Sur l'agenda | Manifestations scientifiques

Atelier > Cuba au prisme des sciences sociales - 13 novembre 2020

Vendredi 13 novembre 2020, de 10h00 à 13h00 - Campus Condorcet, bâtiment Recherche Nord, salle 0.004

Ateliers collaboratifs de partage et de construction de connaissances

Cuba au prisme des sciences sociales

La première séance aura lieu le 13 novembre autour du thème : 

L’exceptionnalisme cubain ?  Construction historique et sociale, enjeux méthodologiques. 

Dès la période coloniale, Cuba a constitué un espace de passage transatlantique et transaméricain, à la fois sur les plans économique, migratoire, culturel et idéologique. Après l’avènement de la Révolution castriste, bien que ces circulations se soient poursuivies et déclinées sous de nouvelles formes, elles ont été reléguées au second plan des recherches en sciences sociales. Dans le sillage de réflexions développées dans l’Île, ces dernières se sont en effet essentiellement attachées à penser ce qui relèverait, du fait de la trajectoire historique et politique du pays depuis 1959, d’une « spécificité », voire d’une « exception nationale ».

L’objectif de ces ateliers sera de tenter de dépasser ce nationalisme méthodologique pour proposer une réflexion sur l’évolution des dynamiques sociales et politiques cubaines en les envisageant dans leurs articulations entre logiques interactionnelles « internes », rapport à l’État et circulations régionales et/ou transnationales de pratiques, de techniques, de politiques publiques, d’idées, de croyances et de personnes. La question de la temporalité sera également discutée, afin de construire une profondeur historique aux dynamiques sociales et politiques actuelles, et de nuancer les approches en termes de « rupture » ou de « transition».

La forme « ateliers » nous permettra de construire ces échanges thématiques, théoriques, méthodologiques et épistémologiques autour de présentations, de discussions, et du partage de matériaux divers (documentaires, extraits de films, littérature, articles scientifiques, blogs, énonciations journalistiques, etc.)..  Notre objectif est de construire une équipe de recherche pluridisciplinaire intégrative et collaborative, afin de développer le réseau de chercheur.e.s travaillant, à titre principal ou secondaire, sur la société cubaine à Condorcet, et plus largement au-delà du Campus.

En raison des capacités limitées d’accueil en présentiel, si vous souhaitez participer au séminaire, écrire à cubarecherche@gmail.com

Les Ateliers "Cuba au prisme des sciences sociales" sont portés par

  • Blandine Destremau - CNRS / IRIS / EHESS (UMR 8156)
  • Marie-Laure Geoffray - Université Sorbonne Nouvelle / CREDA (UMR 7227)

Avec :

  • Kali Argyriadis- IRD / URMIS (UMR 205)
  • Marie Aureille - EHESS / IIAC (UMR 8177) et Université Paul Valéry, Montpellier

Et la collaboration de doctorant.e.s et jeunes chercheur.e.s :

  • Nils Graber, Laboratoire d'études sociales des sciences, Université de Lausanne / chercheur associé au Cermes3
  • Margalida Mulet, ODELA (Observatoire de l’alimentation), Université de Barcelone, associée au CEMS/EHESS
  • Natalia Calderón Beltrán, Université Paris 8, Laboratoire Experice
  • Simon Fabre, IHEAL / Université Sorbonne Nouvelle / CREDA (UMR 7227)
  • Laurine Chapon, IHEAL / Université Sorbonne Nouvelle / CREDA (UMR 7227)

Dans la continuité du choix scientifique fait pour le Campus Condorcet de soutenir les recherches effectuées dans les « aires culturelles », aussi appelées « études aréales », ce projet d’atelier a pour ambition de se constituer comme un point focal des recherches sur Cuba en France.

Les recherches sur Cuba connaissent en effet un essor en France depuis dix ans, mais elles sont dispersées entre les disciplines et segmentées selon les approches ainsi que surdéterminées par des enjeux politiques partisans. Il existe, de ce fait, un coût d’entrée particulièrement élevé pour les étudiant.e.s, doctorant.e.s, et chercheur.e.s souhaitant travailler sur le terrain cubain, outre les difficultés spécifiques liées aux questions d’accès (visas, autorisations) à l’île. C’est pourquoi les chercheuses qui présentons ce projet avons éprouvé, lors de nos précédentes initiatives, le besoin d’échanger sur des questions de méthodologie, de construction de connaissances, de segmentation des savoirs, et d’expériences concrètes de travail de terrain, dans un contexte difficile qui met à l’épreuve les intentions de recherche.

Ce projet de partage et d’accompagnement des travaux universitaires menés sur Cuba en un atelier de recherche pédagogique et scientifique se situe dans la continuité et de façon complémentaire et articulée au séminaire multi-institutionnel Penser Cuba par le bas et en perspective transnationale destiné aux étudiants de l’EHESS, de l’IHEAL et au-delà (2019-2020 et 2020-2021).

La forme « ateliers » nous semble en effet la mieux à mêmede regrouper des chercheurs, enseignants-chercheurs, post-doctorants et doctorants autour de thématiques de recherche qui, au-delà du cas cubain, concerne également l’aire latino-américaine, les transformations des relations internationales, idéologiques, politiques et commerciales Sud-Sud, et les évolutions des pays à structure socialiste dans une ère post-soviétique.  La forme « ateliers » nous permettra de construire ces échanges thématiques, théoriques, méthodologiques et épistémologiques autour de présentations, de discussions, et du partage de matériaux divers (documentaires, extraits de films, littérature, articles scientifiques, blogs, énonciations journalistiques, etc.).

