (...)

Lire la suite

Cinémas d’insurrection

Colloque - Mercredi 22 février 2017 - 18:00Ce colloque est l’aboutissement d’un premier travail de recherche et de rencontre conduit avec des cinéastes et militants filmant de manière atypique les situations de conflits et post-conflits depuis plusieurs années ou décennies. L’objectif de ce colloque est donc de confronter les pratiques et les engagements d’artistes et de chercheurs enquêtant sur diverses situations de mobilisations ou de résistances armées, et sur la mémoire et l’amnésie constitutive de l’expérience historique des situations de post-conflits. Ces pratiques filmiques peuvent aussi inspirer les sciences sociales par leurs positions et leurs observations au plus proche des expériences de leurs interlocuteurs. En plaçant les travaux de ces cinéastes au centre des interventions, ce colloque entend aussi réinterroger les modes de savoir et les constructions de sens produits par l’image.Avec la participation des cinéastes Édouard Beau, Stéphane Breton, John Gianvito, Clarisse Hahn, Florent Marcie et du Collectif de vidéastes ukrainiens BABYLON’ 13.(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

IRIS - EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Tél : 33 (0)1 49 54 25 05
iris@ehess.fr
Accès

IRIS - UNIV. PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75
iris@univ-paris13.fr
Accès

 


 

Liens rapides

La Lettre de l'Iris

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris