Sur l'agenda | Manifestations scientifiques

Journées d'étude > Tricontinentales

EHESS, 18-19 mai 2016 & INALCO, 19 mai 2016

Journées d'étude > Tricontinentales

Journées tricontinentales

18-19 mai 2016

Cette conférence prolonge le travail du réseau international de recherche ELITAF et s'inscrit dans le cadre du séminaire Les internationalismes au miroir des littératures et des cinémas (Afrique, Asie, Amérique latine). Elle a pour vocation de préfigurer des manifestations analogues organisées ensuite en divers points du globe et de poser les bases scientifiques d'un questionnement qui pourrait animer ces différentes rencontres ultérieures.

Cette manifestation a une triple vocation :

  1. philosophique et épistémologique
  2. historique et sociologique
  3. culturelle (et ouverte sur le monde non académique)

 

Préparation des Journées tricontinentales

Le séminaire Les internationalismes au miroir des littératures et des cinémas (Afrique, Asie, Amérique latine), animé par Gabrielle Chomentowski, Giulia Fabbiano, Marie-Antoinette Hily, Michèle Leclerc-Olive, Chowra Makaremi et Melissa Thackway, s'est donné pour objectif d'aborder sous un triple angle, historique et philosophique, les diverses formes d'internationalismes qui ont guidé les actions politiques depuis la Conférence de Bandung  jusqu'à l'effondrement de l'URSS (1955-1991). Et ce, à travers les formes littéraires et cinématographiques qui les ont accompagnées.

L'une des hypothèses de  travail de cette recherche est que les épistémologies issues de la guerre froide, qui ont eu souvent pour effet de naturaliser les catégories explicatives dichotomiques (problématique des blocs), ont en même temps soustrait à la mémoire des pans entiers d'histoire et ont fait des récits de ces évènements des squelettes sans promesse. Loin de vouloir établir des chaines de causalité linéaires, il s'agit d'opérer un "saut du tigre" vers ce passé habité de certitudes et d'espoirs, de réveiller les imaginaires et de les confronter à la globalisation économique et numérique d’aujourd’hui.

Trois séances du séminaire sont respectivement consacrées au Festival Panafricain d'Alger (1969) (présenté par la documentariste Habiba Djahnine), aux enjeux et à la préparation de la "Tricontinentale" (présentés par les historiens Olivier Hadouchi – Cinémas de contestation et solidarité tricontinentale (1960-1975) – et Daho Djerbal – Du panafricanisme à la Tricontinentale. Y a-t-il eu une expression tiers-mondiste dans l'Algérie des années 1960-1970 ? –  et aux Festivals de films d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine de Tachkent (présenté par G. Chomentowski). Deux séances sont consacrées à une approche philosophique des concepts majeurs qui ont articulé la pensée et l'action de ces décennies. Nadia Yala Kisukidi anime la séance intitulée Négritude et pensée de l'universel avec, en écho, le film d'A. Resnais et C. Marker, Les statues meurent aussi.  Louis Lourme anime une séance consacrée à la question Qu'est-ce que le cosmopolitisme ? (Conférence accompagnée d'extraits de Loin du Vietnam). Ces études préparatoires auront tracé la problématique des Journées Tricontinentales. 

La manifestation 

En partenariat avec l’Institut des Mondes Africains (IMAf), les journées d’études croisent la réflexion sur les internationalismes avec une exploration des imaginaires et représentations des panafricanismes.

Au-delà des échanges scientifiques et d’une culture de l’écrit, cette manifestation explore ces thèmes des internationalismes au prisme d’outils et de formes d’expressions qui renouvellent l’interrogation des imaginaires et des liens généalogiques :

  • La mise en exposition (en lien notamment avec l’exposition « Dakar 66 » au Quai Branly, mais aussi l’exposition des unes de la revue Tricontinental organisée à l’occasion de la conférence)
  • Le travail archivistique et la (re)constitution d’archives (enjeu transversal aux initiatives d’exploration et d’écriture de ces imaginaires panafricains, tricontinentaux et internationalistes)
  • Le cinéma documentaire (à travers des projections et tables rondes réunissant cinéastes et chercheurs)

La thématique des journées s’inscrit dans l’axe de recherche du labex TEPSIS sur la politisation des sociétés, mais elle touche également aux transformations de l’Etat en contexte post-colonial. L’approche épistémologique et historique du politique au lendemain des années 1960, à partir d’une histoire peu explorée, offrira nous l’espérons une mise en perspective utile à des phénomènes contemporains de transformation des sociétés et des Etats étudiés dans le cadre de TEPSIS.

Nous proposons à l’issue de ces journées la rédaction pour l’encyclopédie Politika de trois notices sur les entrées : « Internationalisme », « Panafricanisme », et « Tricontinentale ».

