Sur l'agenda | Manifestations scientifiques

Genre et violences de masse. La question du féminicide > 13 février 2014

Journée d'étude - Paris - 13 février 2014

Genre et violences de masse. La question du féminicide > 13 février 2014

Genre et violences de masse

La question du féminicide

 

Journée d'étude organisée par Hélène Bretin (UP XIII) et Elisabeth Anstett (CNRS)

EHESS, 190 avenue de France 75013 Paris, salle 005

Jeudi 13 février 2014, 9h-18h

 

 

Les violences de masse ont représentéun phénomène majeur du 20e siècle, siècle des génocides pour certains. Le caractère sexuéde ces crimes (à travers la pratique de l’esclavage sexuel, le recours aux viols systématiques et aux grossesses forcées, comme aux meurtres ciblant spécifiquement l’un ou l’autre des sexes) s’est fait jour sur de nombreux terrains, en Europe, en Afrique, en Amérique ou en Asie, sans que la dimension genrée des génocides et des violences de masse n’ait pour l’instant fait l’objet d’analyses comparatives et d’interrogations théoriques interdisciplinaires.

Or, la notion de féminicide, forgée à partir du milieu des années 1970 dans un contexte de mondialisation des mobilisations féministes offre l’un des outils théoriques possibles pour appréhender et analyser la dimension genrée des crimes de masse. Mais quelles en sont les potentialités et les limites ?

L’objectif de cette journée d’études organisée conjointement par l’axe 3 « Domination Violence Genre » de l’IRIS et le programme de recherche Corpses of Mass Violence and Genocide à l’occasion de la venue en France de Marie France Labrecque, est d'enrichir le débat sur la spécificité et la nature des violences commises à grande échelle contre des femmes.

Juristes, anthropologues, sociologues et politistes tenteront ainsi au cours de cette journée de saisir la façon dont ces violences de masse sont désignées, comprises et traitées dans différents contextes.

Avec la participation de Chiara Calzoialo (EHESS-Iris, France), Caroline Fournet (Université de Groningen / Programme Corpses, Pays-Bas), Sévane Garibian (Université de Genève / Programme Corpses, Suisse), Marie France Labrecque (Université Laval, Canada), Chowra Makaremi (CNRS-Iris, France), Karoline Postel-Vinay (Sciences Po-Ceri, France), Shadi Sadr (Justice for Iran, Grande-Bretagne) et Sabina Subasic (juriste et documentariste, Bosnie)

 

 

Programme

 

Accueil : Hélène Bretin (UP XIII - Iris, France) et Elisabeth Anstett (CNRS - Iris / Programme Corpses, France)

 

Matinée : 9h30-13h

 

Première partie – Genre et crimes de masse

Approches théoriques et enjeux

Marie France Labrecque, (Université Laval, Canada) "Des définitions du féminicide : pourquoi au juste?"

Caroline Fournet (Universitéd e Groningen / Programme Corpses, Pays-Bas) "Discriminer pour mieux punir ? Les violences de masse commises contre les femmes et la justice pénale internationale"

Discussion animée par Sévane Garibian (Université de Genève / Programme Corpses, Suisse)

 

pause café

 

Violences de masse et rapports sociaux de sexe

Shadi Sadr (Justice for Iran, Grande-Bretagne) "Crime and Impunity; sexual torture of women in Islamic Republic prisons"

Elisabeth Anstett (CNRS - Iris / Programme Corpses, France) "Les femmes au Goulag : à propos des masculinités hégémoniques"

Chiara Calzoialo (EHESS- Iris, France) "Inégalités sociales, rapports de genre et impunitédans la (re)production des violences: meurtres et disparitions de femmes àCiudad Juarez (Mexique)"

Discussion animée par Chowra Makaremi (CNRS-Iris, France)


pause déjeuner

 

 

Après-midi : 14h–17h00


Deuxième partie – Projection & Discussion

"Le viol, une arme de guerre", film documentaire (2002, 48 mn) de Sabina Subasic (juriste et documentariste, Bosnie), en présence de la réalisatrice.

Synopsis : Chaque histoire éclaire un aspect spécifique du drame. Esmija raconte comment en 1992, à Foca, elle a été séquestrée et violée devant ses enfants. Dika et Nuska retournent au tristement célèbre camp d'Omarska. Les deux amies, qui ont été séquestrées ensemble, racontent les sévices, les humiliations dont elles ont été victimes. Elles racontent aussi les violences sexuelles forcées entre des hommes. Un homme aussi témoigne. Si Edo parle, c'est que sa femme ne peut plus le faire. D'origine allemande, elle s'est suicidée après avoir été violée. À travers son témoignage, on comprend que ces pratiques visaient aussi les couples mixtes. Enfin, il y a Jasna, victime de viols dans un camp près de Srebrenica, et dont les deux enfants ont été tués et jetés dans un charnier. Jasna veut témoigner car toutes les autres femmes qui ont été détenues avec elles, sont mortes. 

Face à ces témoignages venus de l'ex Yougoslavie : les visages impassibles et les déclarations sans remords des bourreaux inculpés devant le Tribunal pénal international de La Haye. Les accusés comparaissent pour viols systématiques, viols sur enfants de 12 ans, génocide. Au-delà des histoires personnelles, ce film émouvant et dur lève le voile sur les ressorts politiques de ces viols utilisés comme arme de guerre. 

Discussion animée par Sévane Garibian (Universitéde Genève / Programme Corpses, Suisse)

 

pause café

 

Table-ronde finale animée par Hélène Bretin (UP XIII - Iris, France ) et les participantes. Discutante : Karoline Postel-Vinay, (Sciences Po-Ceri, France) (sous réserve)

A consulter :

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

IRIS - EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Contacts
Accès

IRIS - UNIV. PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Contacts
Accès

 


 

Liens rapides

Twitter Iris

La Lettre de l'Iris

HAL - collection de l'Iris

Carnets de recherche