Sur l'agenda | Manifestations scientifiques

Journées d'étude : Quand Robert Castel nous aide à penser le travail social et l’intervention sociale. La vulnérabilité dans tous ses états > 21-22 mai 2015

Université Paris 13 – Campus de Bobigny, avenue de la Convention 93000 Bobigny - Amphithéâtre Pierre-Gilles De Gennes

Journées d'étude : Quand Robert Castel nous aide à penser le travail social et l’intervention sociale. La vulnérabilité dans tous ses états > 21-22 mai 2015

Quand Robert Castel nous aide à penser le travail social et l’intervention sociale

La vulnérabilité dans tous ses états : des publics aux professionnels de l’intervention sociale

Journées d’étude et de recherche internationales organisées par Gisèle Dambuyant Wargny avec le soutien de l'Iris, de l'ENS et du Rufs

Les 21 et 22 mai 2015


Université Paris 13 – Campus de Bobigny, avenue de la Convention 93000 Bobigny - Amphithéâtre Pierre-Gilles De Gennes
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Argumentaire

L’Université Paris 13 souhaite rejoindre la dynamique de l’hommage national rendu à Robert Castel, dans la cadre du « Printemps Castel » : « Quand Robert Castel nous aide à penser le travail social». En effet sur le campus de Bobigny, plusieurs composantes : IUT, SMBH, forment des étudiants se préparant à exercer dans le travail social et l’intervention sociale pour tenter de contenir la question sociale, si complexe et élargie, dans la société contemporaine. Dès lors, les notions développées par de R. Castel : de désaffiliation, de discrimination, d’insécurité, ou d’incertitude ; apparaissent centrales pour comprendre et intervenir sur cette question. Tous ses apports permettent de mettre en débats le concept de vulnérabilité. La vulnérabilité peut se situer, à l’articulation du sanitaire et du social, tant des interrelations existent entre, les facteurs sociaux, culturels et économiques ; et les facteurs sanitaires. Pour Robert Castel, il existe une sphère de vulnérabilité où se combinent la fragilité des liens sociaux primaires et familiaux et la précarité sur le marché du travail. Être vulnérable, c’est être exposé à des menaces externes, plus ou moins prévisibles, qui mettent à l’épreuve un certain nombre de ressources détenues par des individus, des groupes et des communautés sur des territoires. Si cette notion s’est initiée dans le cadre de sa réflexion sur les conséquences des crises sur la condition salariale depuis le milieu des années 1970, elle s’est développée dans son œuvre, pour démontrer comment à partir de situations individuelles, mesurant des facteurs de risque et des modes d’intégration dans la société, on repère des sphères de l’existence collective où la vulnérabilité est à son comble. Face à ces réalités, les intervenants sociaux reconfigurent sans cesse, pour faire société, les notions de lien social et de solidarité. Pourtant eux-mêmes sont pris dans des processus de « précarisation de ce secteur d’activités » notamment face à la logique économique et managériale. Ainsi dans le champ du travail social et de l’intervention sociale, on peut réfléchir et questionner le rapport à la vulnérabilité pour tous les acteurs : qu’ils soient professionnels ou bénéficiaires de dispositifs d’aides. C’est pourquoi deux journées d’études sont proposées les 21 et 22 mai 2015 intitulées : La vulnérabilité dans tous ses états : des publics aux professionnels de l’intervention sociale.

Les objectifs de ces journées, rendant compte de la vulnérabilité soit des publics, soit des professionnels du travail social et de l’intervention sociale, sont de partager les réflexions et les analyses de plusieurs « points de vue » : le monde la recherche, le monde de l’enseignement et le monde professionnel. Les débats seront animés par des étudiants d’intervention sociale de cursus et de niveaux différents (de L1 à M2), à partir de leurs réflexions d’ouvrages de R.Castel et de leurs expériences de stages.

Programme

Jeudi 21 mai 2015

Accueil des participants : 8H30-9H

Matinée 9H-13H

Ouverture officielle des journées d’études.

  • Hamid Limani, Directeur de l’IUT de Bobigny.
  • Jean-Luc Dumas, Doyen de la Faculté de Médecine et de Biologie Humaine.
  • Martine Trapon, Directrice de l’École Normale Sociale, membre du Comité de pilotage du printemps Castel.
  • Gisèle Dambuyant-Wargny, Maître de conférences de sociologie à l’Université Paris 13, IRIS, RUFS.