Programme

18 mai 2016 de 9h à 13h : EHESS salle du conseil A

9h :  Accueil

9h15-9h30 : Introduction des journées, Michèle Leclerc-Olive (Iris)

9h30-10h30 : Conférence inaugurale, Professeur Maxime Roumer, Recteur de l'UNOGA (Université Nouvelle Grand'Anse en Haïti), La Tricontinentale (La Havane, 1966) : une première sans lendemain ?

Pause café

11h-13h : Table-ronde La Tricontinentale. Publier. Afficher. Diffuser

  • Présidence : Marie-Antoinette Hily (Migrinter)
  • Bruno Guichard (Maison des Passages, Lyon) présentation d'un court-métrage inédit « Entretien François Maspero & Paul Blanquart » (Les Films du Zèbre, 12')
  • Julien Hage (Paris 10) De nouvelles tribunes pour la cause du Tiers monde : les nouvelles revues anti-impérialistes des années 1960
  • Olivier Hadouchi (historien du cinéma) : L'esthétique de l’affiche tricontinentale

13h-14h30 : Déjeuner et visite de l’exposition François Maspero et les paysages humains avec B. Guichard et J. Hage, Atrium de l'EHESS

De 14h30 à 18h : EHESS salle du conseil B

14h30-18h : Table ronde Figures des mouvements de libération des années 1960

  • Présidence : Françoise Vergès
  • Ludo de Witte (chercheur indépendant) : Patrice Lumumba
  • René Gallissot (Paris 8), Henri Curiel, acteur des mouvements de libération 
  • Bachir Ben Barka, Mehdi Ben Barka
  • Chowra Makaremi (CNRS, Iris), Vida Hajdebi, une vie tricontinentale
  • Pierre Bouvier (Paris 10, IIAC) : Césaire et Fanon
  • Céline Marangé (IRSEM), Hô Chi Minh.

19  mai 2016, 9h-17h : EHESS salle du conseil A

Table ronde : Imaginaires panafricains et internationalismes : villes et carrefours

  • Présidence : Jean-Pierre Dozon (FMSH)
  • Projection du film de Bouchra Khalili : Foreign Office ; débat animé par Malika Rahal (IHTP-CNRS) : Alger : "La Mecque" des mouvements de libération ?
  • Héloïse Kiriakou (doctorante IMAf) et Rémy Bazenguissa-Ganga (IMAf), Brazzaville, autre capitale internationale des mouvements de libération ?

12h-13h : Déjeuner

13h30-15h30 : Table ronde : Imaginaires panafricains et internationalismes : traces et créations

  • Présidence : Jean-Paul Colleyn (IMAf, EHESS)
  • Manthia Diawara (chercheur associé IMAf, cinéaste), Archives filmées du parti Rassemblement Démocratique Africain (RDA)
  • Sarah Frioux-Salgas, Quai Branly, commissaire de l'exposition « Dakar 66 »
  • Christine Douxami (Université de Franche Comté, IMAf), Le Festival Mondial des Arts Nègres de 2010 : un  héritier de celui de 1966 ?          

Pause café

15h15-17h : Table-ronde Expressions artistiques et héros ordinaires au XXIème siècle.Du révolutionnaire au contestataire

  • Présidence : Eric Wittersheim (EHESS, Iris)
  • Kadiatou Konaré (IMAf), Les internationalismes dans la création artistique malienne contemporaine
  • Didier Lalaye (artiste), Le slam. Pouvoir artistique entre exutoire, poitique, ludique et transfrontalier
  • Pierre Therme (Iris), "Petit-fils de Che Guevara, fils de Thomas Sankara, tôt ou tard le peuple vaincra" : le mouvement sénégalais Y'en a marre entre hip-hop et politique

A partir de 18h : INALCO Auditorium

18h, Projection-débat présenté par Melissa Thackway

Eau argentée : Syrie, un autoportrait, (2014) de Oussama Mohammad  et Wiam Simav Bedirxan

A consulter :

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

flux rss  EHESS

Cinémas d’insurrection

Colloque - Mercredi 22 février 2017 - 18:00Ce colloque est l’aboutissement d’un premier travail de recherche et de rencontre conduit avec des cinéastes et militants filmant de manière atypique les situations de conflits et post-conflits depuis plusieurs années ou décennies. L’objectif de ce colloque est donc de confronter les pratiques et les engagements d’artistes et de chercheurs enquêtant sur diverses situations de mobilisations ou de résistances armées, et sur la mémoire et l’amnésie constitutive de l’expérience historique des situations de post-conflits. Ces pratiques filmiques peuvent aussi inspirer les sciences sociales par leurs positions et leurs observations au plus proche des expériences de leurs interlocuteurs. En plaçant les travaux de ces cinéastes au centre des interventions, ce colloque entend aussi réinterroger les modes de savoir et les constructions de sens produits par l’image.Avec la participation des cinéastes Édouard Beau, Stéphane Breton, John Gianvito, Clarisse Hahn, Florent Marcie et du Collectif de vidéastes ukrainiens BABYLON’ 13.(...)