Notre objectif est de construire une équipe de recherche pluridisciplinaire intégrative et collaborative, afin de développer le réseau de chercheur.e.s travaillant, à titre principal ou secondaire, sur la société cubaine à Condorcet, et plus largement au-delà du Campus. Nous pourrons nous appuyer sur notre expérience antérieure (séminaires ainsi qu’un colloque organisé en 2015) et sur notre collaboration déjà active avec l’Institut des Amériques et son réseau. Au sein de ce réseau, de nombreux collègues français et, au–delà, européens, étasuniens et latino-américains, travaillent sur Cuba à titre principal, dans des départements d’études hispaniques comme dans des départements de sciences sociales. La création de cet atelier permettra de les inviter régulièrement à Condorcet et de constituer ainsi le Campus comme un espace focal des études cubaines en France, en accord avec le rôle dévolu à l’Institut des Amériques et avec le soutien apporté par le Campus aux études aréales en France.

La diffusion et la valorisation des résultats de cet atelier seront mis en ligne à travers le carnet de recherche : http://cuba.hypotheses.org/

Une organisation autour de focus thématiques et méthodologiques

Chaque séance de trois heures sera construite autour de présentations réalisées par des membres de l’équipe de coordination, des intervenants invités, des doctorants, post-doctorants et étudiants de master. Dans une perspective constructive de coproduction de savoirs, les interventions porteront autant sur la présentation de résultats de recherche en cours que sur la discussion collective de matériaux d’enquête ou de supports non-académiquesdivers (journaux de terrain, documentaires, extraits de films, littérature, photographies et œuvres graphiques, articles scientifiques, blogs, énonciations journalistiques, etc.). 

Outre la production de savoirs partagés et collaboratifs, la dimension productive de l’atelier résidera dans l’organisation de séances spécialisées autour d’une forme de support ou d’expression. Ces séances pratiques sur matériaux d’enquêtes nous permettront de réfléchir aux modes de production de la connaissance, dans un contexte où, à l’instar de nombreux autres, la démarche d’enquête est contrôlée par les autorités publiques, les enregistrements possiblement considérés comme suspects, les modes de production des statistiques parfois obscurs et la circulation des informations assez cloisonnée. Les participant.e.s seront encouragé.e.s à apporter leurs propres matériaux, questionnements, textes, voire des créations vidéo ou graphiques.

Nous proposons ainsi d’organiser les ateliers suivants :

Travail sur des extraits de journaux de terrain (atelier de terrain et de réflexivité)

Travail sur des textes en cours d’écriture ou de publication (atelier d’écriture)

Travail sur des textes littéraires (atelier littéraire)

Travail sur des extraits de films de fiction (atelier cinématographique)

Travail sur des images et œuvres graphiques publiques (atelier iconographique)

Travail sur des photographies (atelier photographique)

Travail sur des textes juridiques, de codes et de lois (atelier juridique)

Travail sur des statistiques (atelier statistique)

Le programme du séminaire alternera donc des ateliers thématiques et des ateliers pratiques construits autour de matériaux d’enquête (voir ci-dessous l’état actuel de notre programme d’activités). Par cette alternance, la « fabrique » des savoirs, des expériences, méthodes, voire des convictions, pourra être mise au jour et débattue. Nous croyons que cette dimension du travail de recherche, même si elle tend aujourd’hui à être reconnue comme une réflexion épistémologique nécessaire, demeure pour beaucoup dans une zone de non-dit, de bricolage ou de coulisses. Or cette « fabrique » est au fondement de la légitimité des sciences sociales à produire du savoir par des méthodes qualitatives, surtout sur des terrains dits difficiles. Par ce travail sur Cuba, que l’on peut considérer comme un cas paradigmatique de la segmentation des savoirs, nous souhaitons avancer dans cette réflexion, la co-construire, la partager et, par là-même, enrichir notre réflexivité et inviter d’autres chercheurs jeunes ou moins jeunes à nous rejoindre.

L’accompagnement et la participation des étudiants nous tiendra particulièrement à cœur. En effet, notre expérience nous montre que, par-delà leur enthousiasme initial, l’épreuve de la bureaucratie et des complexités des relations à établir pour conduire un travail de terrain à Cuba gagne à être réfléchie non pas simplement comme un obstacle ou une contrainte, mais comme un outil méthodologique et un artefact heuristique.

Les ateliers seront publicisés à travers un blog hypothèse dédié : https://cuba.hypotheses.org/

Le blog a pour mission de centraliser les informations sur les activités du collectif de recherche sur Cuba et de recenser les travaux conduits par ses membres.

Les possibilités de déplacements internationaux évoluant régulièrement, le programme sera composé au fur et à mesure. Merci de vous manifester à cubarecherche@gmail.com

 

Contact :  cubarecherche@gmail.com

Blog hypothèse : https://cuba.hypotheses.org/


 

A consulter :

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

IRIS - CAMPUS CONDORCET
Bâtiment Recherche Sud
5 cours des Humanités
93322 Aubervilliers cedex
Contacts
Accès

IRIS - U. SORBONNE PARIS NORD
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Contacts
Accès

 


 

Liens rapides

Twitter Iris

La Lettre de l'Iris

HAL - collection de l'Iris

Carnets de recherche