La vulnérabilité des publics de l’intervention sociale

  • « Les vulnérables », Gérard Mauger, Directeur de recherches au CNRS.
  • « Approches statistiques et indicateurs de vulnérabilité de la jeunesse francilienne », Alain Lenfant, Économiste, Paris10, recherche MIPES.
  • « La vulnérabilité des décrocheurs scolaires », Pierre-Alain Guyot, IFOCAS / IRTS de Montpellier.
  • "Protection de l'enfance et familles étrangères : une vulnérabilité structurellement entretenue", Lionel Clariana, Éducateur Spécialisé, Sociologue, Conseil Général de l’Hérault.

11H00-11H15 pause

  • « Le droit des travailleurs sans papier : un public plus que vulnérable», Nathalie Ferre, Maître de conférences en droit privé à l'Université Paris 13, IRIS.
  • « La vulnérabilité sanitaire et sociale », Régis Pierret Directeur scientifique LRI/ITSRA, Cadis-EHESS.
  • «Quand la vulnérabilité des soignants se confronte avec celle des personnes âgées soignées », Emmanuelle Guillemin, directrice des services de soins paramédicaux /institution sanitaire et sociale.
  • « Inégalités d'accès aux droits socio sanitaires des migrants âgés en Seine Saint Denis », Marie-France Couilliot, MCU-PH de Santé Publique. Université Paris 13

Débat animé par les étudiants de Master 1 d’intervention sociale à partir des interventions et des ouvrages de R Castel

13H-14H Déjeuner

Après-midi 14H-18H

  • « La vulnérabilité du travail social », Michel Autès, Sociologue Chercheur, CNRS/CLERSE
  • « Sommes-nous tous vulnérables ? L'exemple de la précarité dans la Fonction Publique en France », Maryse Bresson, Professeure de sociologie à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • « Nouvelle gouvernance de l’État social et management des désaffiliés», Pascal Martin, post-doctorant au Cresppa-LabToP et membre associé au CESSP-CSE.
  • « Les pratiques artistiques comme réponse aux situations de vulnérabilité des jeunes adultes à l’aide sociale, entre fiction et réalité», Christophe Pittet, Université de Strasbourg, Sociologue et Professeur en travail social Haute École de Travail Social Fribourg (HETS-FR) – Suisse

16H-16H15 pause

  • « Haïti : une République, un état, un pays vulnérables ? », Claudine Dardy Professeure de sociologie à l’Université de Paris Est Créteil.
  • « Vulnérabilité des usagers du service social de la poste », Émilie Blanc, doctorante en sciences de l'information et de la communication.
  • « La vulnérabilité des grands exclus », M Abrous, Assistante de Service Social, cadre pédagogique de l’IUT de Bobigny/ N.Ourrad, Chef de service du CCAS Saint-Denis.
  • « La vulnérabilité des familles d’immigrés accidentés du travail », Abdel-Halim Berretima Maître de conférences de sociologie, HDR, à l’Université de Bejaia.

Débat animé par les étudiants de DUT et de licence du département Carrières sociales.

Vendredi 22 mai 2015

Accueil des participants : 8H30-9H

Matinée 9H-13H

  • Hommage à Robert Castel : un ouvrage inachevé. Marc Bessin, Chargé de Recherche au CNRS, Directeur de l’IRIS (UMR8156 CNRS - EHESS - U997 Inserm - UP13) / Denis Merklen, Professeur de sociologie à l’Université Paris 3.
  • « Qu'est-ce donc que la vulnérabilité sociale? » M H Soulet, Professeur de sociologie à l’Université de Fribourg.

Les vulnérabilités professionnelles

  • « Déprofessionnalisation et vulnérabilité professionnelle », Michel Chauvière Directeur de recherches au CNRS.
  • "Quand le libéralisme économique rend vulnérables les professionnels de l’intervention sociale », Henri Jorda, Maître de conférences d’économie, Université de Reims.
  • « La vulnérabilité en secteur psychiatrique en France et en Italie », Giovanni Matera, doctorant à l’EHESS.
  • « Intégrer la vulnérabilité des professionnels pour prendre en compte la vulnérabilité des jeunes PJJ : la PJJ promotrice de santé », Françoise Marchand Buttin, Médecin de santé publique, Direction de la protection judiciaire de la jeunesse, Ministère de la Justice.