Lire la suite

Little go girls d'Éliane De Latour

Projection-débat - Mardi 17 janvier 2017 - 18:00La projection sera suivie d'un débat en présence de la réalisatrice Éliane de Latour, cinéaste et anthropologue, directrice de recherches à l’Iris, avec Thomas Sotinel, critique cinéma au journal Le Monde et Eric Fassin, sociologue, professeur à Paris VIII. A Abidjan, les go de nuit empruntent un chemin chaotique entre délinquance et rapports tarifés dans les ghettos d'Abidjan, pour fuir les violences familiales. Très jeunes, analphabètes, largement musulmanes, elles sont prêtes à affronter le déshonneur et la mort pour un peu d'autonomie dont elles ont été privées dès le plus jeune âge. Entre le réveil et le tapin, le temps façonné par l’attente, les rêves, l’incertitude, laisse emerger une intimité presque silencieuse. Quelques unes tentent de renverser soudain leur mode d'existence pour tenter de gagner un peu de dignité à travers un nouveau projet de vie, la Casa des go. Les tensions sont telles qu’elles finissent par embaucher deux petites bonnes qu’elles rémunèrent 0,50€ par jour. Alors que les go commencent à sortir la tête du darkness, elles passent le relais de la servitude à des fillettes privées d’école comme elles au même âge. Sans doute suivront-elles le même chemin ? Le cercle se referme. Qui en sortira vraiment ?Voir la bande annonce du filmSéance organisée dans le cadre du Cycle "L'EHESS fait son ciné" proposé par la Direction de l’image et de l’audiovisuel (...)

Lire la suite

Origines et conditions d’apparition de la vie

Colloque - Mardi 11 octobre 2016 - 09:00La question des conditions d’apparition de la vie ou de la présence de la vie dans l’univers, longtemps considérée comme appartenant au domaine spéculatif, est en train de devenir un champ de recherche actif.Ce questionnement implique les sciences « dures » telle que l’astronomie et l’astrophysique – avec la découverte de planètes extrasolaires et l’exploration du Système Solaire par l’entremise de sondes spatiales, jusqu’à la chimie, la biologie et l’écologie – avec les derniers développements dans le monde prébiotique, l’émergence de la matière vivante et des systèmes écologiques et les étapes fondamentales de l’évolution. Ces questions impliquent tout autant les sciences humaines, comme l’histoire des sciences -avec l’histoire du questionnement des origines de la vie ou l’évolution des relations entre instrumentation scientifique et définition de la vie ; jusqu’à l’anthropologie – avec les variations culturelles de la perception et de la conception de la vie. Elles incitent, par ailleurs, à déporter le regard de la seule reconstitution des premières étapes de la vie pour considérer comme objectif la construction d’êtres « vivants » artificiels. Recréer la vie devrait en effet permettre de clarifier des questions telles que la façon dont la vie peut démarrer en tant que processus global, la probabilité de sa présence, la diversité qu’elle pourrait présenter dans d’autres mondes et, en dernier lieu, « ce qu’est » la vie.Plusieurs actions d’envergure focalisées sur ces questions ont ainsi récemment émergé dans les grandes universités internationales ou dans des fondations privées (Origins of life initiative à Harvard, Origins of Life Initiative à Munich, Earth-life Institute au Tokyo Institute of Technology, l’initiative de la Simons Foundation). Riche de l’activité de ses équipes en ce domaine ainsi que de la cartographie des savoirs susceptibles de l’étoffer, Paris Sciences et Lettres Research University a aussi souhaité aborder ces questions grâce à la mise en place récente d’un IRIS intitulé Origines et Conditions d’Apparition de la Vie.Le colloque de lancement sera l’occasion de confronter les perspectives adoptées par les grands centres mondiaux de recherche et de formation ainsi que d’en apprécier les motivations. Il montrera aussi que Paris, et de façon spécifique PSL Research University, dispose de tous les atouts pour aborder ce challenge scientifique. Inscription gratuite mais obligatoire par email à : appels-ocav@listes.univ-psl.fr(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

EHESS
190-198 avenue de France, 75244 Paris cedex 13

Attention ! Nouvelle adresse à partir du 1er avril 2017 :
54 bd Raspail 75006 Paris

Tél : 33 (0)1 49 54 25 05 - Fax : 33 0(1) 49 54 24 28
iris@ehess.fr
Accès

UNIVERSITE PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75 - Fax : 33 (0)1 48 38 88 62
iris@univ-paris13.fr
Accès

 


 

Liens rapides

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris