Sur l'agenda | Soutenances de thèse

Zoé Rollin > Le lycée à l’épreuve du cancer. Étude de la coordination des professionnel-le-s soignant-e-s, non soignant-e-s et enseignant-e-s autour du suivi des trajectoires scolaires d’élèves atteint-e-s de cancer

Soutenance de thèse, jeudi 24 novembre 2016 à 13h00, EHESS 190 avenue de France 72013 Paris, salle 015

Le lycée à l’épreuve du cancer. Étude de la coordination des professionnel-le-s soignant-e-s, non soignant-e-s et enseignant-e-s autour du suivi des trajectoires scolaires d’élèves atteint-e-s de cancer

Soutenance de thèse de sociologie présentée publiquement par Zoé Rollin, sous la direction conjointe de Marc Bessin et Sophie Le Cœur

Jeudi 24 novembre 2016 à 13h00, EHESS 190 avenue de France 72013 Paris, salle 015

Résumé

Cette recherche doctorale interroge, à partir du cas du cancer, les tensions entre maladie chronique grave et scolarité au niveau du lycée. Elle est basée sur l’étude de 60 trajectoires scolaires d’élèves du secondaire atteint-e-s de cancer et trois ans d’observation ethnographique (observation participante et recherche-action) en établissements scolaires et services d’oncologie pédiatrique et ce dans deux régions françaises.

La première partie interroge les temporalités de la scolarité face à l’épreuve de la maladie au niveau des trajectoires et expériences scolaires des lycéen-ne-s. Le temps des traitements aigus, vécu comme atypique, l’est aussi du point de vue scolaire. Sur le long terme, la gestion socialement différenciée de la maladie, et ce en interaction avec une pluralité d’acteurs et d’actrices, fait entrer une partie seulement de ces élèves dans des trajectoires scolaires invalidantes, qui basculent dans le champ du handicap. Dans l’accompagnement de la gestion sociale de la maladie, les parents d’adolescent-e-s, en particulier les mères, jouent un rôle majeur. L’ensemble de ces trajectoires et expériences sont marquées par la pérennité de rapports de pouvoir qui persistent dans l’épreuve de la maladie grave.

La deuxième partie interroge la place occupée par la scolarité, l’école et ses représentant-e-s dans l’institution hospitalière. Le quotidien des enseignant-e-s hospitalier-e-s est modelé par les normes de l’hôpital et se mue en un travail d’accompagnement composé d’un large faisceau de tâches entourant la transmission de connaissances. A l’hôpital, la place du scolaire reste ambivalente : mise en avant de manière permanente, elle reste une activité non soignante marginale dans cet espace professionnel, d’autant plus que les frontières entre enseignants salariés et bénévoles reste floue.

Enfin, la dernière partie vient souligner ce que signifie pour l’institution scolaire française d’accueillir des élèves atteint-e-s de cancer. Celle-ci s’est construite sur la base de publics d’élèves lisses de toutes différences et de besoins d’adaptations spécifiques. Aussi, l’inclusion d’adolescent-e-s gravement malades vient bousculer cet édifice, et ce de manière prégnante au lycée. Ce sont les normes de professionnalité des différent-e-s professionnel-le-s de l’éducation qui se voient modifiées. Le cancer vient mettre au jour des logiques invisibilisées : la part du care intrinsèque au quotidien enseignant. Ce faisant, l’accueil d’élèves gravement malades assigne les enseignant-e-s à tout un ensemble de tâches interstitielles ainsi qu’à une personnalisation de la relation pédagogique.

Au final, cette thèse propose d’envisager en quoi les éthiques du care permettent de revisiter les aspects tant invisibilisés qu’essentiels de la relation pédagogique, tant en terme d’actes que de posture professionnelle.

Composition du jury

  • Marc Bessin, chargé de recherche CNRS (HDR), co-directeur
  • Sophie Le Cœur, directrice de recherche INED, co-directrice
  • Anne Barrère, professeur des universités à l'Université Paris 5 Descartes, rapporteure
  • Claude Martin, directeur de recherches CNRS, professeur à l'EHESP
  • François Dubet, professeur des universités à l'Université de Bordeaux, directeur d'études EHESS
  • Annie Thebaud-Mony, directrice de recherche Inserm émérite, examinatrice
  • Jean-Sébastien Eideliman, maître de conférences à l'Université Lille 3, examinateur
  • Aurélie Dammame, maîtresse de conférences à l'Université Paris 8, examinatrice

A consulter :

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

IRIS - EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Contacts
Accès

IRIS - UNIV. PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Contacts
Accès

 


 

Liens rapides

Twitter Iris

La Lettre de l'Iris

HAL - collection de l'Iris

Carnets de recherche