11H00-11H15 pause

  • "Les jeunes délinquants : des enfants en difficultés et des pratiques sportives comme outil de socialisation". Farouk Ferchichi, Éducateur Spécialisé de la PJJ/ Mathias Dambuyant-Wargny, étudiant à l’EHESS.
  • « La vulnérabilité des travailleurs sociaux d’entreprise », Farida Djebbouri, Assistante de service social en entreprise, conseillère du travail.
  • « La vulnérabilité des femmes sans abri et la maternité », Corinne Lanzarini, Maître de conférences de sociologie à l’Université Paris 13, IRIS.

Débat animé par les étudiants de M2 d’intervention sociale.

13H-14H Déjeuner

Après-midi 14H-18H

  • « Le parent, l'Éducateur (trice) et de la TISF à domicile dans le cadre de la protection de l'enfance », Bernadette Tillard, Professeure de sociologie à l’Université de Lille 1.
  • «Vulnérabilité et discrimination dans l’intervention sociale », Claire Cossée, Maître de conférences de sociologie à l’université de Paris Est Créteil.
  • « Soigner les corps vulnérables : les pratiques des socio esthéticiennes », Marie-Aude Torres Maguedano, Directrice du CODES.

16H-16H15 pause

  • " La double vulnérabilité des jeunes adultes sortant de la Protection de l'enfance ", Marie-Pierre Mackiewicz, Maître de conférences de sciences de l’éducation à l’université de Paris. Est Créteil /Pierrine Robin, Maître de conférences de sciences de l’éducation à l’université de Paris Est Créteil.
  • « Former à la prise en charge de personnes vulnérables » Marie Favret, Assistante de Service Social, cadre pédagogique de l’IUT de Bobigny / « Découvrir la vulnérabilité des personnes lors des stages professionnels : les apports de Robert Castel », Étudiants de DUT et de licence du département carrières sociales.

Débat animé par les étudiants d’intervention sociale de l’université de Paris 13.

Conclusion

  • « La vulnérabilité dans tous ses états… Les apports de R. Castel pour questionner l’intervention sociale contemporaine », Gisèle Dambuyant-Wargny, Maître de conférences de sociologie à l’Université Paris 13, IRIS, RUFS
  • « La vulnérabilité du secteur de l’intervention sociale… et maintenant qu’allons-nous faire ! », Christian Grimieau, Assistant de Service Social, Consultant en formation d'adultes dans le champ de l'intervention sociale, Intervenant en Master d’Intervention Sociale Urbaine, Université Paris 13.

A consulter :

EHESS
CNRS
Paris 13
INSERM

flux rss  EHESS

Cinémas d’insurrection

Colloque - Mercredi 22 février 2017 - 18:00Ce colloque est l’aboutissement d’un premier travail de recherche et de rencontre conduit avec des cinéastes et militants filmant de manière atypique les situations de conflits et post-conflits depuis plusieurs années ou décennies. L’objectif de ce colloque est donc de confronter les pratiques et les engagements d’artistes et de chercheurs enquêtant sur diverses situations de mobilisations ou de résistances armées, et sur la mémoire et l’amnésie constitutive de l’expérience historique des situations de post-conflits. Ces pratiques filmiques peuvent aussi inspirer les sciences sociales par leurs positions et leurs observations au plus proche des expériences de leurs interlocuteurs. En plaçant les travaux de ces cinéastes au centre des interventions, ce colloque entend aussi réinterroger les modes de savoir et les constructions de sens produits par l’image.Avec la participation des cinéastes Édouard Beau, Stéphane Breton, John Gianvito, Clarisse Hahn, Florent Marcie et du Collectif de vidéastes ukrainiens BABYLON’ 13.(...)

Lire la suite

Little go girls d'Éliane De Latour

Projection-débat - Mardi 17 janvier 2017 - 18:00La projection sera suivie d'un débat en présence de la réalisatrice Éliane de Latour, cinéaste et anthropologue, directrice de recherches à l’Iris, avec Thomas Sotinel, critique cinéma au journal Le Monde et Eric Fassin, sociologue, professeur à Paris VIII. A Abidjan, les go de nuit empruntent un chemin chaotique entre délinquance et rapports tarifés dans les ghettos d'Abidjan, pour fuir les violences familiales. Très jeunes, analphabètes, largement musulmanes, elles sont prêtes à affronter le déshonneur et la mort pour un peu d'autonomie dont elles ont été privées dès le plus jeune âge. Entre le réveil et le tapin, le temps façonné par l’attente, les rêves, l’incertitude, laisse emerger une intimité presque silencieuse. Quelques unes tentent de renverser soudain leur mode d'existence pour tenter de gagner un peu de dignité à travers un nouveau projet de vie, la Casa des go. Les tensions sont telles qu’elles finissent par embaucher deux petites bonnes qu’elles rémunèrent 0,50€ par jour. Alors que les go commencent à sortir la tête du darkness, elles passent le relais de la servitude à des fillettes privées d’école comme elles au même âge. Sans doute suivront-elles le même chemin ? Le cercle se referme. Qui en sortira vraiment ?Voir la bande annonce du filmSéance organisée dans le cadre du Cycle "L'EHESS fait son ciné" proposé par la Direction de l’image et de l’audiovisuel (...)

Lire la suite

Origines et conditions d’apparition de la vie

Colloque - Mardi 11 octobre 2016 - 09:00La question des conditions d’apparition de la vie ou de la présence de la vie dans l’univers, longtemps considérée comme appartenant au domaine spéculatif, est en train de devenir un champ de recherche actif.Ce questionnement implique les sciences « dures » telle que l’astronomie et l’astrophysique – avec la découverte de planètes extrasolaires et l’exploration du Système Solaire par l’entremise de sondes spatiales, jusqu’à la chimie, la biologie et l’écologie – avec les derniers développements dans le monde prébiotique, l’émergence de la matière vivante et des systèmes écologiques et les étapes fondamentales de l’évolution. Ces questions impliquent tout autant les sciences humaines, comme l’histoire des sciences -avec l’histoire du questionnement des origines de la vie ou l’évolution des relations entre instrumentation scientifique et définition de la vie ; jusqu’à l’anthropologie – avec les variations culturelles de la perception et de la conception de la vie. Elles incitent, par ailleurs, à déporter le regard de la seule reconstitution des premières étapes de la vie pour considérer comme objectif la construction d’êtres « vivants » artificiels. Recréer la vie devrait en effet permettre de clarifier des questions telles que la façon dont la vie peut démarrer en tant que processus global, la probabilité de sa présence, la diversité qu’elle pourrait présenter dans d’autres mondes et, en dernier lieu, « ce qu’est » la vie.Plusieurs actions d’envergure focalisées sur ces questions ont ainsi récemment émergé dans les grandes universités internationales ou dans des fondations privées (Origins of life initiative à Harvard, Origins of Life Initiative à Munich, Earth-life Institute au Tokyo Institute of Technology, l’initiative de la Simons Foundation). Riche de l’activité de ses équipes en ce domaine ainsi que de la cartographie des savoirs susceptibles de l’étoffer, Paris Sciences et Lettres Research University a aussi souhaité aborder ces questions grâce à la mise en place récente d’un IRIS intitulé Origines et Conditions d’Apparition de la Vie.Le colloque de lancement sera l’occasion de confronter les perspectives adoptées par les grands centres mondiaux de recherche et de formation ainsi que d’en apprécier les motivations. Il montrera aussi que Paris, et de façon spécifique PSL Research University, dispose de tous les atouts pour aborder ce challenge scientifique. Inscription gratuite mais obligatoire par email à : appels-ocav@listes.univ-psl.fr(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

EHESS
54 bd Raspail 75006 Paris
Tél : 33 (0)1 49 54 25 05 - Fax : 33 0(1) 49 54 24 28
iris@ehess.fr
Accès

UNIVERSITE PARIS 13
UFR SMBH 74 rue Marcel Cachin, 93017 Bobigny cedex
Tél : 33 (0)1 48 38 77 75 - Fax : 33 (0)1 48 38 88 62
iris@univ-paris13.fr
Accès

 


 

Liens rapides

Archives ouvertes de l'Iris

Carnets de recherche

Twitter Iris